06/08/2004
16:44:39
Index du forum Continents Aleucie Saint-Marquise

Activités étrangères en Saint-Marquise

412
Activités étrangères en Saint-Marquise

Ce topic est ouvert à tous les joueurs possédant un pays validé. Vous pouvez publier ici les RP concernant les activités menées par vos ressortissants en Saint-Marquise. Ceux-ci vous permettront d’accroître l'influence potentielle de votre pays sur les territoires locaux. Veillez toutefois à ce que vos écrits restent conformes au background développé par le joueur de Saint-Marquise, sinon quoi ils pourraient être invalidés.
7634

9 Septembre 2003 - Renforcement des liens historiques entre l'Hausmanie et la République de la Saint-Marquise.



Les Drapeaux Haussmanniens et de la Sainte-Marquise

Afin de réintégrer le club des grandes puissances mondiale et de renforcer ça présence dans sont Commonwealth en Saint-Marquise, l'Hausmanie annonce le développement de plusieurs projets d'infrastructure économique et industrielle de grandes envergure, ainsi qu'une rencontre futur à Mont-Law entre l'Ambassadeur d'Hausmanie et le Premier Conseiller de la république de Saint-Marquise, afin de resserrer un lien historique fort un peu affaibli.



Un futur investissement massif pour le développement économique Marquois et le renforcement des acteurs Haussmanniens sur place.



L'Hausmanie demeure l’un des tout premiers partenaires commerciaux de Saint-Marquise, et ce sont près de 10 000 de ses entreprises et sociétés (dont les 20 grandes multinationales du pays) y ont exporté pour plus de 15 milliards de dollars en 2001. Un volume d’investissements qui a été multiplié par Douze depuis 1989. Mais les autorités Haussmanniennes juge qu'il est possible de mieux faire.

L'Hausmanie est présent sur le territoire Saint-Marquois depuis sont indépendance dans le milieu du XIXe siècles, notamment par le soutient logistique, militaire et économique (notamment par le biais du commerce) apporté pour consolidé sont indépendance vis à vis des anciens colonisateurs. Il interviendra un peu plus tard l'adhésion de cette jeune république à la Confédération Haussmanniennes des Etats Indépendants (C.H.E.I.). La République de Saint-Marquise étant membre de facto du Commonwealth d'Hausmanie, elle à pu bénéficier de tout les avantages de cette appartenance stratégique, par exemple :

Hausmania a écrit :
  • Plan National d'Urbanisation (Visant à loger l'ensemble des citoyens Marquois en Zone Urbaine et Rurale, durant le début du XXe siècle la jeune république ne possédé pas de fond nécessaire à la conduite d'une politique de logement et de réaménageant)
  • Industrialisation du secteur primaire et secondaire (visant à accroitre l'indépendance alimentaire et mécanique Marquois, plus de 500 entreprises Haussmanniennes s'y sont implantée durant cette époque)
  • Développement des Infrastructures de premier ordre (La construction de réseau routier, infrastructure portuaire et conception des réseau de télécommunication...)
  • La mise en place d'un système de santé performant

Et ce sont des exemples parmi tant d'autre...

Pour accompagner ce nouveau plan d'investissement majeur pour ce pays du Commonwealth Haussmanniens, le congrès vient de se doté d'un budget de Cinq Milliards de dollars (soit Sept Milliards-Cinq-Cent Millions de Boyard), une rencontre diplomatique imminente avec le Premier Conseiller de la République de Saint-Marquise. Les Hausmanniens annonce le développement de plusieurs infrastructures moderne et nécessaire à l'émancipation économique et technologique Marquois, le réseau routier et notamment l'extension du réseau autoroutier de Sainte-Marquise, qui est un des tallons d'Achilles de ce pays, Malgré la mise en applications du projet routier au milieu des années 50 et 60, ils demeurent insuffisant.

Mais cela ne constitue pas le seul plan de grande envergure des Haussmanniens, le transport civil et commercial demeure tout aussi important, même si il c'est très bien développée aux fil des années, les autorités veulent leurs donnée un coup de pouce encore plus important, tout comme la doté d'un réseau internet "débit standard et haut débit" et de télécommunication mobile "haute fréquence (HF) et ultra haute fréquence (UHF)", afin de redynamisé l'ensemble des secteurs économiques et logistique Saint-Marquois, mais aussi cela permettra de renforcer la présence des entreprises Haussmanniennes sur le territoire.

