18/03/2005
11:55:15
Index du forum Continents Eurysie Empire Rémien

Activités étrangères dans l'Empire Rémien

418
Activités étrangères dans lEmpire Rémien

Ce topic est ouvert à tous les joueurs possédant un pays validé. Vous pouvez publier ici les RP concernant les activités menées par vos ressortissants dans l'Empire Rémien. Ceux-ci vous permettront d’accroître l'influence potentielle de votre pays sur les territoires locaux. Veillez toutefois à ce que vos écrits restent conformes au background développé par le joueur de l'Empire Rémien, sinon quoi ils pourraient être invalidés.
2749
Désert Cémétie Apamée frontière
La frontière méridionale céméto-apaméenne est un désert aride.

Sous un soleil brûlant, des silhouettes progressaient avec difficulté dans ce paysage. Le sable, d'une couleur cuivre indéfinissable, couvrait le sol jusqu'à l'horizon. Rien ne venait couper ce napage brute, si ce n'est l'ombre des dunes et des crêtes formées au gré du vent dans cette région des plus arides de Cémétie. Pourtant complètement inhabité, ce désert avait une valeur notable : celle d'accueillir le tracé de la très disputée frontière méridionale de la Principauté de Cémétie, ligne fictive partagée avec l'Empire rémien plus au sud. Territoire récemment investi par la souveraineté des deux États puisque les revendications des deux côtés de la frontières ne remontent qu'à la seconde partie du vingtième siècle.

À ladite époque, l'Apamée, ligue de territoires hellénophones du pourtour de la mer Leucitaléenne et au-delà, s'intéresse à la limite sud de la Principauté cémétéenne pour inquiéter l'indépendance de celle-ci. Souveraineté et irrédentisme aidant, les deux États limitrophes de la bande désertique locale n'ont cessé de se l'arracher à grands coups de règle et de paperasse. En réalité, personne ne contrôle cette immensité sablonneuse, si ce n'est les quelques serpents increvables qui parcourrent avec nonchalance cette nappe de sable irradiée par le douloureux dieu Soleil. Les yeux des vagabonds pouvaient explorer l'horizon jusqu'à en perdre la raison tant les distances étaient multipliées dans cet espace vide.

Rares étaient les suicidaires à fouler le sable de la bande désertique séparant Cémétie d'une part et Apamée de l'autre. Aujourd'hui, l'observateur averti pouvait cependant discerner quelques formes lointaines : quelques carcasses de véhicules, boîtes en métal rongées par le temps, vestiges sans doute d'un affrontement frontalier, ainsi que quelques silhouettes encapuchonnées. Celles-ci, enroulées dans le traditionnel chèche importé des cultures tamazighs, se déplaçaient vers la ligne bleue de l'horizon, fourmis humaines fuyant une crête pour finir absborbées par une autre. Une course de rien, dans rien. Un nihiliste convaincu aurait reculé devant la fatalité du désert : rien n'y pousse, rien n'y meurt.

Après quelques jours de rien, lesdits voyageurs eurent fini leur traversée : quelques familles natives tentaient, en ces temps troublés, de rallier la côte méridionale de l'Apamée pour s'implanter en territoire rémien, ou même quitter le continent en embarquant vers d'autres horizons, moins ensablés. La situation interne en Cémétie ne donnait apparemment rien à envier aux régimes libéraux de l'Occident : déchirés par coutumes et traditions, les cémétiens s'aveuglaient par culpabilité devant la grande pauvreté de l'arrière-pays, la concentration abusive des richesses et les violences ethniques. Du moins c'était la situation comme décrite par les quelques familles passant par là aux locaux : rien ne confirmait ni n'infirmait ces propos alarmistes. Partout dans le monde on fuyait la misère, peut-être celle-ci était-elle moins clémente qu'ailleurs ?
951
Raj observa les alentours dans ses jumelles IL. La voie est libre comme d'habitude. L'homme sourit et descendit prudemment le sentier escarpé. D'Hukata, il avait roulé jusqu'à la frontière du Royaume Mazandien, une rejeton de l'Empire Rémien, une frontière, un gruyère... De là, l'agent spécial des services de sa Majesté avait continué à pied. Même chemin, même mission, une demi douzaine de jeunes femmes l'attendaient pour fuir vers l'Aryèdie, échapper à la « grande mobilisation générale des ventres ». Mais avant, ils devaient vérifier les boîtiers d’écoutes téléphoniques cachés dans des amas de fils du terminal vétuste de l'Empire. Tout est OK constata-t-il. Un bruit le fit sursauter. Maudits chats, ils le surprenaient toujours. Cent cinquante mètres plus loin, il récupéra les jeunes femmes aux traits tirés par la peur, la fatigue et l'angoisse. Suivez moi intima-t-il en perse. La petite colonne fila dans les ombres, remonta le sentier pentu. Une nuit ordinaire pour Raj, il fit monter les jeunes Mazandiennes dans le fourgon, s’étira et démarra. Au service de sa Majesté, pensa-t-il, avec un sourire.

