06/09/2005
07:47:36
Index du forum Continents Eurysie Fortuna

Activités étrangères en Fortuna

391
Activités étrangères en Fortuna

Ce topic est ouvert à tous les joueurs possédant un pays validé. Vous pouvez publier ici les RP concernant les activités menées par vos ressortissants en Fortuna. Ceux-ci vous permettront d’accroître l'influence potentielle de votre pays sur les territoires locaux. Veillez toutefois à ce que vos écrits restent conformes au background développé par le joueur de Fortuna, sinon quoi ils pourraient être invalidés.
4090
AGENCE FEDERALE DE LA PRESSE

3 août 2003 - L’île orientale afaréenne de Fortuna, base arrière des opérations militaires arkencanes au Varanya.



Armements de l'ANV

De plus en plus engagée sur le dossier varanyen, la Fédération d’Arkencheen fournit aujourd’hui l’essentiel des armements de l’Alliance Nationale Varanyenne.



L'éloignement du Varanya impose une installation logistique auprès d'autres acteurs régionaux.


La logistique a toujours joué un rôle primordial dans la capacité des belligérants à tenir un conflit inscrit dans la durée. Le conflit varanyen, initié en juin 2003 et appelant à la présence d’au moins 4 parties prenantes, est une guerre civile qui selon l’état-major fédéral arkencan, est lui aussi voué à marquer durablement ce théâtre régional. Consciente de ce scénario et ayant identifié plusieurs acteurs dans la défense des libertés et de l'autodétermination varanyenne, la Fédération d’Arkencheen s’est récemment rapprochée de la Sérénissime République de Fortuna après qu’elle eut exprimé (tardivement) son soutien pour un renouvellement des institutions varanyennes.

Un positionnement fortunéen profitable à l'intervention arkencane.


Fortes de cette prise de position assumée, les autorités fédérales arkencanes peuvent désormais s’appuyer sur l’état du Fortuna, pour ouvrir une voie au transfert du matériel militaire vers la zone de conflit varanyenne. Effectivement et jusqu’à maintenant, la Fédération ravitaillait l’Alliance nationale Varanyenne par des flux maritimes en partance de l’Arkencheen et à destination du Varanya. Une ligne de ravitaille étirée qui imposait un certain temps de livraison aux forces rebelles.

Avec l’implantation d’une base avancée temporaire au Fortuna, la Fédération dispose maintenant d’infrastructures de stockage pour mieux gérer le ravitaillement de la ligne de front. “Avant ça, l’état-major fédéral organsiait ses ravitaillements depusi l’Arkencheen. C’est-à-dire que tous les équipements, les vivres et le matériel annexe étaient acheminés dans la Fédération et partait ensuite pour le front varanyen.

Désormais, l’acheminement se fera depuis le territoire fortunéen, un territoire proche qui permettra aux autorités fédérales de se faire livrer plus rapidement, grâce au recensement de fournisseurs locaux. Faut-il seulement rappeler que la Sérénissime République de Fortuna est un territoire hérité des républiques marchandes ayant marqué l’âge du mercantilisme. Pour pallier le relatif éloignement du Varanya et éviter des mésaventures telles que la destruction des infrastructures portuaires locales, la désignation du Fortuna pour l’installation d’une base arrière semble tout appropriée.

Se rapprocher du théâtre d'opération tout en évitant l'engagement direct des infrastructures militaires de soutien arkencanes.


“Si les affrontements éclatent au Varanya, les troupes et le matériel arkencan se trouveraient en première ligne du jour au lendemain” explique le consultant en stratégie militaire Lautaro Arboleda. “Les forces qui partent de l’Arkencheen et font route durant plusieurs semaines ne sont pas opérationnelles à l’approche des côtes varanyennes. Les combats peuvent intervenir dans une très large partie du Varanya, le débarquement de matériels dans ces conditions présente un risque non négligeable.” Il est donc indispensable qu’une base avancée comme celle présente au Fortuna, permette à ces forces de poser pied à l’étrier pour choisir le lieu et le moment de son engagement.

