06/08/2004
21:16:24
Index du forum Scène Internationale Diplomatie internationale

Forum Économique et Commercial d'Aleucie [F.E.C.A.] - Page 2

12045

Le 12 octobre 2003, Zénith.



République fédéral d'Hausmanie

représentation de la république fédéral haussmanniennes



Après le discours de bienvenue et notamment celui quelque peu brutal dirigé envers les délégation Arkencans, au moment ou le président de la république s'apprête à quitter la scène, Martha Fulton après avoir entendu le discours quel à jugé d'une extrême violence, elle décide d'interpeller Joseph Kurthmann et de lui faire sont retour sur la situation.

Un retour qui surprend le président, mais qui à l'effet de le faire un peu plus camper sur ses positions, le premier ministre Félix McDonnell est encore plus remonté contre la représentation Arkencan, jugeant que les propos sur la situation en interne hors sujet et disproportionné, alors que les autorités Haussmanniennes ne ce sont jamais immiscé formellement dans la vie politique Arkencan.

Par la suite le président Joseph Kurthmann lui répond avec la même fermeté, mais en y mettant un peu plus de diplomatie.

Joseph Kurthmann a écrit :
Mais chère madame Fulton, vous vous méprisez à un tel point que vous semblez tomber dans le piège des calomnies en cet instant, car les autorités haussmanniennes et Albeloise n'ont eu aucunement le projet de vous imposer quoi que ce soit ou de s'allier contre vous, afin de vos Faire plier ! comme vous la dite, mais au contraire essayé de plutôt de trouver un arrangement unilatérale qui serait profitable à nos deux parties. Mais nous avons la malheureuse impression que l'Arkencheen est d'accord de coopérer à condition qu'elles puissent garder le leadership, est ça c'est complètement hors de question.

Nous vous avons à plusieurs reprises contactées par la voie diplomatique, afin de vous partager notre réelle envie d'avancer avec l'arachnéen, de revoir la position aleudienne à votre égard, et nous vous avons même sollicité des excuses pour les mots quelque peu ambigus et fermes du ministre des affaires étrangères que vous avez malencontreusement mal interprétés lors de notre précédente missive du mois de mars. Mais toujours est-il que la décision prise par votre gouvernement au sujet de la privatisation du détroit nous laisse perplexe sur votre intention de collaborer avec les états du continent Aleucien, car bien qu'une décision interne, celle-ci à malheureusement des conséquences néfaste pour l'économie du continent, temps de livraison allongée, inflation des prix, annulation de commande et etc., par conséquent le moment où une politique d'un pays impacte l'environnement économique et politique des pays voisins, celle-ci ne lui appartient plus, car les pays aux alentours ont bien le droit de réagir afin de sauver leur économie.

Les états aleucies reconnaissent que cette privatisation relève seulement d'une décision en interne et nous n'avons pas pour ambition d'ingérer dans vos affaires internes, mais vous devez avoir conscience que si une décision prise par votre administration impacte l'économie de tout un continent, pouvant causer les dommages cités précédemment, elle ne sera plus interne, mais bien régional ou voir international. Vous êtes bien conscient que la position géographique de l'arkencheen est handicapante pour la fédération d'Albel, donc aussi, celle du continent aleucies, par conséquent vous usez de cet avantage géographique, afin de faire plier les états aleucies. Vous nous reprochez de vouloir vous faire plier, mais vous en fait déjà la démarche avec ce détroit.

Par ailleurs à la suite de cette nouvelle sur la privatisation des détroits arkencan, l'état haussmannien avait mis à disposition de la Fédération d'Albel, l'ensemble des infrastructures portuaires et logistique, afin que cette privatisation n'impacte pas fortement son économie et l'approvisionnement de certain pays en denrée alimentaire, mais comme je l'avais précisé, celle-ci n'est pas une solution au long terme, il y a de nombreux retards de livraison et expédition qui sont à noter, c'est pour cela que nous vous demandons de revoir votre projet, nous souhaitons négocier avec vous, établir un accord commercial profitable. Cette situation est insoutenable pour l'état haussmannien, nos ports sont saturés, le nombre de rotation routier, aérien et ferroviaire à exploser depuis plus de 6 mois, dépassant de 15% la capacité logistique nationale.