of
3241
Informations du Thaon¹

La Principauté de Cémétie fait de l'œil à la Cybistrie


Anargyros Zervatos | 01/12/2003

Siège Ministère Diplomatie Cémétie Héraclée

Le Ministère de la Diplomatie cémétéen est devenu une plaque tournante de la contestation apaméenne.


Assarénie, Illythie, Cybistrie, trois États constitutifs de l'Empire rémien, mais aussi trois puissances hellénophones notables sur le continent afaréen et en particulier dans les espaces maritimes du nord du continent. Grand ensemble hellénistique agrégé au cours du XIXᵉ siècle par plusieurs petites puissances régionales, l'Apamée n'est aujourd'hui plus la puissance qu'elle fut un temps en liguant les pays hellénophones contre les puissances extérieures ; cette alliance de circonstance, concrétisée en une fédération impériale aujourd'hui désuète, est devenu la ruine de toutes ces cultures qui, écrasées par des politiques centrales toujours plus absurdes - à commencer par la « guerre des ventres » en Songésie -, ne connaissent que dévastation et récession.

Economiquement parlant, l'Empire rémien stagne, alors que sa démographie continue à exploser à cause de sa politique nataliste à outrance et la pauvreté, qui est endémique au sein de la population apaméenne qui disposent d'en moyenne cinq fois moins de revenus que le cémétien moyen, avec 2 500 $ par an par habitant contre plus de 12 500 dollars annuels par habitant en Cémétie, soit au moins 50 000 drachmes cémétéennes - une monnaie devenue courante dans les frontières de l'Empire rémien, tant la dévaluation et les politiques monétaires contradictoires de Théodosine, la capitale impériale, ont rendu arbitraire le cours de la drachme eulénienne et détruit le pouvoir d'achat des apaméens.

Alors que les autorités impériales qualifiaient de folie la décision cémétéenne de « faire cavalier seul » au siècle passé, privilégiant la voie de l'indépendance plutôt que l'adhésion à la ligue impériale nouvellement formée, les États de l'Empire sont aujourd'hui curieux de la réussite économique de la Principauté qui, en plus de prospérer sur son propre territoire, influence désormais la vie économique et financière de l'Empire rémien. Si démographiquement parlant la Principauté ne concurrence pas réellement l'ensemble humain que représente l'Empire, Héraclée reste une place forte de l'économie régionale et domine désormais le jeu leucitaléen, supplantant l'Apamée en tant que première puissance hellénique dans le monde.

Une prospérité qui ne laisse ainsi donc pas indifférents les autorités des différentes Républiques et des différents Royaumes qui composent l'Empire : la réception d'un émissaire diplomatique assarénien l'an passé avait soulevé un tollé auprès des autorités impériales, qui ont rapidement accusé le petit Royaume nord-afaréen de trahison. Mais les menaces en sont restées là et, bien que les relations assaréno-cémétéennes sont restées au point mort malgré cette main tendue entre les deux pays, un tabou avait été brisé : le blocus diplomatique opéré par l'Empire apaméen depuis plusieurs décennies avec Héraclée ne tenait plus, les digues sautent et les relations apaméo-cémétéennes se réchauffaient. Comment expliquer sinon l'augmentation rapide des relations commerciales entre 2002 et fin 2003 ? De nouvelles perspectives s'ouvrent pour la Principauté de Cémétie dans le bassin leucitaléen, mais aussi en Afarée septentrionale.

----
¹Πληροφορίες από Θάον (« Informations du Thaon ») est un journal cémétéen hellénophone disponible sur le territoire rémien et dans la plupart des capitales hellénophones du monde.
2146
cc

Rapport du 01/12/2003

De : Unité Golf India Roméo/1er R.I.F./2ème Bat/2ème Cie/2ème Sec°
Région frontalière Paakdesh/Eucratide C/ X:49935.1 ; Y:15722.92
Accrochage groupe terroriste/Traitement/Elimination

A : Etat-Major Officier traitant/SRSM/doc-mat


Sergent V.R. 2Ème Gr.