La République de Fortuna, nation tentaculaire aux nombreuses implantations balnéaires, a les infrastructures nécessaires à l’accueil des forces armées arkencanes avant leur déploiement. Elle devient ainsi un point d’appui stratégique pour l’accueil des aides militaires faites à l’Alliance Nationale Varanyenne. Une manière pour Fortuna d’occuper les prochains livres d’histoire, elle qui demeure encore très nettement un nain militaire, entretenant des forces armées essentiellement piétonnes.
3555
The Explorer Sentinel

16 août 2003 - La pègre heenylthaine s’installe dans les territoires outre-mers fortunéens.



zone portuaire au Fortuna

L'activité économique issue des infrastructures portuaires, chasse gardée de prédilection pour les affaires du Forsaken's clan.




Les îles d’outre-mer fortunéennes, une cible stratégique du crime organisée.


Exposée aux nombreux flux de marchandises et aux transactions financières internationales, la République du Fortuna attire la pègre pour ses activités de contrebande et de blanchiment d’argent.

Le regain d’activité commerciale autour de la Sérénissime République balnéaire à pousser certaines “familles” heenylthaines à investir le tissu économique fortunéen. Depuis mai de cette année, de premiers règlements de compte et arrestations de membres des gangs heenylthains ont été enregistrés par la police locale. Les premières affaires résolues de l’année 2003 et impliquant des membres de la pègre heenylthaine traduisent le développement local de ces familles criminelles en provenance de l’Arkencheen.

Plusieurs familles mafieuses en concurrence sur les territoires insulaires fortunéens.


L’installation de ces “familles” relativement discrètes, vient coïncider avec le regain économique de la Sérénissime, de plus en plus inscrite au sein des marchés mondiaux. Une succession chronologique des implantations criminelles qui ne laisse pas de doute pour le criminologue Thomas Snider.

“Au départ, il y a eu la famille Bowell qui a investi dans certaines entreprises des îles fortunéennes pour opérer le blanchiment d’argent sale gagné en Arkencheen. Cette arrivée a provoqué quelques rivalités mineures avec des ténors de la criminalité locaux, limitant les actions violentes à quelques assassinats.

Puis le Forsaken’s clan a suivi, entretenant davantage une activité dirigée sur la corruption d’agents des capitaineries ou de dockers fortunéens, afin qu’il puisse développer ses activités de contrebande vers ses réseaux de distribution en Arkencheen. L’arrivée de ce gang a intensifié les rivalités criminelles, notamment face à la famille Bowell. Les règlements de compte entre les organisations mafieuses ont alors conduit à une succession d’assassinats et vendettas ciblant tantôt des gangsters d’une première famille puis ceux de l’autre.

Le criminologue heenylthain estime à 300 le nombre de gangsters affiliés au Forsaken’s clan et présents au Fortuna tandis que la famille Bowell et ses associés en comptabiliseraient quelques dizaines de moins, atteignant péniblement les 250 membres et associés sur place.

données HRP/méconnues a écrit :


Famille Bowell au Fortuna
Chef de famille local :Logan Cobb
Blake Maynard
Activités principales : blanchiment d’argent dans les établissements de nuit, de jeux et plusieurs petites entreprises de province (scieries, carrières).

Forsaken’s clan au Fortuna
Chef de famille local : Blake Maynard
Blake Maynard
Activités principales : contrebande de marchandises légales et illégales, ou encore même de personnes. Des immigrés clandestins en provenance du Varanya et d’autres territoires troublés, qui paient chèrement leur billet pour les îles fortunéennes avant de se dispatcher sur différentes destinations internationales. Arriver sur le territoire fortunéen a effectivement cet avantage de pouvoir traverser le globe vers une autre destination fortunéenne sans subir un contrôle renforcé identique au passage d’une frontière.
5060
Leading News

20 novembre 2003 - L’Arkencheen et le Fortuna pourraient poursuivre leur rapprochement grâce à une politique de lutte contre les cartels de la drogue et la piraterie.