L'enjeu majeur du C.H.E.I. (Confédération Haussmanniennes des Etats Indépendants) pour l'Hausmanie et ses membres



Le sommet de la C.H.E.I. à Aumérine - 1979

Le Commonwealth, dit (C.H.E.I. /:Confédération Haussmanniennes des Etats indépendants) est une organisation intergouvernementale Haussmanniens composée de nombreux États membres anciennement colonisée qui sont aujourd'hui, unis et liée aux destins de l'Hausmanie.

Le Commonwealth a vue le jour au début du VIIIe siècle durant le processus de décolonisation du continent Aleucien. Il est formellement constitué par le protocole du Président Harold Hopkins en 1805, qui stipule que les états ayant bénéficié d'un quelconque soutient du gouvernement haussmanniens qu'il soit économique, commerciale, politique où militaire, soit membre de facto à la confédération. Le symbole de cette association est le président d'Hausmanie qui est chef de l'alliance. Les états membres peuvent être issue d'un régime monarchique ou républicain.

L'Hausmanie est l'une des grandes puissances économiques et technologiques mondiale où elle dispose d'une place particulaire dans l'histoire mondiale, Aleucienne et celle de Sainte-Marquise. Avec les états-membres du Commonwealth Haussmanniens (Confédération Haussmanniennes des Etats Indépendants [C.H.E.I.]) concentre le plus grand nombre de capitaux au monde, avec un réseau diplomatique conséquent à l'échelle mondial.

Durant le XIXe, l'Hausmanie, Soit Deux-Cents ans après sont indépendance, avait développée un réseau diplomatique de grande envergure sur l'ensemble du continent (avec des acteurs économiques, militaire [et para-militaire], politiques...) qui avait pour but d'étendre sont influence sur l'Aleucie, afin d'y faire reculer la présence des puissances colonisatrice et d'y diffuser les valeurs démocratiques post-coloniales qui fond aujourd'hui sa renommer sur la scène international. Mais ce n'était pas le seul point culminants de cette époque, la révolution industrielle à contribué énormément a la prospérité haussmanniennes, faisant d'elle l'une des grandes puissances économiques et industrielles du XIXe siècle, d'ailleurs aux milieux du XXe siècle l'Hausmanie prendra la tête du classement des grandes puissances mondiales, en 1989 (2 ans avant la crise) le PIB national avait atteint de 672 milliards de dollars, soit environ 10% à 15% du PIB mondial à l'époque (80s).

Cependant le développement éclaire qu'a connue l'Hausmanie au milieu du XIXe et début XXe siècle n'aurait pas était aussi rapide, si cette association intergouvernemental n'avait pas eu lieu, aujourd'hui largement tourné vers le secteur tertiaire et misant massivement sur l'innovation, l'Hausmanie à pourtant bien bénéficié des richesses en ressources naturelles de ses membres lui permettant de developpée l'ensemble de sont industrie, mais aussi lui permettent d'innover vers de nouveau moyens industrielle et technologique. Grand exportateur, C.H.E.I. lui a était très bénéfique, car les états du Commonwealth importait de nombreuse marchandises développée et produite en Hausmanie. Le PIB du C.H.E.I. (soit du Commonwealth) était d'environ 2 500 Milliards de dollars en 1987. Alors que le taux de croissance moyen du Commonwealth s'élevait à 5.8% de moyenne en 1988, la crise de 1992 fera plonger l'ensemble de l'alliance dans une dépressions financière et sociale sans précédant qui mettra près de Dix années à ce stabilisé.

C'est pour cela que les autorités Haussmanniennes reviennent sur le devant de la scène pour maintenir et renforcer cette organisation bicentenaire.


Une rencontre diplomatique important pour l'avenir du Commonwealth.



