13/11/2004
15:48:03
Index du forum Continents Eurysie Magermelk

Le petit Républicain [Presse]

632

Le petit Républicain



Le petit Républicain est un journal national dirigé par le gouvernement et le ministère de la culture. Il est donc soumis à la censure et la propagande. Le journal a été créé en 1981, peu de temps après la prise de pouvoir de Grisette. Le journal est le plus lu et influant du pays : 35 à 55 millions de personnes le lisent chaque jours. Il possède également une chaîne de télévision très regardée et des réseaux sociaux très actifs. Ce topic ne contiendra que des extraits de journaux. Mais Le petit Républicain est un des seuls journal, beaucoup ont été supprimé.

Symbole du petit Républicain
Symbole du petit Républicain sur tous les médias
2446

Le petit Républicain


Le petit Républicain


NOËL



Hier, le 25 Décembre, la nation fêtait Noël. Pour cette occasion, de grands événements ont eu lieu sur tout le pays.
Le 24 au soir a eu lieu la grande messe de minuit à la Basilique Saint-Benoît de Tarkeft. La célébration rassembla 15 000 fidèles, parmi ceux la le Grand-Maréchal Grisette, le Maréchale Talmont et d'autres personnes du pays. Elle fut célébrée par le cardinal Barreau et le ministre de la Religion, Mgr Vignemale. Toutes les personnes à la messe ont rapporté une célébration de Noël d'une rare puissance, beaucoup dirent qu'ils se sentirent empli de la force de Dieu. Suite à la messe, le Grand-Maréchal Grisette rentra dans le plais présidentiel pour y fêter Noël avec son épouse et ses enfants, comme le plus normal des Maguerrois.

Malheureusement, non loin de ce lieu de culte et de joie éclata un violente attaque communistes. Des indépendantistes extrémistes prirent d'assaut l'église Saint-Louis et tentèrent d'assassiner dans un attentat affreux les fidèles venus se recueillir. Mais, bienheureusement, l'armée présente sur place arrêtèrent les terroristes avant leur passage à l'acte. Certains réussirent à s'enfuir en mettant le feu aux commerces de pauvres marchand, mais furent rattrapés. L'un d'eux tira sur l'un des agents de la paix nationale. L'assassin fut abattu pour la défense des militaires. Le soldat décéda noblement quelques heures plus tard à l'hôpital. Le président a annoncé qu'il serait présent lors de ses funérailles. Il a annoncé : "Notre pays ne peut se plier aux rêves de violence du communisme. Ces assassins ont agi dans la plus grande fourberie en attaquant une église le jour de Noël. J'adresse toutes mes condoléances à sa veuve. Je m'engage à être présent lors de ses funérailles, je me dois d'honorer un défenseur de la liberté".


Recueillement sur une tombe
Une petite fille se recueillant sur la tombe de son héros qui lui a sauvé la vie


Le 25, nombre de prêtres et évêques ont donné leur soutient à la tragédie de la veille. Les célébrations ont été effectué dans la plus grande sécurité, une tragédie ne devait pas se répéter. Aucun incident ne fut à dénombrer, pour notre grand bonheur à tous.

Le jour de Noël a été l'occasion aux personnes de se pays d'offrir toute leur générosité. De nombreuses associations comme " Ligue Nationale Contre la Précarité " ou le " Cœur " ont enregistré leur plus grand nombre de don de l'année seulement ce jour. Le Grand-Maréchal lui-même a offert 100 000 Melk au Coeur. Toute la population lui en est très redevable. Même l'opposition politique de l'Union Chrétienne Républicaine a salué ce signe.

En ce jour de grande fête, toute la rédaction du petit Républicain vous souhaite un Joyeux Noël !

Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 26 décembre 2003
13493

Le petit Républicain


Le petit Républicain


BONNE ANNÉE !