Ce jour, à 4:11 am, je dirigeais mon groupe de combat sur la zone frontalière nord en suivant une crête rocheuse. Le Caporal M.H. m'a alors fit savoir par signes qu'il avait repéré un groupe d'invidus suspects progressant en contrebas de notre posission. Sept hommes armés, visages masqués par le traditionnel chech paki, venant de Rep. Eucratide et se dirigeant plein sud vers L'Aryèdie, essayaient de masquer leur cheminement, furtifs et parlant à voix basse. J'ai aussitôt rendu compte à mon chef de section. J'ai reçu l'ordre d'intercepter les terroristes par tous les moyens dont je disposais. A 4:23 am, nous avons sommer les individus de déposer leurs armes et de mettre les mains sur la tête. Visiblement surpris les hommes ont immédiatement braqué leurs armes sur nous. A 4:25, après un échange de tirs nourris, nous avons abattu les septs terroristes sans déplorer ni perte ni bléssé aryète. Sur ordre du SRSM relayé par le Commandant de Compagnie, nous avons collecté renseignements et matériels : 4 pistolets automatiques avec 16 chargeurs, 5 fusils d'assaut avec 16 chargeurs, 1 fusil mitrailleur avec 3 bandes de 50 cartouches, 1 lance roquette anti-char et 3 roquettes, 2 kilos d'explosif, 10 grenades défensives, 5 offensives, une radio, une carte précise du Paakdesh et de Parâbâd avec objectifs renseignés, 1 boussole. Nous avons laissé aux unités de « nettoyage » la récupération des corps.

Sergent V.R. 1 RIF 222°



Le général Nidhar resta un moment pensif. Il décrocha la ligne sécurisée et contacta le bureau de la Reine. Après un bref exposé, il hocha plsieurs fois la tête, - »oui Votre Majesté » et raccrocha lentement. Il se saisit de nouveau du téléphone et appela le Chef des unités frontalières du Nord :
»alerte terrosriste niveau maximum, déployez toutes vos troupes. » Le Général relit de nouveau le rapport et détailla la carte des agitateurs paki. Rien qu'à Parâbâd, il y avait 3 sites surlignés comme cibles : Le commissariat de la PUR, la Grande Mosquée (?) et l'école élémentaire (!). « Il est temps d'écraser cette vermine, pensa-t-il, peut-être que l'heure de la glorieuse armée sikh a de nouveau sonnée... » Avec un autre téléphone, prépayé et non traçable, il contacta trois personnes loin des oreilles du SRSM...
3035
Informations du Thaon¹

Les autorités rémiennes inquiétées par le canal de Césanès


Anargyros Zervatos | 19/12/2003

Canal de Césanès Cémétie Suez Egypte

La concurrence entre l'isthme de Théodosine et le canal de Césanès préoccupe l'empire.


Selon différentes sources au sein des administrations impériales locales et nationales, Théodosine, la capitale de l'Empire rémien, semble émettre de plus en plus d'inquiétudes vis-à-vis de la réhabilitation du canal de Césanès ambitionnée par la Vouli, le Parlement cémétéen, ce mois-ci lors du traditionnel vote du projet de loi budgétaire. Si la voie d'eau artificielle lengadocienne reste pour l'instant peu appropriée à soutenir une circulation maritime forte, les projets avancés par les collectivités locales, à commencer par le gouvernorat autonome de Kiniakeia, d'expansion et de reconstruction des berges et du lit du canal de Césanès, autrefois fierté régionale aujourd'hui tombée en désuétude face à la concurrence.

En effet, la circulation navale internationale liée à la mondialisation maritime a poussé à la mise en place de circuits alternatifs au canal lengadocien, parfois soumis à la volonté arbitraire des autorités d'aménager la voie d'eau pourtant si prospère. Parmi ces voies parallèles, le percement de l'isthme de Théodosine par le pouvoir impérial a très vite porté une concurrence directement préjudiciable au beaucoup plus long canal de Césanès, dont la traversée fut à une époque rendue plus ardue que le passage du désormais détroit de Théodosine. Mais les tendances d'il y a un demi-siècle se sont aujourd'hui inversées : alors que l'Empire rémien connaît les tumultes de la stagnation économique, la Cémétie vit une prospérité rare.

Auparavant première puissance économique du pourtour leucitaléen, l'Empire rémien fait face à des difficultés internes auxquelles l'administration impériale ne cherche à porter réponse que par des mesures démographiques comme la « guerre des ventres » initiée dans les parties orientales de l'Empire, au détriment de la population féminine hellénophone désormais ostracisée et contrôlée par la monarchie impériale. Un baroud d'honneur des autorités, selon les opposants à l'opération nataliste, alors que Théodosine peine à s'imposer face à la montée des puissances helléniques n'ayant pas rejoint la confédération impériale apaméenne, comme l'Ancalagonie ou la Cémétie.