L'ambassadeur d'Hausmanie à Mont-Law à lancé une invitation au premier conseiller de la république de Saint-Marquise, sûr demande du pouvoir exécutif Haussmanniens, afin de scellé un lien historique affaibli depuis la Krach de 1992 qui plongea l'Hausmanie et l'ensemble des membres dans un repli sur soit diplomatique et financière, vis à vis de la scène international. Aujourd'hui l'ensemble de la classe politique reconnaissent leurs erreurs et regrettent de ne pas avoir affronté cette crise ensemble comme il a été fait par le passé.

Cette rencontre permettra de relancer la compétitivité de l'alliance face à des puissances émergeante et de nous replacer au centre des décisions mondiales.
3170
AGENCE FEDERALE DE LA PRESSE

27 janvier 2004 - Les soldats arkencans et ceux saint-marquois s'exercent mutuellement au combat de montagne dans le comté de Volcanside sur le Mont-Vargas.

Entraînement au combat en moyennes et hautes montagnes
Perché à plus de 3000 mètres d'latitude, le sergent Michael Mooney des régiments d'infanterie Saint-marquois, cherche à localiser la position d'une unité adverse, simulée par une section arkencane.

C'est sur le Mont-Vargas et ses 3000 mètres et quelques d'altitude, que les forces armées saint-marquoises ont donné rendez-vous aux forces armées arkencanes, pour amorcer leur formation au combat en hautes-montagnes. Ce stage, conçu et préparé par les ingénieurs académies militaires des deux pays, a pour but de préparer les forces arkencanes habitués des terrains en basse altitude et des progressions en terrains chauds et humides, à un engagement opérationnel sur des milieux enneigés et en altitude.

Le stage d’aguerrissement au combat, organisé au centre d'entrainement pour le combat tactique de montagne (litt. Le mountain combat tactical training center) prépare les cadres des troupes fédérales arkencanes à l’autonomie de décision en zone montagneuse, de manière à ce que l’encadrement maîtrise leur environnement de combat et ne soit pas subordonnés à un soutien actif de toute la chaine de commandement. Compte tenu du durcissement des engagements militaires contemporains et l’engagement diplomatique arkencan avec la République de Saint-Marquise ou le Front National Varanyen, il est apparu évident d’amener une pluvalue tactique aux stagiaires de ce stage pour conduire des actions de soutien militaire en théâtre montagneux, le relief dominant de la topographie des deux états précédemment cités. Toute la semaine, les chefs de groupe ont été confrontés à des scenarii tactiques nombreux et réalistes. Des situations notamment documentées à partir des retours d'expérience acquis sur la base des affrontements en altitude, entre les troupes impériales du Shah et les forces révolutionnaires.

L’exercice du jour repose par exemple sur l’interception d’un ennemi présent sur les cols tandis qu’il cherche à s’exfiltrer et à rejoindre une zone refuge. L’exercice est filmé par des drones et permet ainsi une analyse en période de debriefing.

Plusieurs objectifs rythment le stage d’aguerrissement au combat en haute montagne et viennent apprécier la réussite de ses stagiaires:
    Le premier objectif est orienté vers la reconnaissance de zone (appréciation des tenues de secteur).
    Le second intervient dans la localisation de l’ennemi (évaluation des déplacements sous couverture).
    Le troisième réunit l’interception et la destruction (une évaluation portée sur toutes les phases d’engagement de l’ennemi).

Outre les simulations d’engagement, le stage dispense des instructions tactiques autour de la gestion des armements par temps froid, du déplacement sur surfaces enneigées, de la construction d’abri de combat ainsi que des positionnements statiques. Malgré la rudesse des conditions d’exercice en montagne, le programme au stage est apprécié des chefs de groupe pour la transposition terrain qu’il offre et la reconstitution des situations d’engagements vécues par les forces révolutionnaires au Varanya.

Profitant de la saison hivernale, les forces armées internationales ont multiplié les entraînements pour offrir des situations concrètes et réalistes des théâtres d'affrontement en zones étrangères
5822
The World Post

9 février 2004 - SORTIE DU COMMONWEALTH HAUSMANIEN : La République de Saint-Marquise est-elle conditionnée par les avantages d’un rapprochement avec la Fédération d’Arkencheen ou les inconvénients de la République Fédérale d'Hausmanie?