Mafia heenylthaine dans les territoires fortunéens d'outre-mer
La lutte contre les mafias heenylthaines implantées au Fortuna doit gagner en ampleur, avant que ces dernières ne participent pleinement à la rétribution des ménages de certains quartiers résidentiels.

La lutte contre les mafias au point mort.

Qu’elles soient implantées sur les territoires de la Fédération ou de la Sérénissime, les pègres heenylthaines appellent les forces de l’ordre des deux états à des efforts quotidiens pour réguler une économie souterraine bien rodée. Blanchiment d’argent au sein de structures légales, extorsions, dissimulation de revenus, les combines des pègres sont nombreuses et chacune a ses préférences.

Fléaux quotidiens des administrations et des usagers de certains secteurs, les mafias heenylthaines obligent la Fédération d’Arkencheen à envisager des coopérations police-justice avec des États régionaux tels que la Sérénissime Fortuna.

Les juridictions et les arsenaux législatifs différents constituent de réels freins à la condamnation des auteurs de crimes et délits. Pour palier à ces contraintes administratives et opérationnelles, le conseiller fédéral de la justice, de la défense et de la protection de la population Mauricio Sáenz a souhaité “l’ouverture de négociations avec les États limitrophes impactés tels que le Fortuna, pour adopter des mesures conjointes ainsi que des coopérations susceptibles de traquer les criminels de ces pègres, indépendamment de l’endroit où ils se trouvent.”

Après l’arrestation manquée d’un grand ponte de la mafia heenylthaine le 18 novembre dernier à Gallansby (HEENYLTH), les enquêteurs soupçonnent l’homme de s’être rendu dans les territoires d’outre-mer paltoterrans de la Sérénissime Fortuna. Un terrible fiasco des opérations de police que le commissaire Calvin Yates du commissariat central de Gallansby tente d’expliquer, “les personnes de la pègre sont des criminels endurcis qui connaissent bien les rouages de la police ainsi que de la justice heenylthaine voire fédérale, quand ils sont sur le territoire ils sont sur leur garde et ne baissent leur vigilance que lorsqu’ils arrivent sur un territoire où leur pedigree n’est pas suffisamment développé pour être arrêté à vue… C’est là-bas qu’il faut les attraper, une coopération entre les services de police fortunéens et arkencans irait dans le bon sens…”

Coopération entre les services de justice, externalisation des moyens de lutte contre les criminels internationaux (tels que le recours aux chasseurs de prime), patrouilles de police binationales dans certains quartiers résidentiels fortunéens à forte concentration de communautés heenylthaines, le gouvernement fédéral promet de tout évoquer avec ses homologues fortunéens, considérant la sécurité des biens et des personnes comme un levier majeur de discussion en faveur des échanges régionaux. Pour le politologue heenylthain Ross Fitzberald, “les réseaux criminels de l’Arkencheen et du Fortuna tels que les pègres heenylthaines et les mafias locales avec lesquelles elles entretiennent des rivalités, font peser des enjeux de sécurité et de santé publique qui ne se limitent pas aux seules localités fortunéennes et arkencanes, compte tenu du positionnement stratégique qu’occupent les deux pays dans les échanges commerciaux internationaux.

Les économies souterraines, la criminalité, les flux migratoires nés du trafic d’êtres humains, semblent être autant de sujets arkencans souffrant d’une extrême porosité avec le développement d’une activité criminelle mafieuse au Fortuna. Un constat qui semble pouvoir rappeler la Doge et la présidente Fédérale autour d’une même table. “Pour que les autorités fortunéennes puissent lutter efficacement contre les réseaux criminels qui tirent leurs ressources depuis notre territoire, la Fédération doit prendre sa part et accentuer la coopération ainsi que la vigilance à ses frontières pour dénicher les caches et les zones de repli échappant à la juridiction fortunéenne.