Face à la déchéance de l'autorité centrale de l'Empire rémien, les puissances auparavant secondaires dans la sphère d'influence apaméenne jouent désormais un rôle majeur dans l'occupation du vide laissée par le recul des prétentions extérieures de Théodosine ; l'attractivité économique du canal de Césanès, si rénové comme prévu par les autorités gouvernatoriales, n'est qu'un énième point de rupture dans les relations apaméo-cémétéennes déjà troubles dans un contexte de tango diplomatique entre la Cémétie et ses voisins rémiens. Les signes ne manquent pas pour souligner l'influence croissante de la Principauté de Cémétie dans les territoires rémiens voisins, alors que l'Empire commence à poser un diagnostic de plus en plus pessimiste pour son propre avenir.

----
¹Πληροφορίες από Θάον (« Informations du Thaon ») est un journal cémétéen hellénophone disponible sur le territoire rémien et dans la plupart des capitales hellénophones du monde.
2717
LYT
SECRET DEFENSE


Rapport de mission du 18 décembre 2003.
18-12-2003, 00:24:23:094.
République Eucratide, Empire Rémien.



Rapport, agent N-04.
A destination de Z-00.

Premier rapport après un mois sur place. L'équipe est arrivée comme convenu après une migration simple, la vie civile en Eucratide suit son cours, nous observons néanmoins des divergences dans la population. La république dispose d'une certaine autonomie vis à vis de l'Empire, néanmoins, son influence reste grande et ses lois primes au premier abords. Les citoyens, bien que peu nombreux, sont tout de même impactés par la politique agressive et anti-progressiste de l'empire. Notre activité, je le pense, est la bienvenue.

Suivant le plan de mission, la première étape est lancée et en marche. Nous avons bien établie notre entreprise écran et sommes prêts à passer à la seconde étape, même si, je dois le noter, celle-ci se fait d'elle-même depuis le départ. Nous limitons tout de même les contacts avec certains types d'individus et nous restreignons nos liaisons qu'avec les profils qui avaient été désignés originellement. Il va sans dire que l'opération peut prendre quelques semaines voire mois avant de pouvoir lancer la troisième étape. Mais, toute l'équipe le pense, que nous pouvons parvenir rapidement à notre objectif final.

La présence militaire reste assez faible, malgré quelques tensions qui surviennent parfois à la frontière avec l'Aryèdie, nous constatons une faible présence armée. Il y aune présence de la police locale et un taux de criminalité que nous pouvons qualifier de moyen, nous pouvons en profiter pour augmenter la pression de ce côté et occuper les forces de l'ordre pour détourner l'attention. Dans le même temps, nous allons alimenter les sous-réseaux en ressources diverses et variés qu'il faudra faire parvenir par voie terrestre, comme indiqué dans le plan et ce, en passant par l'Aryèdie.

Le niveau de vie des habitants est assez disparate, dans les villes, le niveau est considéré comme moyen tandis que dans les campagnes, le niveau est relativement bas. Nous pourrions profiter de cette situation pour inonder le marché supérieur comme le marché sous-terrain de produits bons marchés mais attrayants et à bas prix, ce qui pourra relancer le pouvoir d'achat et créer une fosse économique afin de le saturer à notre convenance. Cela nous permettra de contrôler l'économie locale et de nous placer en tête d'influence du peuple, ce qui pourra, à la longue, faciliter notre objectif.

Enfin, nous explorons toujours plusieurs possibilités quant à une l'éventualité d'établir une base avancée d'opération sous-terraine et de pouvoir prendre la main sur des entreprises et des secteurs clefs. Récupérer le port pourrait nous offrir l'accès à l'ouest et à l'Eurysie. Je pense, d'une manière assez objective, que cette république pourrait facilement nous servir de paravent et de base opérationnelle. Même si nous venions à entrer en conflit direct, le soutien de l'Empire pourrait tarder, voire ne pourrait jamais arriver.

Nous mettrons à jour notre rapport dans un mois avec de nouvelles ouvertures et opportunités sur le domaine.

Longue vie à sa Majesté. Ishei Sendomei Lavyria !

Fin du rapport.