Assemblée générale du Commonwealth en perte de vitesse?
La République de Saint-Marquise quitte la table du Commonwealth.


La sortie saint-marquoise du Commonwealth marque-t-elle une rupture avec la politique étrangère agressive de la Hausmanie?

C’est une question légitime qui intervient après la cascade des camouflets qui accompagnent les sorties politiques hausmaniennes. Un seul pays entretient aujourd’hui le statut de membre du Commonwealth : le Garaguay. En effet, après l’issue du vote au référendum portant maintien ou retrait du Commonwealth la Saint-Marquise a entériné à son tour un recouvrement de son indépendance politique. Nation pacifiste et tournée vers le progrès humain, les Saint-Marquois et leurs dirigeants ont usé leur capital sympathie que cet héritage historique qui entretenait plus de domination que de concertation dans les hautes sphères de leurs institutions.

D’une faible avance dont se contentera la démocratie, la République de Saint-Marquise présente un score de 52% en faveur d’un départ du Commowealth. “Un acte émancipateur” résumait la journaliste Margareta Crusillos après qu’elle eut sondé les avis de plusieurs citoyens restés sur la voie publique pour fêter l’annonce des résultats. Rejoint en 1899 sous l’impulsion de Harold Sheer, douzième président de la République septentrionale insulaire, le Commonwealth de Hausmanie, porté par des États aleuciens dans un monde condamné à la globalisation, est à bout de souffle. “Les clivages et le communautarisme continental déterminé par les héritages coloniaux n’a plus court en 2004” explique le politologue Remicio Granda.

“La Hausmanie a connu une guerre de proximité, par son opposition à la Confédération du Naka et son alliée la Fédération de l’Arkencheen dans les années 1940. Cette guerre aurait pu entraîner de facto tous les États membres du Commonwealth. Une réserve entretenue par ses membres avec raison puisque cinq ans plus tard, une Hausmanie perdante et essorée sortait du conflit, cédant sa réussite économique pour avoir convoité quelques îles conquises par l’Empire nippon au cœur du continent Halula.

Reconnaissant la souveraineté de l’Empire du Naka sur plusieurs îles halulanes et souhaitant éviter une interruption des flux commerciaux vers le Nazum car Albel et la Hausmanie avaient décrété qu’une île vierge devait rester vierge, la Fédération d’Arkencheen entra en guerre contre les deux nations aleuciennes. “Du point de vue de la présidence Arkencane de l’époque, il ne pouvait y avoir de guerre juste pour la libération de micro-territoires en Halula. L’installation de l’Empire dans les îles (quasi) vierges de Halula était de plus une aubaine commerciale pour tout le monde, à l’exception d’une République Fédérale de Hausmanie, qui avait des avantages commerciaux auprès des différents états membres du Commonwealth mais qui trouvait devant la Confédération du Naka un empire commercial en devenir.”

Avec la Confédération du Naka sur tout le littoral oriental de Nazum et ses nouvelles acquisitions halulanes, la nation nippone avait les moyens d’exclure économiquement le Commonwealth des principales voies commerciales vers le Nazum. C’est pour y mettre un terme qu’Albel et Hausmanie ont engagé des hostilités au large du Nazum, puis au large d’Aleucie à mesure que les combats s’intensifiaient. Laisser la guerre s’installer et durer là-bas était en revanche un coup de canife quotidien pour le commerce arkencan.
L’hostilité affichée par la République Fédérale de Hausmanie commença ce jour-là à entamer les soutiens d’un Commonwealth uni et indivisible, des soutiens maintenant occupés à panser les plaies d’une guerre internationale meurtrière.

Aussi, lorsque la République Fédérale a souhaité renouveler ses propos bellicistes à l’égard de la Fédération d’Arkencheen, avec un président se référant inlassablement à l’héritage meurtrier d’une guerre mondiale passée, de nombreuses personnalités publiques et même politiques dans le Commonwealth ont alerté sur la nécessité de se détacher d’un pâle reflet de puissance mondiale, enfermé dans un esprit vengeur.

L’avenir de la Saint-Marquise est-il dans la collaboration avec ses homologues paltoterrans?