Nous avions beaucoup hésité à vous faire inviter au FECA, car nous savons les aleucies vous importent peu, et qu'en nous regardant, vous pensez plus profit et domination, qu'à la coopération et amitié que l'aleucie peu vous offrir. Aujourd'hui on a bien la preuve que si le continent souhaite collaborer avec vous et nous devrons être des parfaits petit soldat. Permettez-moi de vous dire que cela n'arrivera pas, car nous sommes souverains et libres de nos chemins, nous avons combattu il y a des siècles, la colonisation eurasienne, afin de garantir notre indépendance, ce n'est pas pour qu'aujourd'hui en se fassent dominer par une puissance étrangère. De plus la guerre de 1941-46 que vous ! avez menée contre notre continent, en dit long sur votre estime pour nos concitoyens aleucies.

À la suite de ce discours improvisé du président de la République fédérale d'Hausmanie Joseph Kurthmann, celui-ci décida de quitter la scène accompagnée de ses principaux conseillers. Il rejoint une salle privée, où il demanda au Premier ministre Félix McDonnell de répondre avec diplomatie et fermeté au propos Arkencan.

Felix lui répond/: bien entendu monsieur le président, je vais faire mon possible, mais je me demande toujours pourquoi vous tenez tant à normaliser nos relations avec ce pays qui malgré toutes les tentatives, porte un intérêt néfaste a note pays ainsi qu'à celui du continent entier.

Joseph répond à son tour /: Je comprends bien votre scepticisme vis-à-vis de l'Arkencheen, il est vrai que ce pays a toujours été hostile aux aleucies de par ses actions et ses discours, mais d'entretenir une haine croissante et sans chercher à l'atténuer est tout aussi irresponsable. Par ailleurs nous lui avons fait savoir dans le précédent discours, d'opter pour une autre attitude plus juste à notre égard et à celui des pays aleucies, car nous leur avons expliqué qu'en ayant un tel comportement, comme celui qu'ils ont depuis nos alleux vit à des états aleucies, ne serait pas accueilli avec soutien, je le reconnais réellement qu'il y a encore beaucoup de travail en ce sens et je suis d'accord sur un point avec vous, c'est que le travail ne dois pas être fait que dans un seul et unique sens, et c'est-ce que vous aller essayer de leur faire comprendre, car ce sommet n'est pas un terrain pour animer les rancœurs actuelles ou celui du passé.

Felix lui répond/: monsieur le président, je comprends bien votre optimisme, mais les arkencans ne sont pas si faciles à apprivoiser, ils ont un ego surdimensionné et celle-ci n'est pas si récente, vous avez beau les mettre en garde, leur mettre la précision, il ne changera pas ça politique vis-à-vis du continent aleucies, les arkencans ont une haine importante contre le continent. Cependant je vais faire ce que vous me dites, mais j'y mettrai ma touche personnelle sans pour autant mettre le feu aux poudres.

La conseillère fédérale aux affaires étrangères arkencan qui était très surpris en façade face au discours qui vient de la contredire sur le fait d'une possible tentative d'ingérences aleudiennes en arkencheen, mais elle devait probablement jubilaient à l'intérieur d'elle, pour avoir semé le discord dans ce sommet si important pour les aleucies, au moment où elle se lève pour quitter l'hémicycle du FECA, le corps diplomatique haussmannien va vers l'équipe arkencan, pour leur faire part que le Premier ministre va venir les voir pour mettre "entre guillemets" les choses aux claires.

Craignant que les homologues arkencan partent du sommet, le Premier ministre décida de les rejoindre sans attendre une minute de plus, Martha Fulton avec son discours qui luit pour le coup est le signe d'une ingérence aux yeux de Félix McDonnell, car utiliser la situation socio-politique en hausmanie pour défendre ses idées et récupérer un semblant de crédibilité, alors que chez eux il y a une piraterie croissante dans ses détroits et une prolifération de la criminalité par le biais des mafias qui devient de plus en plus important, c'est très contradicteur pour le Premier ministre, ça tourne même à de l'autodérision à ses yeux.