Bonne année !
Bienvenue dans l’année 2004 ! Nous espérons retrouver une année 2004 aussi bien que 2003. 2003 a été marqué par de grands événements dans le Magermelk.
Elle a commencé, le 3 janvier avec la mort de Cédric Gertil, ministre de l’éducation depuis 20 ans. Il accéda à ce poste en 1970, avec le Grand Président Antoine Nobleloup, mentor du Grand-Maréchal Benoît Grisette. Mais son premier ministre Alexandre Brocart, un homme fourbe comme un communiste réussit à le renvoyer grâce à de vils machinations. Il tenta même de l’assassiner, mais il échappa à la mort brillamment. Il réitéra l’essai en 1981, pendant son usurpation suite à la mort de Nobleloup. Mais le Grand-Maréchal mit fin au règne de terreur de l’usurpateur et redonna ses lettres de noblesses à Gertil. Il retrouva son ministère et le dirigea comme personne d’autre ne l’avait fait. Il était bien meilleur ministre de la culture que tous ses prédécesseurs. Un cancer l’emporta ce 3 janvier, à seulement 73 ans. Les hommages furent nombreux, de tous les bords politiques, sauf de la gauche, socialiste et communiste qui fêtait la mort d’un honnête homme. Ses obsèques furent célébrés dans la basilique Saint-Benoît, le 8 janvier, en compagnie des membres du gouvernements et du Grand-Maréchal, qui lui offrit un grand éloge funèbre digne de la force de Cédric Gertil. Il repose maintenant en paix dans le cimetière de Forniau avec sa femme, conformément à ses dernière paroles.

Cédric Gertil
Portrait officiel de Cédric Gertil en 2002


Le 20 avril fut un grand jour de fête : on y célébrait les 98 de la naissance d’Antoine Nobleloup. Alors que traditionnellement, le paroxysme était le 24, pour l’anniversaire du Grand-Maréchal, le défilé militaire eut lieu en grande pompe, en compagnie de chefs d’états étrangers. Les milliers de militaires ont défilé en honneur à Antoine Nobleloup, tous une grande joie au coeur. La cérémonie forte en émotion se termina par un grand et magnifique discours du Grand-Maréchal pour son aîné. Il disait : « Reposez-vous au ciel, ô grand président du Magermelk. Vous êtes le plus grand chef d’états que le monde ai connu, personne ne pourrait en soupçonner le contraire. Tous les honneurs vous reviennent, cette cérémonie est pour vous, ô grand président du Magermelk. Je serais prêts à vous laisser ma place si vous redescendriez du terre. Reposez en paix. » Le discours fut grandement applaudi, le Grand-Maréchal en lâcha une larme.

Grand-Maréchal Grisette
Le Grand-Maréchal durant son discours


Mais 2003 ne fut pas que bien.
Le 24 septembre, des islamistes communistes originaires de Netsamereti attaquèrent le ministère de la Défense et de la Sécurité en pleine nuit. Ils réussirent à entrer dans le bâtiment principal avec une énorme armada et assassinèrent tout le personnel. Leur but était d’assassiner sauvagement le ministre de la Défense, le maréchal de Loire, mais il était alors en déplacement dans une base militaire, il échappa donc de peu à la mort. Les terroristes furent jugés et condamnés à mort. La complicité de Ntukono, gouverneur des Netsameretis, une dictature communiste, n’a pu être confirmée, mais de grosses suspicions pèsent sur lui.

Atakal
Atakal, le principal terroriste


Nous sommes maintenant en 2004. Que nous attend donc cette année ?
Nous aurons les élections municipales en mars, les fêtes habituelles : les 23 ans de l’arrivé du Grand-Maréchal au pouvoir le 16 août, les 17 ans de la IIIe République le 30 janvier, les 101 de la naissance d’Antoine Nobleloup le 20 avril et les 66 ans du Grand-Maréchal Benoît Grisette le 24.

De la part de toute la rédaction du petit Républicain, Bonne Année 2004 !

Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 1er janvier 2004
2092

Le petit Républicain


le petit Républicain


LA DÉONTOLOGIE DU MAL : LE NOUVEAU LIVRE DE JACQUES MÉLINE



« La neige fait au Nord ce qu’au Sud fait le sable. »
C’est sur ces mots que s’ouvre « La déontologie du mal », le nouveau livre de Jacques Méline. Méline est l’auteur de livre, romans comme nouvelles, reconnus internationalement. Vous connaissez sûrement « Les armes du feu rouge », paru en 1989, qui lui offrit un prix Hector de Cerval. Il revient, avec un nouveau livre après cinq ans d’absence : c’est son premier livre du millénaire ! Nous étions impatients de le lire à la rédaction du petit Républicain et nous n’avons pas été déçu.