Si la votation par référendum d’une sortie du Commonwealth traduit la volonté d’éloignement entre la Hausmanie et la Saint-Marquise, qu’est-ce qui justifie le rapprochement de cette dernière avec la Fédération d’Arkencheen? Est-ce une manoeuvre politique habile de la part de Saint-Marquise, pour réitérer et communiquer de manière positive sur son départ du Commonwealth? Les experts économiques doutent de cela, évoquant les avantages mutuels que peuvent entretenir Saint-Marquise et Arkencheen, dans la coopération.

Avec un PIB moyen de 113 520 livres saint-marquoises par an (soit 172 000 arkams), la République de Saint-Marquise entretient incontestablement les plus grosses fortunes enregistrées au niveau mondial. Pour comparaison, le PIB moyen annuel d’un actif de la Fédération d’Arkencheen est seulement de 18 600 arkams par an. De son côté, la Fédération ne tarit pas d’atouts elle non plus puisqu’elle est le pays le plus industrialisé au monde et enregistre un PIB supérieur de plus de 200 milliards d’arkams entre la seconde puissance économique mondiale (2e Hausmanie) et elle. Deux nations à forts potentiels qui ont des intérêts à entretenir la paix et la prospérité et qui peuvent se montrer complémentaires si l’on considère d’une part la société de fortunés Saint-marquois et le territoire (très) industrialisé d’Arkencheen, où des opportunités d’investissement sont omniprésentes, pour dynamiser la recherche et l’innovation.

En sus de ces points d'accroche, les véritables raisons d’un rapprochement politique entre la République de Saint-Marquise et la Fédération d’Arkencheen sont portées par des valeurs prônant la liberté d’entreprendre, d’innover, la sécurisation des routes commerciales internationales, la stabilisation de régimes démocratiques dans un continent aleucien en proie à la loi martiale (Hausmanie) et l’interdiction des sensibilités politiques avec une intégration des militaires dans la gouvernance du pays (Albel).
1381
Désir de Saint-Marquise

https://www.zupimages.net/up/21/17/z58z.jpg


C'est une conséquence un peu surprenante des drames qu'ont connu les Pharois ces derniers temps, mais qui donne chaud au cœur : les nombreuses démonstrations de soutien et d'affection spontanée des Saint-Marquois semblent avoir eu un effet très significatif sur le tourisme de l'île. En effet, le nombre de vols et de réservations pour la République de Saint-Marquise en provenance du Syndikaali connait un pic ces derniers jours. Comme si par delà l'Océan, les démonstrations de fraternité avaient réussi à rapprocher les citoyens de ces deux nations pourtant si éloignées, qu'elles avaient soudain rappelé à chacun que pour peu qu'il en fasse l'effort, il pouvait trouver un frère en chaque homme, une soeur en chaque femme, quelle que soit sa nationalité ?

Au delà du simple tourisme, on note également l'initiative de deux maires, des petits villages de Kylässä et Tavallinen, dans le sud du Syndikaali, de proposer des jumelages avec des villes Saint-Marquoises. A Pharot, la capitale, une association "les amis de Saint-Marquise" a également déposé sa demande pour être crée afin de nouer des liens culturels plus solides entre les deux nations, au moyen d'échanges, d'expositions et de festivités. Les Pharois ont toujours été un peuple curieux des autres, bien que cette curiosité ait parfois mené à des actes paradoxaux de piraterie et de pillages des œuvres culturelles et du patrimoine de leurs voisins. Réjouissons nous donc de voir ces élans cosmopolites se concrétiser dans des démarches d'ouverture plus saines et bienveillantes.
3720
https://nsa40.casimages.com/img/2021/05/10/210510081533496117.png

LE RAPPORT SUIVANT A ÉTÉ CLASSÉ

TOP SECRET

PAR ORDRE DE LA DIRECTION DE GAZNOV


AVERTISSEMENT

GAZNOV a écrit :
Note : Si vous ne possédez pas les autorisations requises pour visionner ce rapport, vous êtes dans l'illégalité. Seuls les hauts rangs de la société peuvent se permettre de consulter les fichiers concernant la construction des réseaux de gazoducs et ses potentiels risques, accidents et problèmes. Si un des rapports publiés est transmis au public, la direction de GAZNOV vous poursuivra en justice et vous risquez d'en payer les frais. Vous avez été prévenus.



