29/08/2005
16:14:51
Index du forum Règles et inscription Inscriptions Inscriptions validées

[VALIDÉE] Principauté de Cémétie

0

Création de pays : CÉMÉTIE


Généralités :



Nom officiel : Principauté de Cémétie (Πριγκιπάτο του Κεμέτ, « Prinkipáto tou Kemét »)
Nom courant : Cémétie (Κεμέτ, « Kemét »)

Inspirations culturelles : Egypte copte, Egypte grecque (ptolémaïque), Basse-Egypte, vallée du Nil, Etats Croisés (pour la colonisation occitane)
Situation géographique :

Langue(s) officielle(s) : hellénique (grec moderne)
Autre(s) langue(s) reconnue(s) : hiptique (copte, égyptien antique), lengadocien (occitan)

Drapeau :
Drapeau Cémétie

Devise officielle : μαζί ισχυρότεροι, « ensemble plus fort »
Hymne officiel : Ύμνος εις την Ελευθερίαν, « Hymne à la Liberté »

Capitale : Héraclée de Cémétie/Irákleia

Population : 42 031 200 habitants


Aperçu du pays :



Présentation du pays :
La monarchie est affaiblie par des décennies d’échecs princiers mais les institutions demeurent largement en faveur du maintien de la principauté. Le traditionnalisme ambiant pousse-même plutôt le monarque vers des rêves de grandeur par l’autorité, mais les enjeux restent trop nombreux dans un pays encore largement sous-développé, avec de grands écarts de niveau de vie (la côte et les axes fluviaux sont relativement modernisés mais l’arrière-pays demeure très pauvre).
L’explosion démographique récent des grandes villes, à la suite des modernisations de la fin du vingtième siècle, pousse le pays vers le précipice de la surcroissance : un écueil auquel le gouvernement devra se confronter. Les mœurs chrétiennes traditionnelles se montrent farouchement hostiles à toute incursion gouvernementale dans la politique des naissances.
Les mouvements politiques hiptiques dénoncent l’enrichissement des nomes (subdivisions administratives, régions) les plus au nord, au détriment des populations de l’arrière-pays. Les lengadociens soutiennent une plus grande autonomie pour le nome de Kíniakeia (Ginhac), seule nome où ils sont majoritaires. Les particularistes s’impatientent face aux autorités princières et des groupuscules anarchistes sont à l’origine d’actes violents indépendantistes.

Mentalité de la population :
Plusieurs invasions (latine, arabique, turcique, coloniale) ont renforcé la cohésion entre les deux principales populations du pays : les hiptiques et les helléniques. Mais cette unité n’est qu’éphémère et malgré les millénaires la présence hellénique ne fait toujours pas l’unanimité. Là où les helléniques cémétiens se sont sédentarisés en tant que colons à différentes époques dans tout le pays, les hiptiques demeurent moins établis et sont plus tournés vers l’humilité théologique que les helléniques, plus occidentalisés et consuméristes. Les lengadociens représentent un micro-cosme, à la fois fort dans son environnement direct mais très fragile, dytoliens perchés sur une péninsule à l’extrême-nord du continent algarbien.

Place de la religion dans l'État et la société :
La religion joue un rôle-clé, faisant du souverain cémétien celui qui approuve la nomination du nouveau pape et patriarche d’Héraclée (et donc chef de l’Eglise orthodoxe cémétéenne). L’Etat finance une partie des lieux de cultes chrétiens, notamment dans le nome de Kíniakeia où le financement du système religieux de la majorité des lengadociens catholiques achète le silence du clergé local.


Politique et institutions :



Institutions politiques :
Le prince est au sommet de l’Etat. Son rôle, de plus en plus symbolique, demeure néanmoins inscrit dans la Constitution, la Sýntagma : il est chef suprême des armées et du pouvoir exécutif. A ses côtés, le Πρωθυπουργός (Prothypourgos, premier ministre) est le chef du gouvernement et est nommé par la majorité législative.
Face au pouvoir exécutif, le pouvoir législatif est incarné par la chambre unique, la Vouli (littéralement, le « Conseil »). Le prince étant irresponsable devant le Parlement par essence, le premier ministre ne l’est pas : il est élu au scrutin majoritaire à deux tours. Les élections législatives ont lieu selon un rythme de mandats de quatre ans, au scrutin proportionnel : les ministères se succèdent donc rapidement et ont une certaine inconsistance.

Principaux personnages :
- Le prince, son Altesse Dimitrios III Achanios (dynastie des Achanides)
- Le premier ministre, Christodoulos Perrakos
- Le chef du principal parti d’opposition, Antonis Nicolopoulos
- Le directeur controversé des services secrets intérieurs, Anastasios Stamiades

Politique internationale :
La modernisation du pays pourrait pousser la monarchie pourtant traditionnaliste à s'ouvrir et chercher des partenaires étrangers, notamment sur le plan financier en ce qui concerne la construction d'un canal moderne pour connecter les deux mers.
0
Candidature validée https://image.noelshack.com/fichiers/2019/18/4/1556817747-o-kkkay.png
Haut de page