Jacques Méline
Jacques Méline dans son bureau


La déontologie du mal est un essai sur le mal est les multiples formes qu’il prend. Méline se penche sur tout notre monde et y apporte une force philosophique. Il réfléchit sur ce qui est mal ou non : voler, est-ce mal ? l’adultère, est-ce mal ? insulter un parent, est-ce mal ?
Méline nous donne une définition de ce qui est le « mal » dans son livre : « Le mal est ce qui mauvais selon un état, une religion, une population, et que seuls les ignorants aient les yeux fermés sur cette malédiction. »
Méline cherche, durant tout son livre le « Mal Suprême », un mal si grand que Dieu, aussi immense que soit son pouvoir ne puisse vous en sortir. Sur le fleuve de mots qui traverse le roman, Méline cherche le mal suprême. Il s’attaque à tous les sujets : religion, politique, argent, etc. Il en vient même à se demander du bien de notre gouvernement ! mais se rend bien vite compte de l’idiotie de la question. Il en vient à trouver « l’Islamisme Communiste, une terre de mal et démon ».
Le petit a donc demandé à la population maguerroise ce qui étit pour elle le « mal suprême ». 10 % avait déjà trouvé l’islamisme ou le communisme au premier coup, mais 50 % pense après réflexion que Méline a trouvé la bonne solution, contre 20 % l’adultère et 30 % le blasphème.
Le livre, sorti la semaine dernière est déjà un de ceux les plus vendus.
Nous attendons avec impatience votre prochain livre, M. Méline. Selon ses dires, il retournera en fantasy pour un dernier récit épique avant sa retraite.

Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 6 février 2004
1854

Le petit Républicain


le petit Républicain


DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL : UNE GRANDE AVANCÉE FÉMINISTE



Aujourd’hui a été voté une grande loi féministe : le divorce par consentement mutuel.
Sous l’impulsion de la Première Ministre, la Maréchale Talmont, ce second vote concernant la loi sur le divorce a enfin été acceptée. L’association Féministe de la République s’en félicite déjà : « Nous avons demandé que le divorce soit enfin effectué avec l’accord de la femme, mais les précédents gouvernements avaient toujours refusé. Mais la Maréchale Talmont nous a montré la force de notre pays face au reste du monde », nous disait la secrétaire-déléguée Marianne Jacob.
En effet, le Magermelk est le cinquième pays dans le monde à donner du pouvoir à la femme dans un divorce. Le Magermelk est encore en avance sur son temps !

Léa Talmont
La Maréchale Talmont, sortant du conseil des ministre ce matin


« Je suis très heureuse d’avoir pu apporter à bien ce projet de longue date, nous disait la Maréchale à notre micro ce matin. C’est un projet de longue date. Je l’avait promis lors des dernières élections législatives, en 2002. Je me dois, en tant que femme, de défendre les droits de mes consœurs. Je sais que, dans le reste du monde, beaucoup de femmes nous envient car nous sommes libres. Nombre d’entre elles ne peuvent travailler. Oui. Je sais que c’est d’une gravité extrême. Nous retrouvons ces agissements barbares particulièrement dans les états communistes. J’ai été au téléphone avec Guilhem Pradet, le secrétaire général d’Astac, et il s’insurgeait face à cette avancée immense. On de devrait pas nommer de femme à votre poste, me disait-il. Je lui ai répliqué que son pays était une honte. Nous nous sommes quitté la-dessus ».
Ce soir, des regroupement en remerciement à la Maréchale Talmont et au Grand-Maréchal Grisette auront lieu dans le pays, particulièrement à Tarkeft.

Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 31 mars 2004
2331

Le petit Républicain


Le petit Républicain


UNE FÊTE NATIONALE EN GRANDE POMPE POUR LES 66 ANS DU GRAND-MARÉCHAL



Grand-Maréchal, nous voilà ! Devant toi le sauveur du Magermelk !
Ces paroles ont résonné dans toutes les villes du Magermelk ce matin, pour célébrer le glorieux anniversaire du Grand-Maréchal Grisette.
Dès ce 20 avril, les célébrations avaient commencé. À 11 h, la minute de silence pour Antoine Nobleloup avait sonné, le Magermelk s’était tut pour laisser couler les honneurs qu’il fallait pour un homme tel que lui ! Il est né il y a 99 ans, en 1905. Le gouvernement commence déjà les préparatifs pour les célébrations de l’année prochaine. Une messe a eu lieu dans la basilique Saint-Benoît, puis les membres du gouvernement se sont recueillis sur la tombe de Nobleloup, dans la crypte.

