26/03/2005
03:17:48
Index du forum Archives Pays archivés Nora

Activités étrangères en Nora

382
Activités étrangères en Nora

Ce topic est ouvert à tous les joueurs possédant un pays validé. Vous pouvez publier ici les RP concernant les activités menées par vos ressortissants en Nora. Ceux-ci vous permettront d’accroître l'influence potentielle de votre pays sur les territoires locaux. Veillez toutefois à ce que vos écrits restent conformes au background développé par le joueur de Nora, sinon quoi ils pourraient être invalidés.
3135
https://nsa40.casimages.com/img/2021/04/20/210420063300547610.png

La grande victoire du libéralisme



Port de Lullin, République de Makt
https://nsa40.casimages.com/img/2021/04/20/210420070758626086.jpg

La plupart de ces bateaux sont des cargos provenant de tout les continents. Cependant, on observe que de plus en plus de bateaux civils font leur apparition. Ils proviennent tous majoritairement d'Eurysie, mais surtout d'un endroit très précis : le Royaume de Nora. Pourquoi cela ? Les conditions de vies. Le dernier rapport du PIB par habitant datant du 08 Juin 2005 démontre que la République de Makt est l'un des pays au monde ayant un revenu moyen par habitant les plus élevés : 52 298 dollars (63 254.29 GULL). En comparaison, Nora possède un PIB par habitant équivalent à 12 393 dollars : un chiffre nettement moins bas ce qui pousse certaines personnes à émigrer de Nora en direction de Makt. Nous avons rencontré dans ce reportage ces personnes.

Meridiaan, Hôtel non-loin du port
https://nsa40.casimages.com/img/2021/04/20/21042007220538122.jpg

Il est 6h45 du matin, et nous attendons dans le hall d'entrée de cet hôtel, à proximité du port de Meridiaan. Qu'attendons nous ? Le point de rassemblement d'une sorte d'agence de voyage anonyme qui a accepté de nous laisser filmer et prendre des notes. Cette agence programme des formules "émigration" et la plus demandée est celle vers Makt. Le superviseur est l'un des premiers à arriver sur les lieux, il nous accompagnera avec le reste des clients jusqu'à Makt, avant de repartir à Nora. Pour garder son anonymité, nous allons l'appeler "Oskar". Nous lui demandons comment ça marche :

"Comment ça se passe le voyage, le paiement etc... ?"

Oskar - "Alors le client vient dans l'une de nos agences, il choisit le pack émigration, à peu près 400 dollars par personne adulte et 200 dollars pour les enfants. On est sur de l'émigration légale évidemment, mais où l'on accompagne l'émigré dans son voyage."

"Et vous aidez l'émigré à s'insérer socialement et professionnellement ?"

Oskar - "Alors ça c'est un plus que propose l'agence en doublant les prix : au lieu de 400 ça sera 800 et au lieu de 200 ça sera 400"

"Mais en sachant que le PIB par habitant est faible, ça fait pas beaucoup ?"

Oskar - "Bien sûr mais la vie nouvelle a un prix, nous aussi il faut qu'on gagne nos vies"

A 7h20, le compte est bon, nous sommes en route en direction du port. Il y a des hommes seuls, des femmes seules, des familles, des personnes âgées : tout types d'individus. Le minibus de l'agence nous conduit au quai attribué. Ce bateau est immense et des centaines de personnes attendent d'y monter. Oskar est habitué à ces foules :

"Oskar - Ce n'est pas triste ? Tout ses Noras qui cherche un nouveau foyer ?"

Nous embarquons en direction de Lullin, le port le plus emprunté par ces navires. La traversée se fait en 1 jour et demi, voilà le temps qu'il faut pour des familles de changer de vie. Cependant, certains entrent illégalement dans les ferrys. Malheureusement pour eux, depuis la loi "sécurité nationale", l'état cherche à anticiper les attaques terroristes communistes provenant de l'extérieur : donc plus de contrôles aux frontières. La majorité de ces clandestins se feront attrapés par les douanes maktoises et renvoyés dans leur nation d'origine.

Le lendemain, 18h30, Lullin

Nous sommes arrivés à Lullin, les centaines de passagers débarquent. Pour Oskar, il est temps de dire au revoir à ses clients : il rentre chez lui et prépare la prochaine traversée. En passant aux douanes, nos réflexions de la veille se produisent : nous voyons à genoux une quinzaine de personne, des migrants clandestins et la loi est stricte : réimmigration sans pitié.
Haut de page