13/11/2004
16:26:39
Index du forum Règles et inscription Inscriptions Inscriptions validées

[VALIDÉE] Communes Unies du Grand Kah

0

Création des : Communes Unies du Grand Kah


Généralités :



Nom officiel : Union des Communes, Républiques et Syndicats du Grand Kah
Nom courant : Le Grand Kah /Kah-Shi-Xtlec
Gentilé : Kah-tanais/Kah-tanaise.

Inspirations culturelles : Syncrétisme sino-japonais, latin et nathualt
Situation géographique :

Langue(s) officielle(s) : Un patois mélangeant des langues indigènes, latines et sino-japonaise est parlé par la population. L'administration utilisé cependant le "Syncrelangue". Très concrètement du japonais ayant adopté des éléments de nahuatl et une construction latine jugée plus adaptée aux fonctions administratives.
Autre(s) langue(s) reconnue(s) : Japonais, chinois, coréens, nahuatl, quechua, espagnol, portugais, français. Tout les enfants apprennent essentiellement le syncrelingue, puis une seconde langue - généralement indigène - selon la région d'implantation.

Drapeau :
Drapeau

Devise officielle : "Union, gloire, liberté ou la mort !" (souvent résumé en Liberté ou la Mort, la devise officielle de l’État. "Sachons vaincre ou sachons périr." devise officieuse utilisée par le gouvernement et plus précisément par le Comité de la Volonté Publique).
Hymne officiel :
Chant des Peuples, morceau festif au style syncrétique. Hymne officiel de la nation et de ses ethnies confédérées:
Ôde à l'être suprême. Dans la conception Kah, l'Être suprême représente à la fois la liberté et la volonté commune des individus. C'est plus ou moins l'hymne officiel de la philosophie Kah, utilisée lors de cérémonies politiques ou diplomatiques :

Monnaie nationale : Bon de consommation (dit Boncos) (interne) Devise Libertaire Kah-tanaise (dite Devlib-kah), dédiée au commerce extérieur.

Capitale : Lac-Rouge, nom autochtone : Kah-Tenotchicuas. Surnommée Commune ville-libre. Techniquement l'administration est entièrement concentrée dans la Commune d'Axis Mundi, qui est une entité administrative séparée de la ville à proprement parler se situant en plein cœur de celle-là.

Population : 70 millions d'habitants


Aperçu du pays :



Présentation du pays :

Le Grand Kah est un ensemble de provinces coloniales et autochtones s'étant rebellées il y a de ça plusieurs siècles pour fonder une république libre et indépendante opposée à l’esclavagisme et prônant des notions de liberté, de vertu et de démocratie. Sa culture est un mélange de celle des colons latins, sino-japonais et des autochtones plus tribaux. Le zèle révolutionnaire ne se calma jamais vraiment en ça que plusieurs aventures autoritaires et monarchiques poussées d’abord par les classes bourgeoises ayant survécu à la première révolution puis par les partisans d'un leader militaire particulièrement populaire (Jin Sukaretto) furent à leur tour balayées par des insurrections, et que la liberté toute particulière laissée par le Kah à ses habitants attira quelques-uns des exilés politiques, judiciaires et des idéalistes les plus notables du globe au cours des siècles, sans parler des réfugiés en tout genre. Le Kah est, selon la conception officielle des leaders de la première révolution, une Roue. Un éternel recommencement qui progresse sur une même route, idée héritée des croyances ancestrales autochtones et mis en forme par des penseurs humanistes et objectivistes locaux. On considère actuellement que le Kah quitte son quatrième cycle pour entrer dans son cinquième. La dernière révolution date d'il y a un peu plus d'un demi-siècle, pour renverser une tentative de restauration de la part de la famille Sukaretto. Le gouvernement mis en place au profit de cette dernière révolution est un gouvernement de radicaux qui ont réussi à utiliser la culture Kah pour instaurer ou solidifier un système politique et économique qu'ils considèrent comme une troisième voie idéale entre le capitalisme et le communisme. Les populations sont regroupées en entités administratives surnommées les cellules communales dans une forme de démocratie directe où les cellules élisent leurs représentants pour les cellules supérieures, communales, citadines, régionales etc jusqu'à la plus haute administration. La démocratie est aussi de mise dans le fonctionnement économique – on parle d'une planification décentralisée, avec un commerce extérieur géré par un commissariat dédié et des entreprises à capitaux citoyens. L’État entier fonctionne sur le principe de la libre-association et du droit à la survie. Il existe ainsi des citoyens extraits du système – vivant de leur propre production – et certaines cellules et communes fonctionnant de leur propre chef sur des principes plus centralisés et/ou autoritaires. Actuellement les grands conflits socio-politiques Kah tournent autour de la question de la Centralisation/Décentralisation et de la diplomatie extérieure. D'une part les Interventionnistes veulent répandre le système du Kah et libérer les peuples opprimés, d'autre part les isolationnistes veulent se replier dans un splendide enfermement. Enfin il est question de déterminer si, puisqu'il est de coutume de nommer un gouvernement fort pour répondre à des crises, il ne serait pas en fait préférable de pérenniser l'existence d'un tel gouvernement – représentant les aspirations nationales et les imposant à la population, où s'il est au contraire préférable de conserver une démocratie directe par palier. L'arrivée des nouvelles technologies facilitant encore le fonctionnement démocratique et les visées sociales et égalitaires de la nation, la question n'est pourtant pas si simple du fait de l'influence grandissante de quelques individus exceptionnellement remarqués au sein des différents commités et commissariats.