Basilique
La basilique Saint-Benoît ce soir


Les festivités ont continué les jours suivants jusqu’aujourd’hui 24 avril. Le grande parade militaire annuelle a eu lieu sur le boulevard de la République. Le défilé pour les 66 ans du Grand-Maréchal était grandiose, l’inquiétude étant maintenant : que va donner le défilé pour les 70 ans du Grand-Maréchal. Vu le grandiose défilé de ce matin, il va être compliqué de mieux faire.
Messe
Passage du Grand-Maréchal Grisette et du Maréchal de Loire devant les armées


Défilé
Défilé d'une partie de l'arsenal avec les images du Grand-Maréchal et d'Antoine Nobleloup en fond


Il reste des frissons aux Maguerrois venus assister au grand défilé militaire du 24 avril, jour de fête national. L’hymne national a ensuite été écouté dans Tarkeft. Voici notre fierté nationale, notre glorieux et grandiose hymne, à l’image de ce pays qu’est le Margermelk et ses habitants, vous qui composez un si beau pays que tous les autres envient.

Le garde à vous était de mise pour ce moment solennel. Le Maréchal de Loire, Haut-Ministre des Armées et de la Sécurité était en compagnie des hauts dignitaires de l’état. Le petit garçon avait été tiré au sort pour participer à ce moment, voilà les mots qu’il a réussi à prononcer à la sortie de cet événement : « C’était le plus beau jour de ma vie. Je me sentais grand en compagnie de ces maréchaux. Qu’ils sont magnifiques. Ce qui est sûr, c’est que je voudrais être à leur place dans trente ans. ».

Messe
Les officiers en compagnie du Maréchal de Loire, juste à gauche du petit garçon


Nous sommes heureux de ce grand jour, nous attendons très impatiemment l’année prochaine, les 67 du Grand-Maréchal, mais également les 100 ans de la naissance d’Antoine Nobleloup. Ce qui est sûr, c’est que l’événement sera grandiose.
Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 24 avril 2004
1784

Le petit Républicain


Le petit Républicain


LES ÉTATS ÉTRANGERS SE SONT-ILS ENFIN RÉVEILLÉS POUR SE DÉFENDRE CONTRE LA BARBARIE COMMUNISTE ?



Enfin !
Ce 3 mai, la fédération d’Albel a proposé de signer un pacte anti-bolchévique. Ce fut un grand soulagement pour le Magermelk de voir enfin un autre état ouvrir les yeux face à cette peste rouge qui empoisonne notre monde.
En réalité, un seul pays avait réellement pris connaissance du danger communiste : l’Empire Ancalagonais. En effet, l’empereur d’Ancalagons, le Méga Basileus Sacha Ier avait déjà fait part à notre bon président, le Grand-Maréchal Benoît Grisette. Ils avaient donc conclu ensemble une alliance contre le communisme si l’Eurysie tombait sous la coupe sanguinaire marxiste.

Sacha Ier
Le Méga Basileus Sacha Ier, empereur d’Ancalagons


Mais ce 3 mai, nous est arrivé par la Fédération d’Albel ce pacte anti-bolchévique. Selon les différents articles, les pays signataires s’engagent à lutter efficacement contre l’idéologie barbare communiste grâce par exemple à une commission permanante, des échanges d’information sur l’ennemi ou des forces armés. À cette heure, les pays signataires sont Albel, Varanya, Aumérine, Cémétie, Saint-Marquise et Yuhanaca.
Le Maréchal Evrand, ministre des affaires étrangères, s’est exprimé sur notre plateau ce matin et a dit : « Je de grands espoir pour le futur de ce pacte. J’espère qui perdurera, que les états signataires tiendront leurs promesses et nous éradiquerons cette peste rouge. Nous évoquons également en conseil des ministres de créer une organisation internationale de lutte contre le communisme, pour aller encore plus loin que ce pacte qui, bien sa grande valeur symbolique, n’a que peu d’effets pour l’instant. ».

Nous espérons tous voir enfin la mort de cette idéologie de barbares sanguinaires marxistes.


Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 6 mai 2004
2772

Le petit Républicain


le petit Républicain


LA FOURBERIE DU COMMUNISME



Dans la presse d’Astac, nous avons pu voir toute la fourberie dont peu faire preuve cet état communiste.
Dans son article de presse, Astac a accusé les pays signataires d’être « néo-fasciste ». Nous demandons donc aux Maguerrois : Pensez-vous vivre dans un pays fasciste ? Quelle ironie ! La rage et le sang communiste ressemble bien plus à un fasciste dissimulé que n’importe quel état signataire de ce pacte. Pour l’instant, trop de pays refusent de voir le danger qu’est le communisme. Ils commencent à prendre le monde dans leurs crochets sataniques et nous dévorent notre liberté avec leurs crocs sanguinaires et leur langue acerbe. Ces fils de Satan sont les plus grands monstres que le monde ai pu connaître.
Voici l’image mensongère qui a été relayée dans la presse d’Astac.

Fourberie
Le mensonge et la fourberie communiste à l’état pur


Cette image est une insulte au Magermelk !
Maguerrois, réveillez-vous ! Ouvrez les yeux et voyez cette opprobre crachée par la fourberie astacane. Nous pourrions aussi nous moquer de leur une.

.

Je suis partagé entre le rire et le désespoir face à cette utilisation de la langue. À la rédaction du petit Républicain, nous nous sommes demandé ce qu’ils souhaitaient dire. Nous en sommes venus à la conclusion que nous avions mal compris cette article, qu’Astac accusait les pays signataires du pacte anti-bolchévique d’être fâché, d’être énervé, auquel cas nous aimons la force d’Astac pour s’énerver de toute sa force sur des personnes énervées parce qu’elles sont nervées. Le mystère reste toujours présent.

Bon, arrêtons cette ironie mais laissez nous vous montrer LA réelle image, celle que la cruauté astacane ne vous montrera pas, ce à quoi la monstruosité communiste, la folie marxiste et la peste rouge restent silencieux. Voici LA vérité, sans mensonge pour la détourner.

C’est qui maintenant le vilain canard ?
La Vérité


Le mensonge de la presse ne s’arrête pas ici. Par la suite, ils insultent les nations se battant dans la sainte guerre contre le communisme. Ils accusent pas exemple Ancalagons, une nation qui avait fait part de sa peur face au communisme en première, d’être des descendants des pédérastes. Et pas la suite, ils accusent le noble pays qu’est le Magermelk de « Torturer et assassiner des foules d’homosexuels innocentes ». Et insulter une personne sur des origines supposées pédérastes, ne serait-ce pas homophobe. En plus, tout le monde sait que les homosexuels vont dans des centre de réhabilitation, on ne peut en laisser en liberté, se pavaner dans nos rues apporter la mort avec un tel péché. Nous ne faisons qu’obéir à Dieu. Ces peuples impies ne croient en rien, ils ne croient qu’en la barbarie, la cruauté et toutes les horreurs, des péchés. Le Magermelk se doit de libérer les peuples enfermés dans le gourou du communisme.
J’aimerais maintenant terminer par un dessin qui résume parfaitement la situation.

Caricature

Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 14 mai 2004
2200

Le petit Républicain


le petit Républicain


LA FAMILLE DU GRAND-MARÉCHAL S’AGRANDIT



Quelle ne fut pas notre joie quand nous avons appris la naissance d’un nouveau petit fils du Grand-Maréchal Benoît Grisette. Sacha Grisette, dernier enfant du Grand-Maréchal a enfin eu un enfant avec sa femme Marion Pelletier. Selon les toutes récentes information, l’enfant serait une fille du nom d’Amélie. Elle est née ce 27 mai 2004 à l’hôpital Sainte-Bernadette. Le cabinet présidentiel nous a informé qu’une seule photographie du bébé ne sera transmise, pour préserver quelques temsp son intimité.

Amélie Grisette
Amélie Grisette


Concentrons-nous sur les parents.
Dans la famille Grisette, Sacha est le moins célèbre des fils du Grand-Maréchal. Il s’est engagé dans l’armée dès son plus jeune âge pour y devenir officier. Dût à l’éducation excellente de son père, Sacha Grisette a réussi à gravir tous les échelons de ses propres forces. Aujourd’hui, à 31 ans, il est le plus jeune lieutenant du pays. Il travaille surtout pour le Bureau de Sécurité Extérieur, le services secrets du Magermelk pour notre sécurité à tous.