30/07/2004 - Débuts des chantiers du réseau de gazoducs, des sites de transits et de collecte et des plateformes de gaz

Salutations distinguées aux membres de la direction de GAZNOV,

Je vous apporte de bonnes nouvelles, mais surtout des nouvelles... intéressantes. Les premiers bateaux sont arrivés et je vous annonce que le chantier est officiellement ouvert. Nous avons 35 000 ouvriers sur place, recrutés en partie en Saint Marquise, même si la plupart des ingénieurs sont Maktois. Les conditions météorologiques sont acceptables et la houle n'est pas très forte, les plateformes se situent à 40 km des côtes non-loin d'une petite ville de Saint Marquise, un trou assez paumé si vous voulez mon avis, tellement paumé qu'ils ont manifesté pour nous faire partir, quelle bonne blague... Vous pouvez remercier les forces de l'ordres locales qui ont maté cette "révolte" si on peut appeler ça une révolte. Bref, assez parler des bouseux qui ne connaissent rien au potentiel de leur patelin, d'ailleurs : parlons-en du potentiel, vous allez être bluffé, croyez-moi.

Dès que nous sommes arrivés sur place, nous avons fait intervenir les moyens nécessaires afin de déterminer exactement où se trouvait le gaz ainsi que sa quantité et... seigneur, vous n'allez pas me croire, le gaz est en abondance, tellement que cela paraît anormal. Cette source est sûrement la plus riche de toutes les sources exploitées à ce jour, nous pourrons alimenter toute l'Aleucie rien qu'avec cette source, nous sommes bénis. Mais, cela implique beaucoup d'autres choses, si jamais cette source nous quitterai des mains, notre présence en Aleucie sera bref. Je suggère, pour le bien de l'entreprise, de falsifier la quantité de gaz naturel afin de ne pas trop attiser les regards dessus... Il faut également prendre des mesures un peu plus sécuritaires, il faut cacher cette zone du public : engager plus de personnel de sécurité et bien les armer, nous pouvons demander l'accord à Saint Marquise, si ils refusent, nous pouvons tout de même nous en dégoter; il faut également entourer la zone de grillages, fils barbelés, tout de même pas des mines -mais si ce n'est pas trop surréaliste, oui ça serait vraiment bien-; vous m'avez compris : il est nécessaire de protéger cet endroit.

Concernant les risques, honnêtement : ça reste du gaz, rajouter des mesures pour la contenir ne servirait à rien et ralentirait l'extraction. D'après moi, il n'y a aucun soucis à se faire : le gaz est entre de bonnes mains. Si il advenait, par erreur, qu'une des plateformes subit une fuite de gaz pouvant mener à l'explosion, il faut nier la faute de l'entreprise et trouver un fautif. Vu le contexte international, je suggère d'accuser un sabotage soit par des pirates ou des terroristes anti-gaz. Bien que cette situation semble irréaliste et qu'il y a, selon nos experts sur place, 4.8% de chance que la plateforme explose après une fuite de gaz, il est nécessaire de se préparer au cas où. Il ne faut surtout pas, mais alors vraiment, avouer avoir falsifier la quantité de gaz : si le public doute, envoyez une équipe d'experts "indépendants" sur la scène. Si Saint Marquise souhaite faire des analyses, essayez de soudoyer les autorités et faites leur comprendre que si GAZNOV chute, ils chutent également : perte d'emplois, plus de gaz j'en sais rien mais trouvez des arguments. Si jamais le secret est dévoilé, accusez la filière Aleucienne de la société d'avoir caché les chiffres et renvoyez certains individus pour que cela paraisse crédible : essayez au moins de sauver le vaisseau mère.

Les gazoducs commencent à être en construction, bientôt, toute Saint Marquise aura du gaz naturel et nous pourrons commencer les travaux en Izcalie et en Arkencheen.

La fin du chantier est fixée au 01/09/2004

Directeur du site d'extraction SAINT MA-01


FIN DE RAPPORT
Haut de page