26/03/2005
06:57:30
Index du forum Archives Pays archivés Déodatie

Activités étrangères en Déodatie

399
Activités étrangères en Déodatie

Ce topic est ouvert à tous les joueurs possédant un pays validé. Vous pouvez publier ici les RP concernant les activités menées par vos ressortissants en Déodatie. Ceux-ci vous permettront d’accroître l'influence potentielle de votre pays sur les territoires locaux. Veillez toutefois à ce que vos écrits restent conformes au background développé par le joueur de la Déodatie, sinon quoi ils pourraient être invalidés.
4278
El Boletin

9 novembre 2003 - Un jeune déodatien d’origine encolanaltèque remporte des concours visant à imaginer un nouveau drapeau national.



Dany Burceglos
L’artiste, aujourd’hui âgé de 22 ans, a remporté un concours local dans lequel chaque participant devait proposer un drapeau à la Déodatie et une Histoire.

Un historique hasardeux pour ce vexillologue né.


Tout est parti d’un pari entre copains, lorsque Dany Burcegos a dessiné son premier drapeau à l’âge de 13 ans. Destiné à illustrer le logo de son club de foot de l’Association Sportive de Camlême, un petit village de 130 habitants en Deodatie, le garçon de l’époque avait réussi l’exploit de laisser sa trace au sein du club de football, comme aucun autre cadet ne l’avait fait avant lui.

Enfant de parents immigrés encolanaltèques, le garçon a toujours été un modèle d’intégration réussie en Déodatie. Animé par la fierté nationale et le sentiment d’appartenance, il en est récemment venu à participer à un concours local, dans lequel plusieurs anonymes rivalisaient de créativité pour imaginer le drapeau national pour la Déodatie et son histoire.
Un événement cantonal dans lequel il a renoué avec le succès, après qu’il eut présenté sa proposition de drapeau et l’Histoire qu’il lui associe.

Une nouvelle réussite qui conforte le jeune homme dans sa vocation.


C’est donc lors de sa dernière participation, que l’inventivité du jeune Dany Burcegos a trouvé une certaine reconnaissance auprès du public et de ses pairs de vexillologie. Face à une centaine de vexillologues ou passionnés d’Histoire, il est venu défendre devant un jury le drapeau qu’il souhaiterait voir flotter au-dessus de la capitale Saint-Michand de Déodatie.

Son oeuvre, bariolée de 4 couleurs (certains vexillologues commenceraient par rappeler que le blanc n’est pas une couleur, nous n’en ferons rien…) se lit en deux temps.

Une œuvre complète.


Tout d’abord, 3 étoiles de formes et de diamètres différents, siègent en haut à gauche de la création. Son auteur est formel, chacune d’elle à vocation à représenter l’une des trois valeurs fondatrices de Déodatie: “Honneur, Patrie et Courage”. Il les représente sous forme d’étoiles car elles sont pour les hommes de son pays des valeurs inestimables, placées au-dessus de tout le reste. Par ailleurs, l’étoile incarne un élément inatteignable, traduisant une recherche permanente, un signe évident que la poursuite de ces valeurs nationales ne souffre d’aucun acquis mais constitue bel et bien une recherche quotidienne pour chaque fils et fille de la nation. Dorées, ces étoiles évoquent une nouvelle fois la notion de richesses, inestimables et qui ne se matérialisent pas.

On identifie ensuite sur sa création deux bandes horizontales, l’une verte et l’autre blanche. Pour Dany Burcegos, ces lignes tracent la voie à suivre et se positionnent au centre du drapeau comme elles seraient en réalité au centre du pays.

La première bande, verte, incarne la vertu martiale de Déodatie qui véhicule sur la scène internationale, une image de citoyens disciplinés et dévoués. La deuxième blanche, représente la pureté et le caractère sacro-saint de l’Eglise catholique déodatienne ainsi que du Président de la République. Ces bandes sont centrées et accolées pour insister quant à leur indivisibilité et leur positionnement central dans la société déodatienne. Elles forment un tracé horizontal et non vertical, un signe manifeste de la stabilité et de la pérennité qu’elles inspirent pour la République. Le tout sur un fond bleu nuit pour contraster d’un côté les allégories bienveillantes citées précédemment, et de l’autre illustrer les heures sombres qu’a connu et que connaîtra le pays.

Ainsi, il est clairement revendiqué que l’esprit martial de Déodatie, son allégeance à la Présidence et sa devise nationale, sont indispensables au franchissement des obstacles imposés à la Déodatie et à son peuple. Un argumentaire qui a convaincu le jury, désireux de reconnaître la cohérence de l’oeuvre de Dany Burceglos et le modèle d’intégration sociale et politique qu’il représente.

carte culturelle de Geokratos

Voici la proposition de drapeau national défendu lors du concours "Sous les drapeaux, l'Histoire".

Haut de page