Mentalité de la population :

Les kah-tanais sont des individus particulièrement fiers de leurs valeurs et qui, si on a le malheur de leur en donner les moyens, s'étendront bien volontiers sur ce qu'ils considèrent être leurs qualités, leurs défauts enviables et leurs grands accomplissement. Ce sont des individus nationalistes, zélotes, beaux parleurs. Des charmeurs redoutables, aimables, joueurs, polis, capables de rapidement passer de la jovialité la plus chaleureuse au froid calculateur nécessaire aux taches administratives ou politiques. Culturellement formatés pour apporter une grande importance à la communauté et à l'épanouissement personnel ils font preuve d'une grande tolérance et d'une grande curiosité envers les individus et l'étranger qui se traduit pas une grande propension à l'adoption de modes et de modes d'action étranger, mais s'accompagne presque toujours d'un redoutable sentiment de supériorité. Pour eux les autres cultures sont des enfants que l'on doit encore guider ou éduquer. Sur le plan social ce sont d’indécrottables progressistes, sur le plan politique des romantiques capables de tenir leurs engagements comme de prendre des décisions à priori insensées. Un peuple bouillonnant et festif, capable de se concentrer sur les tâches communes que requiert la communauté.

Place de la religion dans l'État et la société :
[L'aspect libertaire et syncrétique du Kah va de pair avec la présence de très nombreuses courants religieux et cultes en tout genre. De manière générale le Kah est une société officiellement laïque mais se laissent le droit d'ingérer sur toute affaire religieuse au même titre qu'elle se laisse le droit d'intervenir dans toute affaire culturelle ou associative. Les pensées religieuses sont relativement bien acceptées mais la société Kah dans son ensemble considère les arguments religieux comme nuls et non-recevables, conséquence d'à peu près un siècle de gouvernement farouchement anti-religieux et progressiste, après la première révolution.

Voilà. C'est la théorie.

Dans la pratique, le Kah a une pensée et une culture romantique mélangeant les sciences dures et un mélange de philosophie orientales et de religion autochtones. La morale religieuse imprègne une grande partie de l'administration, les rites politiques et diplomatiques sont d'inspiration ouvertement religieuse et le nom lui-même de la nation « Grand Kah » fait référence à un principe mystique, l’Éternel Recommencement, élevé en précepte moral et philosophique par les révolutionnaires. La Roue du Kah est caractérisée par la fusion des volontés populaires. Un Kah est une alliance. Un syndicat. Une commune. Un ensemble agissant pour l’intérêt général de son groupe, dans une lutte éternelle avançant vers le même principe. Il existe différentes façon de le concevoir – comme une métaphore politique – mais plusieurs responsables politiques se sont déjà illustrés en exécutant des sacrifices religieux ou des cérémonies spirituelles visant à améliorer leur propre « Kah ». De même on considère la notion d'esprit et de spiritualité avec une grande ouverture d'esprit, considérant simplement la notion d'esprits ou de mystique comme un fait de la vie, à considérer avec autant de pragmatisme que possible.]