La présidente fédérale Mazeri Barogara veut faire la guerre aux mafias.

Indépendamment des actions entreprises à l’intérieur du territoire, la Fédération envisage un concours humain et matériels pour la conduite d’action de lutte directement localisées sur le territoire d’outre-mer fortunéen.

Des policiers heenylthains venant renforcer les patrouilles fortunéennes et établir un lien de proximité avec les communautés présentes là-bas, des opérations internationales un peu plus ponctuelles afin de soutenir les autorités locales dans la conduite des opérations de contrôle et de sécurisation de la voie publique? “Tout reste permis en respect de la volonté fortunéenne sur ce sujet” promet la présidente fédérale.

L’engagement arkencan aux côtés du Fortuna n’est pas exempt de solutions douces et vertueuses puisque pour Ross Fitzberald: “le pouvoir fortunéen ne pourra lutter avec efficacité contre les mafias, que s’il entreprend le renforcement institutionnel des ses territoires d’outre-mer, qui peuvent pour certains figurer en qualité de laisser pour compte. Les mafias heenylthaines et locales peuvent effectivement à terme entretenir une véritable économie souterraine, ce qui contribuerait à l’activité économique et sociale de certains quartiers défavorisés, rendant d’autant plus inexpugnables, des mafias contribuant aux revenus mensuels des ménages.
3007
Informations du Thaon¹

Les helléniques de Fortuna appellent à plus de reconnaissance


Omiros Galanelis | 22/12/2003

Manifestant hellénique Fortuna grec Cémétie Grèce

Répartis dans plusieurs territoires ultramarins de la Sérénissime, des helléniques se sentent peu représentés.


Vivant sous la férule de la République fortunéenne depuis la mise en place de l'espace commercial et colonial de la Sérénissime, de nombreux helléniques et hellénophones poussent aujourd'hui la sonnette d'alarme sur la situation interne à l'agrégat de comptoirs commerciaux et territoires ultramarins de Fortuna. Espace hétéroclite assemblé au gré des volontés d'expansion des doges de la Sérénissime République fortunéenne, les comptoirs - que certains militants dénoncent comme « une forme de colonialisme et d'impérialisme » - sont des territoires très largement soumis au bon vouloir de la métropole, au détriment des autorités locales souvent autonomistes et peu enclines à la coopération.

En effet, ces territoires d'outremer de la République ne sont pas tous majoritairement italophones et fortunéens : des populations locales, substrat de la démographie native lentement remplacée par le pouvoir colonial, persistent sur cette poignée d'îles et de péninsules qui font la fierté de la Sérénissime et projettent son influence sur plusieurs mers et océans. Au sein de ce dispositif géopolitique, certains territoires se sentent délaissés : c'est le cas des zones hellénophones de la République fortunéenne, principalement dans la mer Leucitalée mais aussi plus à l'est, au large des côtes rémiennes et varanyennes. Outre le décalage culturel entre italophones et hellénophones, la fracture est aussi économique.

Peu intégrés au sein du secteur tertiaire, les helléniques des territoires leucitaléens de la Sérénissime occupent des postes souvent moins bien payés et peu qualifiés, les structures éducatives et scolaires des enclaves fortunéennes étant parfois très résiduelles et limitées à des formations professionnelles courtes, poussant les hellénophones à envisager de travailler hors des îles et péninsules qui composent le maillage colonial de Fortuna. Cette fracture économique se traduit également par une part beaucoup plus importante de population rurale chez les helléniques, là où les italophones et métropolitains, y compris les « expatriés » dans les comptoirs, se sont largement plus urbanisés.