Félix McDonnell répond à Martha Fulton sur demande du président Joseph Kurthmann a écrit :
“Madame Fulton,

Ce qui me fait rire, c'est que vous nous parler d'une tentative d'ingérence de notre part et de celui de la fédération de l'Albel au sujet du détroit arkencan, alors que vous venez dans votre précédente prise de parole de parler de la situation qui est triste en hausmanie afin de vous redorer le blason, car il faut être réaliste, vous n'avez pas grand-chose pour votre défense, alors prière de garder vos réflexions pour vous, car vous qui me parlez de soi-disant humilité, vous en fait pas preuve du tout, vous n'avez jamais voulu construire quelque chose avec les aleucies, vous ce que vous chercher, c'est de dominer le continent, d'en être le maitre.

Vous croyez quoi ? je ne suis pas le président Joseph Kurthmann, je m'appelle Félix McDonnell, et je ne porte pas du tout l'arkencheen dans mon cœur, pour moi vous un état opportuniste ayant un égal sur dimensionner à un tel point que vous en devenez irrespectueux, finalement vous ne vous différenciez pas tellement de vos prédécesseurs. Si je suis là devant vous, c'est seulement sur demande du président Kurthmann, car pour moi vous ne représentez pas grand intérêt.

A quoi pensez-vous madame Fulton ? Que vous pouvez interagir dans les affaires internes de l'Hausmanie sans qu'il y ait un retour ?, vous êtes peut-être bien l'actuelle première puissance, mais n'oubliez jamais d'où vous venez ma chère !, être une grande puissance mondial, ne vous donne pas droit à en être désagréable et menaçant avec vos voisins ou les pays mondiaux. La puissance n'est qu'une statistique économique est industrielle, elle ne représente en aucun cas votre historique ou les conditions de vie dans le pays, vous avez acquérit une avance par rapport a nous et c'est toute à votre honneur, mais sachez que cela ne vous donne aucun droit divin sur un pays.

Vous dites que les Îles Fédérées d'Arkencheen sont une opportunité pour nous aleuciens ? je ne vois ou est l'opportunité excusez moi, je ne la vois ni maintenant, ni demain, car vous faite preuve d'une telle négligence dans la langue, a toujours mal interprété les fait et geste de chacun, que nous serions fatigué a vous rassurez à chaque intervention. Vous dite que vous avez été mal accueilli, mais qui est-ce qui a peine arrivé sur le territoire haussmanniens nous as accablée de la pire des manière, surtout pour un détail futile, alors s'il vous plait n'essayer pas de m'attendrir

Vous qui parlez de la crise Varanyenne, laissez- moi vous préciser que l'hausmanie partage ces mêmes valeurs, des valeurs qui à nos yeux sont fondamentales, mais permettez-moi d'en douter lorsque ces valeurs sont portées par l'arkencheen, car excusez-moi de vous offenser madame Fulton, mais l'Arkencheen n'interviendrai pas si elle n'avait pas quelque chose à y gagner, vous profitez du chaos sur place pour pouvoir vous infiltrer en douceur, donc la réalité c'est que vous ne vous préoccupez pas des conditions de vie des varanyens et varanyennes qui sont préoccupantes et triste pour certain et certaine des classes sociales du pays, mais plutôt de votre émancipation économique et politique (impérialisme), est oui !, car un pays où l'on y possède des hommes de main et des alliées dans le futur gouvernement local, est une opportunité énorme pour la croissance d'une grande puissance comme l'Arkencheen.

Par ailleurs aller comparer une situation de crise d'ordre socio-politique en Hausmanie à celle du Varanya qui est une dictature au bord d'une guerre sanglante où toutes les nations se battent pour avoir leur part de gâteau, est d'une incompétence et irrationalité telle, qu'honnêtement je me demande pourquoi nous vous avons invité à ce sommet, si ce n'est que pour ce faire critiquer ou insulter de la sorte, vous n'appréciez pas les aleucies, pourquoi avoir accepté cette invitation ?, vous vous rendez compte de ce que vous êtes en train de dire à notre sujet, il n’y a pas plus démocrate que nous, notre peuple manifeste est mécontentements de certains partis qui bloque nos réformes, tout en soutenant le président actuel, madame il faut bien lire et interpréter les informations nous concernant, quand veut veux critiquer ou/et juger un pays.