Politique et institutions :



Institutions politiques :
La Convention Générale est le nom donné au gouvernement du Grand Kah. Il est composé comme par les institutions suivantes :

Les citoyens sont les habitants du Grand Kah dotés du droit de vote. Tout homme et femme ayant habité plus de trois ans sur le sol du Grand Kah, y étant propriétaire ou y ayant travaillé et en ayant fait la demande peut jouir d'un statut de Citoyen. La majorité est acquise à 21 ans. Les Citoyens ont pour mission principale de participer à la vie de leurs cellules communales. Les cellules communales sont l'échelon le plus bas de l'administration, elles élisent les membres des échelons supérieurs : cellules citadines, régionales jusqu'au Parlement Général. Le vote se fait au suffrage plural : Les citoyens jouissant de diplômes reconnus, de distinctions citoyennes, de médailles civiles ou militaires votent plusieurs fois. Les décisions au sein des cellules se font principalement sur un fonctionnement Consensuel, les votes à la majorité étant principalement utilisés pour débloquer des situations.

Le Parlement Général est le principal organe du gouvernement Kah-tanais. Composé de 600 représentants élus devant théoriquement représenter les différentes communes et syndics du Grand Kah, les parlementaires débattent, rédigent et votes les lois proposées par le Comité de la Volonté Publique, dont ils approuvent aussi le budget. Ils valident aussi la nomination des membres du Comité de Justice. Les parlementaires ont un mandat de 5 ans maximum, les modalités précises de leurs élections dépendant des communes régionales dont ils dépendent.

Le Comité de Justice représente le pouvoir judiciaire. Composé de douze membres nommé pour trois ans, il contrôle les tribunaux et les forces de police chargées de faire respecter l'ordre et la loi. Bien que théoriquement indépendant et neutre, le Comité collabore étroitement avec le Comité de Volonté Publique. Dans les fait le Comité de Justice n'est que l'échelon ultime d'une organisation, la Magistrature, s'échelant en parrallèle de chaque cellule politique. Elle dirige aussi la Protection Civile. Une force de police militarisée servant à la fois de garde régionale et de groupement contre-terroriste.

Le Comité de Volonté Publique a été fondé pour doter les Communes unies d'un organe exécutif capable de réagir rapidement et de gérer la vie politique courante du Grand Kah. Composé de huit membres nommé pour deux ans et réélus en quinconce, il gère ainsi la diplomatie, les armées, la gestion des taxes, l'administration et tout ce qui s'en suit. C'est très concrètement l'exécutif. Ses membres sont des individus proposés par le parlement général cooptés par les membres du Comité. Il préside aussi différents commissariats remplissant des missions précises (Commissariat à la paix pour l'armée, commissariat aux affaires Extérieures, Intérieurs, Judiciaire etc). Les commissariats sont des genres de ministères dépêchant des experts sur les échelons régionaux et communaux de l'administration pour s'assurer de leur bon fonctionnement et rapporter leurs besoins et remarques au Comité.

Égide : L’Égide est une organisation dirigée par un individu nommé parmi les membres du Comité de la Volonté Publique jusqu'à révocation soit par le Comité soit par les communes. On le surnomme le Protecteur de la Révolution. Le Protecteur est à la tête d'une assemblée de juristes visant à s'assurer du respect des lois et règles du Grand Kah. L’Égide est aussi l'organisation devant s'occuper des affaires de corruption, de conflit d’intérêt etc. Elle est pour se faire dotée de Commissaires inquisiteurs, enquêteurs plénipotentiaires servant d'officiers à la Protection civile. Au fils des années l’Égide a pris plusieurs formes et a parfois été remarquablement efficace et salvatrice ou, au contraire, un outil de domination totalitaire.