Les territoires ultramarins de Fortuna font face, de manière plus générale, à un déclassement global vis-à-vis de la métropole : moins bons services, moindre considération politique et démographique, autant d'arguments qui favorisent des tensions culturelles entre deux populations, « colons » métropolitains, urbains et aisés d'une part, et « natifs » locaux, ruraux et défavorisés d'autre part. Les récents résultats économiques encourageants de la Sérénissime, bien qu'ayant tempéré les revendications des militants autonomistes, ne suffisent pas à étouffer ce cri du cœur qui caractérise désormais les populations helléniques leucitaléennes, alors que les panhellénistes se multiplient des deux côtés du pourtour leucitaléen.

----
¹Πληροφορίες από Θάον (« Informations du Thaon ») est un journal cémétéen hellénophone disponible sur le territoire fortunéen et dans la plupart des zones hellénophones du monde.
1275
flag

Avis de décès d'un citoyen fortunéen en Hylvetia.

Madame, monsieur,

Le ministère des affaires étrangères et le ministère de l'intérieur de la Confédération d'Hylvetia ont l'immense tristesse de vous faire part du décès de M. Andrea Campolo, 36 ans, né à Rivoli le 5/02/1968, terrassier. M.Campolo a été retrouvé, le 17/03/2004, dans sa voiture sur la route dite du Virezron à six kilomètres de la ville de Montclair, où il résidait. M.Campolo a été retrouvé sans vie par des promeneurs. La mort de M.Campolo a immédiatement été considéré comme suspecte et une enquête a été ouverte à ce titre. Cette dernière a permis d'éclairer les circonstances de la mort de M.Andrea Campolo. L'expertise médico-légale a déterminé que le coup de feu qui a tué M.Campolo était de son propre fait. Le légiste, le docteur Henri Arthuri, a conclu à un suicide. Dans le même temps, il a été mis à jour que M.Campolo avait des dettes de jeu de nature très conséquentes et qu'il s'apprêtait à perdre son domicile à la suite de cela. Il est clair pour la Gendarmerie de Montclair que M.Campolo s'est suicidé. Vous trouverez ci-joint, le rapport d'enquête.

Nous transmettons nos plus sincères condoléances à la famille et aux proches de M.Andrea Campolo et le service des affaires étrangères se met à disposition de la famille pour gérer le rapatriement du défunt.

Veuillez accepter l'expression de mes salutations les plus distinguées,

Cordialement,

Benoît Tricard, commissaire adjoint aux affaires étrangères.
5073
theneweconomist


Les investissements des Provinces-Unies du Lofoten en forte progression sur les îles et territoires d'outre-mer fortunéénnes



angeviefortuna
La ville de Léandre, cité de caractère avec une histoire riche et un patrimoine qui attire toujours plus de visiteurs d'année en année.

Depuis la fin des années 2000, le commerce et les investissements des Provinces-Unies sur les territoires fortunéens ont explosé. Galvanisés par une forte dépréciation du Dråkk, la monnaie Lofotène, et encouragés par une diplomatie résolument expansionniste et interventionniste qui ont été les deux principaux catalyseurs, les fonds d'investissements et entrepreneurs privés se sont rués sur le marché Fortunéen.
Associant aides et prêts publics en faveur de grand projets immobiliers et touristiques, ces derniers étant confiés à de grandes entreprises nationales, le nombre de programmes de construction a atteint un record en ce début d'année 2005. Ces montages financiers complexes ont pris parfois la forme de contrats spéciaux prévoyant de rémunérer le partenaire fortunéen en matières premières telles que le pétrole et le bois, ressources qui font cruellement défaut à la Sérénissime. Cette dynamique s’inscrit dans la stratégie néo-libérale Lofotène de diversification de ses investissements étrangers et de réduire sa dépendance au secteur pétro-chimique et aux services financiers. Le premier, en tant qu'énergie fossile à potentiel limité sait que ses jours sont comptés, le deuxième est bien trop dépendant de la conjecture économique mondiale et ne s'appuie pas sur l'économie réelle.

Dans un second temps, les entreprises Lofotènes sont confrontées à un marché intérieur très concurrentiel et sont venues chercher de nouveaux débouchés. Les entreprises des Provinces-Unies recensées en Fortuna sont très diverses : hôtellerie, restauration, luxe, divertissement, loisirs, mais également transport maritime, banques, assurances, et cabinets juridiques.