Vous nous faites la leçon sur le fait qu'on ingère dans vos affaires internes !, mais le détroit arkencan comme mon président vous l'a expliqué, n'influe pas que sur l'arkencheen, ces taxes, les futurs blocages et etc., puissent et ont des conséquences néfastes pour les nations autour, et du moment où les économies des nations sont touchées et menacées, cette politique ne vous concerne pas qu'a vous, c'est pour cela que nous avons réagi et voulut négocier, alors que la situation en Hausmanie, excusez-moi, n'a et n'aura aucune influence sur la situation régionale, nous n'avons reçu que du soutien en plus, donc s'il vous plaît madame....., gardez votre leçon de bien séance pour vous, la crise que nous traversons ne vous concerne en a aucun moment, notre démocratie est bien vivante, pour avoir la preuve il vous suffit de vous rendre au centre-ville de zénith.

Et pour terminer, l'annonce de votre retrait n'est pas une surprise, ni une grande perte, le président a essayé contre mon gré de vous intégrer à une nouvelle méthode de coopération, et j'imagine qu'il essaiera encore, mais pour ma part notre sommet aurait pu être crédible, c'est vous qui l'avez rendu incrédule, de notre côté le sommer n'est pas encore terminé et ne fait que commencer, par conséquent il y a encore espoir qu'il est des accords trouvés.

À la fin de l'entretien entre le Premier ministre "Félix McDonell" et la représentante arkencan "Martha FULTON", chacun se sépare et madame Fulton part en direction de sa voiture pour repartir direction aéroport, et le Premier ministre part en direction de sa voiture pour une interview à la télévision.
1967

Le 12 octobre 2003, Zénith.



République fédéral d'Hausmanie

représentation de la république fédéral haussmanniennes



Tout juste après la longue entrevue avec la représentation arkencan, secondant une première journée quelque peu chaotique, les représentant haussmanniens qui était encore sur place, apprennent que la reine du reinaume d'Aumérine aurait été très surpris et quelque peu véxés par le manque ou l'oublie de politesse du président Joseph Kurthmann à l'égard de son hôte royal, en effet le protocole stipule que lors d'une conférence ou d'une visite d'état, la reine doit être systématiquement saluée et honoré de sa présence.

La secrétaire chargée des affaires étrangère auprès du ministre, se dirige dans l'assemblée en direction de la représentation Aumérinoise, pour aller la saluée et la remercier d'être venu au sommet. Bonjour sa majesté la reine, veuillez excusez notre président, c'est une erreur qu'il fait très rarement, mais les évènement politique et internationaux l'on probablement perturbé, c'est une forte grave à nos yeux et nous en somme sincèrement désolé, par ailleurs notre président souhaite après se sommet vous proposé d'effectuer une visite d'état de 3 à 6 jours selon vos disponibilité.

Le 14 octobre 2003, Zénith.



En réponse au Westgau:


Il n'en est pas du notre aussi, mais quand un pays est hostile au votre et a ceux de tout un continent, inutile de vous rappeler la guerre de 1941-1946 opposant la fédération d'Albel et le CHEI, contre l'Arkencheen et l'ancien empire du Naka, ainsi que les provocations répété de part ses politique et notamment la nationalisation ou privatisation de ses détroits ayant des conséquence néfaste pour la région, si nous les avons invité c'est pour justement rétablir la parole et essayé de trouver un compromis profitable a nos deux parties, mais dès leur arrivée ils ont utilisée un détail qui est vraiment sans importance, sauf pour eux, afin de nous en mettre encore sur le dos, notamment à l'Hausmanie et à la Fédération d'Albel. Par conséquent excusez moi, mais le pays qui utilise les quelques erreurs de formulation et les interprètent à leur gisent, alors que plusieurs démenti ont été émis, pour nous nuire c'est bien eux.
Haut de page