969
im

Après la frontière d'Eucratide, l'Armée Aryète se déploie sur la frontière Mazandienne suite à des rumeurs d'instabilité (chronique) dans le petit Royaume. Sa Majesté la Reine considère qu'une guerre civile mettrait en danger l'île de Gelaha toute entière. Malgré des relances diplomatiques, l'Empire Rémien ne semble pas mesurer l'ampleur de la gronde qui régne en son sein. « - Jamais je ne laisserais mettre en danger les populations mazandiennes. Il est de notre devoir d'envisager d'agir sur le terrain en force d'interposition. Au moindre incident, je donnerais l'ordre à notre armée de pénétrer dans le Royaume Mazandien. «  a déclaré notre Souveraine au Palais, devant les quatre vingt dix neufs réunis exceptionnellement pour évaluer la crise. Deux régiments d'infanterie ont d'hors et déjà été deployés sur la frontière. Le Général Maran Dishtan a pris le commandement des opérations, ancien des forces spéciales cet officier a toute la confiance de la Reine. Le Roi Rajiv a contacté par ambassade le Roi Mazandien, mais aucune information n'a filtré.
Vive La Reine Vive l'Aryèdie


ima

Pour l'Indépendant,
3199
Informations du Thaon¹

La Cémétie sera-t-elle la sauveuse de l'Empire ?


Anargyros Zervatos | 26/05/2004

Siège Ministère Diplomatie Cémétie Héraclée

Malgré les divergences d'opinion avec Théodosine, la Cémétie reste un allié potentiel pour l'empire.


Alors que les démonstrations de force se multiplient aux frontières des confins de l'Empire Rémien, qu'il s'agisse des provocations militaires du régime nationaliste d'Ancalagonie en Alilée et en Eurysie méridionale ou des revendications territoriales belliqueuses de l'Aryèdie au Nazum rémien, la Principauté de Cémétie continue à être la puissance émergente vouée à supplanter géopolitiquement l'Empire Rémien : avec son économie en pleine expansion, sa politique internationale proactive - consacrée par la signature du « Pacte anti-bolchévique » avec différents gouvernements anticommunistes, ou l'intervention militaire au Varanya par le truchement de l'opération « Behedetite » - ou encore sa démographie conquérante.

Si plusieurs experts internationaux ont souligné la mise en place d'un piège de Thucydide entre la vieille puissance leucitaléenne - l'Empire rémien - et la nouvelle puissance émergente afaréenne - la Cémétie -, le tableau est à nuancer : l'Empire rémien persiste dans sa résilience face aux attaques étrangères, alors même que les puissances s'étant désignées comme rivales de l'empire dans leurs zones respectives sont difficilement en moyen de contester l'autorité de celui-ci, sur le plan tant économique que militaire et politique. Pourtant, Théodosine est un géant aux pieds d'argile : sa grande décentralisation interne et son organisation administrative frôlant l'archaïsme sont loin de répondre aux besoins géopolitiques de l'Empire.

La Cémétie, qui s'était montrée jusque-là peu conciliante avec la presque-hégémonie des autorités impériales en Leucitalée orientale, pourrait bien devenir un partenaire majeur de l'Empire dans la région : plusieurs territoires faisant partie de l'Empire rémien ont déjà entamé des démarches diplomatiques avec la Principauté, comme l'Assarénie, tandis que l'influence cémétéenne sur les territoires rémiens limitrophes comme la Cybistrie, l'Illythie ou l'Assarénie se fait ressentir : économiquement d'abord, avec la présence notable de la drachme cémétéenne (₯) sur une partie du territoire impériale, puis démographiquement avec une forte émigration de la population cémétéenne vers le sol rémien.

Loin des revendications territoriales des voisins locaux de l'Empire rémien, le partenariat cémétéo-rémien pourrait augurer une nouvelle ère de l'espace maritime bohrino-leucitaléen, unissant les deux versants de l'isthme afaréo-eurysien dans l'intérêt mutuel en lieu et place des conflictualités traditionnelles qui gangrènent depuis des décennies les relations panhelléniques. Reste à savoir si la potentielle main tendue d'Héraclée, qui se sait en position de force, soit accueillie avec pragmatisme par les autorités impériales : les provocations passées de la Principauté pourraient bien peser lourdement dans la balance en défaveur de la Cémétie. La main tendue en elle-même reste une hypothèse : la relative ouverture de la diplomatie cémétéenne n'est pas illimitée et Rhadames Khoury, le ministre cémétien de la Diplomatie, n'est pas assuré d'être reconduit en cas de remaniement du gouvernement.

----
¹Πληροφορίες από Θάον (« Informations du Thaon ») est un journal cémétéen hellénophone disponible sur le territoire rémien et dans la plupart des capitales hellénophones du monde.
Haut de page