En outre, les îles et territoires fortunéens attirent chaque année toujours plus de touristes de la classe moyenne supérieure Lofotène, et représente une clientèle aisée à fort pouvoir d'achat. Le transport aérien n'est pas en reste, les aéroports desservant de plus en plus de stations balnéaires fortunéenes, anticipant une forte progression de la demande de plus 10% par rapport à l'année précédente.

La grande stabilité politique de la Sérénissime et ses indéniables atouts en terme de valorisation de la faune et de la flore locale ont également été des facteurs déterminants dans cette nouvelle dynamique économique.

L'International Royal Resort dans le comté d'Angevie ou bien le White Star Palace dans la Principauté de Miriglia, gigantesque hôtel-casino avec ses bars, ses restaurants, ses piscines et ses salles de spectacle grandioses en sont les exemples emblématiques.


Toutefois, de nombreuses associations de riverains et mêmes certains élus et membres gouvernementaux fortunéens ont émis des réserves voir ont usé de leur droit de véto afin de s'opposer à plusieurs autres nouveaux projets d'envergure.
En effet, malgré la manne d'emploi et d'argent que ces investissements représentent, plusieurs Fortunéens craignent que ces constructions défigurent ou dégradent le paysage typique et authentique fortunéen.


florefortuna
La beauté naturelle préservée de ses paysages et la grande variété de la flore font de la République Fortunééne une destination prisée.

Aussi en accord avec les autorités fortunéenes, les architectes et investisseurs Lofotènes se sont accordés pour que les bâtiments soient parfaitement intégrés aux paysages qui font la renommée de la république sérénissime, et ne les dénaturent pas. En outre, ils doivent être désormais éco-conçus afin de réduire au maximum leur impact écologique et leurs émissions carbones afin de préserver la beauté et les merveilles naturelles de l'environnement fortunéen. De plus ils devront respecter certaines normes et standards restrictifs en terme de construction pour s'intégrer parfaitement à l'architecture locale, les Fortunéens ne souhaitent plus voir le béton et l'acier cotoyer leurs bâtiments historiques en pierre.


casinofortuna
L'International Royal Resort, parfaitement intégré au paysage architectural fortunéen, est autonome en électricité grâce à de gigantesques panneaux solaires et recycle jusqu'à 80% de ses déchets.

De plus, les paquebots Lofotèns ne sont plus autorisés à accoster dans les petits ports historiques des villes fortunéenes, déversants leurs flots ininterrompus de touristes, parfois peu respectueux ou attentifs à leur empreinte carbone ou la quantité de déchets qu'ils laissent derrière eux. En effet, désormais seuls les voiliers de petit et moyen tonnage tels que l'UPS Wind of Fire, l'un des plus célèbres 3 mats Lofotèn, pourront s'amarrer aux quais des villes fortunéenes. Les autres devront accoster dans les ports industriels réservés aux gros tonnages.

D'ailleurs le Département Fédéral du Commerce et du Tourisme des Provinces-Unies n'hésitent pas à marteler des messages en ce sens et à appeler ses concitoyens à faire preuve de la même discipline et du même civisme qui ont fait la réputation des habitants Lofotèns.

"Trier ses déchets, se déplacer à bicyclette, faire son compost et installer des panneaux solaires n'a pas de sens si on jette ses emballages plastiques par terre sous prétexte que l'on est pas chez nous ! J'appelle donc les habitants des Provinces-Unies à être exemplaires en la matière" a insisté le Conseiller Fédéral au Commerce et au Tourisme.

voilierlofoten
L'UPS Wind of Fire, voilier aérodynamique couplant la force motrice éolienne et des moteurs hybrides afin de limiter au maximum son empreinte carbone et ses émissions à effet de serre fait la fierté des croisiéristes Lofotèns.
Haut de page