Sacha Grisette
Sacha Grisette


Il s’est marié en 2002 avec Marion Pelletier (maintenant Grisette), une professeur de chimie dans l’École Nationale des Sciences, une des plus grandes université de science du monde. Née dans une famille assez modeste, elle réussit à vaincre les stéréotypes et les pressions des personnes qui ne croyaient pas en elle pour se surpasser et devenir une des plus grandes scientifique du Magermelk, et bientôt du monde ! Elle est un des symboles que la détermination, le courage et l’honneur pour son pays peuvent offrir aux vrais artisans du Magermelk la bénédiction qui leur est dût.

Marion Grisette
Marion Grisette


Ce jeune enfant est une immense joie pour la famille du Grand-Maréchal. Contacté, la grande bonté du Grand-Maréchal nous a indiqué que le bonheur qui l’a prit a fait partir ses pensées sombres de l’influence néfaste du communisme qui ravage le monde.
Nous souhaitons au Grand-Maréchal et à sa famille.

Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 29 mai 2004
3087

Le petit Républicain


le petit Républicain


ÉLECTIONS MUNICIPALES 2004 : LE COLONEL MARTIN DEMACLOS ANNONCE QU’IL NE BRIGUERA PAS DE 6e MANDAT À LA MAIRIE DE TARKEFT



C’est une annonce choc qui anima le Magermelk ce matin. Dans un discours ce matin, le maire de Tarkeft, le Colonel Martin Demaclos a annoncé qu’il ne serait pas candidat puor les élections municipales de cet automne.
Maire de Tarkeft depuis 1981, Martin Demaclos était très populaire. C’est à lui que nous devons beaucoup d’infrastructures de la capitale maguerroise, une qualité de vie et la beauté de Tarkeft. C’est à ce titre que nous nous devons de remercier ce grand maire.

Colonel Martin Demaclos
Le Colonel Martin Demaclos en débat devant le conseil municipal


Mais pourquoi a-t-il décidé de quitter son siège de maire de Tarkeft.
Dans son discours ce matin, le Colonel Demaclos a commencé en disant : « Cela fait 23 ans que je sers mon pays et Tarkeft, et je suis très heureux de ces 23 années, mais toute bonne chose a une fin. » Dès le début, le maire nous annonçait la couleur.
Il a continué en nous exprimant l’amour qu’il porte à Tarkeft et au Magermelk : « Vous savez que j’aime de tout mon coeur notre noble nation et sa grande capitale. » Une sincérité claire résonnait dans sa voie et ses yeux. Quelques larmes lui arrivaient par moments, dût à l’émotion que lui procure cet événement important. « Vous ne pouvez vous imaginez le déchirement qu’est pour moi ce discours. J’aurais voulu rester à Tarkeft jusqu’à la fin de ma vie, jusqu’à ce que la mort me prenne et m’emmène auprès de notre Seigneur Dieu. Mais malheureusement, je ne suis pas idiot, et mon âge avance. L’âge que j’ai m’aurais empêché de faire progresser notre ville pour qu’elle prospère dans le temps. Je suis profondément heureux de ces 23 années passées à la tête de Tarkeft, j’en ressort grandi, et je souhaite le meilleur pour cette ville pour les années qui suivront. »
Le Colonel n’a pas annoncé qui se présentera cet automne à sa suite pour le LMR, mais tous les regards sont tournés vers le premier adjoint, le Lieutenant-Colonel Arthur Broglie.

Lieutenant-Colonel Arthur Broglie
Le Lieutenant-Colonel Arthur Broglie qui arrive pour le conseil municipal


Le Lieutenant-Colonel Arthur Broglie est un jeune militaire de 41 ans, qui s’est très vite retrouvé gradé grâce à une force et une vigueur qu’il possède en lui. Une détermination qu’il garde depuis son enfance lui a permis de gravir tous les échelons du pays pour se retrouver premier adjoint au maire de Tarkeft en 1999, à 36 ans. Cette figure montante du LMR et du Magermelk est sans nul doute une des plus grandes forces du futur du Magermelk.

Arthur Broglie
Le Lieutenant-Colonel Arthur Broglie au conseil municipal


À l’heure actuelle, tous les instituts de sondage donnent le candidat LMR victorieux à Tarkeft, peu importe qui ce sera, mais la plus grande victoire serait pour Arthur Broglie, avec 81 % des voix. Nous souhaitons au Lieutenant-Colonel un grand avenir politique, et une large victoire à Tarkeft si vous vous présentez.

Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 28 juin 2004
3105

Le petit Républicain


le petit Républicain


ÉLECTIONS MUNICIPALES 2004 DE TARKEFT : DÉBAT ENTRE LES QUATRE CANDIDATS



En novembre auront lieu les élections municipales dans le Magermelk. Tous les citoyens du pays se rendront aux urnes pour voter pour le candidat qu'ils souhaitent voir devenir maire. Il y a entre 2 et 5 candidats dans chaque ville du pays, mais le LMR reste le plus populaire dans les sondages.
Tarkeft n'est pas le Magermelk, mais Le petit Républicain a décidé de se pencher sur l'élection dans cette ville.

Quatre candidats se sont présentés pour la mairie de Tarkeft :
  • Lieutenant-Colonel Arthur Broglie, membre du Magermelk Républicain et premier adjoint de Tarkeft depuis 1999
  • Roger Derr, membre de l'Union Conservatrice
  • Valérie Turgot, présidente du Rassemblement Chrétien Démocrate
  • Henri Varrilaire, sans parti mais proche de mouvances d'extrême-gauche et avec le soutient du Parti du Travail

Le débat a eu lieu le 25 octobre, dans un amphithéâtre de l'Université Saint-Paul, avec une centaine de spectateurs.

Le premier thème fut le social :
  • Arthur Broglie a proposé d'augmenter le salaire des agents d'entretient de la commune de 200 Melk, de créer 500 logements sociaux et des centres pour sans abris.
  • Roger Derr ne veut rien changé car il trouve qu'il y a assez d'aides sociales.
  • Valérie Turgot voudrait augmenter les aides sociales de 50 Melk.
  • Henri Varrilaire souhaite baisser les salaires de tous les habitants de Tarkeft de 500 Melk, bien que ce ne soit pas en son pouvoir.

Lieutenant-Colonel Arthur Broglie
Lieutenant-Colonel Arthur Broglie qui gagnera avec 72 % des voix selon les sondages


Le second thème fut l'économie :
  • Arthur Broglie a souhaite réduire les impôts sur l'eau de 20 %, de l'électricité de 10 % et réduire les prix des places de parking en centre ville.
  • Roger Derr veut réduire les impôts d'eau de 10 %.
  • Valérie Turgot voudrait laisser tel quel les impôts.
  • Henri Varrilaire souhaite donner une limite d'utilisation d'eau et d'électricité en fonction des salaires.

Roger Derr
Roger Derr, de l'UC, deuxième dans les sondages


Le troisième thème fut la sécurité :
  • Arthur Broglie veut augmenter la sécurité autour des lieux d'éducations et de culture.
  • Roger Derr souhaite réduire le nombre de poste d'agents de sécurité de Tarkeft.
  • Valérie Turgot voudrait laisser toute la sécurité à l'état.
  • Henri Varrilaire veut supprimer l'armée (même s'il ne peut pas) pour la remplacer par une police politique.

Valérie Turgot
Valérie Turgot, du RCD, troisième dans les sondages


Le quatrième thème fut libre pour d'autres sujets :
  • Arthur Broglie voudrait rendre les réunions du conseil municipal public, mais il faut l'autorisation du gouvernement.
  • Roger Derr n'a pas fait d'autres propositions.
  • Valérie Turgot voudrait supprimer une cinquantaine de poste à la mairie de Tarkeft.
  • Henri Varrilaire veut supprimer le conseil municipal pour que Tarkeft reste entre ses mains.

Henri Varrilaire
Henri Varrilaire, indépendant proche du PdT, dernier selon les sondages avec son programme communiste


Je pense que chaque lecteur sensé aura compris que le seul candidat viable pour Tarkeft : le Lieutenant-Colonel Arthur Broglie. Le rédaction du petit Républicain pense que pour la grande majorité du pays, le candidat le meilleur est le candidat du Magermelk Républicain, comme Arthur Broglie. Nous avons pu voir les propositions PdT qui sont totalement folles et qui risquent de faire tomber notre République. Nous regrettons qu'un candidat communiste ai pu se présenter à des élections.


VOTEZ BROGLIE !


Vive la République, Vive le Magermelk, Vive Dieu

Article de Léonard Duchoie, le 27 octobre 2004
Haut de page