Principaux personnages :

Actée Iccauhtli : Auteur reconnu à l'international pour ses romans historiques, ses études sociales, modèles politiques théoriques ainsi que son caractère de chien hargneux. Membre éminente du Comité de Volonté Publique depuis deux ans, c'est une pragmatique efficace, officieusement en charge de la représentation extérieure du Kah et de la gestion de tout ce qui touche à la diplomatie et la culture.

Edgar Alvaro Maximus de Rivera : Ancien amiral ayant abandonné ses fonctions militaires pour rejoindre le Comité de Volonté Publique, Edgar Alvaro Maximus de Rivera fait office de voix de la raison au sein de l'exécutif Kah. Un rôle compliqué qui a fait de cet homme autrefois cynique et mesuré un individu que l'on pourrait concrètement résumer en un mot "Las". Mais alors, vraiment, très las. Il n'en reste qu'il représente toute la tendance modérée du Kah, désireuse d'établir une domination culturelle et diplomatique pacifique et de s'entendre en bonne intelligence avec les nations voisines.

Liam Aragon Ixazaluoh : Surnommé L'Homme de Bien. L'un des Commissaires inquisiteur les plus influent, souvent comparé au "père" de toute une génération de plénipotentiaire formés sous son influence, Liam Ixazaluoh est plus ou moins le meilleur ami de la constitution, s'étant illustré lors de nombreuses enquêtes de grande envergure sur la corruption de tel ou tel individu, cellule, organisation. C'est un homme qui passe pour efficace et apolitique, dont le pouvoir et les influences restent difficiles à entièrement appréhender.

Asai Itzel Sukaretto : Surnommée la "Princesse" écarlate, Asai Sukaretto est techniquement l'héritière de l'ancienne famille impériale, les Sukaretto. Elle a cependant rejetée l'héritage monarchique au profit d'un caractère de rock star et de star de la mode. Personnalité excessivement populaire et influente, elle est aussi l'une des têtes de file des kah-tanais les plus radicaux. S'adonnant à des rituels de sacrifice, donnant de grands discours révolutionnaire et militant pour une politique toujours plus jusqu'au-boutiste. Elle a récemment été nommée au Comité. Certains craignent que l'histoire ne se répète et que Sukaretto ne prenne les pleins pouvoirs.

Shao Kai Yuhan : Commissaire aux affaires des exclaves, Shao Yuhan est un militaire élu par la population au rôle de la direction des territoires d'outre-mer du Kah. Proche collaborateur du Comité de Volonté Publique et faisant des passages réguliers en métropole pour rendre compte de son action au Parlement, il jouit d'une grande influence au sein des territoires coloniaux du Kah et a engagé une grande politique de militarisation des ports marchands, le faisant passer pour un militariste. De manière amusante c'est aussi l'un des principaux étatiste du Kah. Et un communiste. L'individu détonne vraiment parmi ses pairs, malgré son aspect calme.

Politique internationale :
Le Grand Kah veut devenir un symbole culturel et scientifique influent à travers le monde. Il veut répandre son modèle par des moyens diplomatiques, culturels et - si nécessaire - militaires. Il s'oppose fermement à la colonisation, au sexisme, aux gouvernements religieux, autoritaires, au capitalisme, à la bureaucratie... C'est l'enfant terrible de la planète. Mais il a un petit succès chez les jeunes. Plus sérieusement le Kah veut devenir un important pôle universitaire, philosophique et militaire. Sa mission sacrée est de protéger les innocents, les déshérités et d'assurer que la liberté soit respectée.
0
Bonsoir et bienvenue,

Niveau originalité, tu glanes pas mal de points !
La forme et le fonds me paraissent bon même si je pense que l'économie du Grand Kah se fera très vite chahutée dans un monde globalisé à en lire ton système monétaire.

Une remarque avant validation, je pense qu'attendre plus 184 millions d'habitants sur un territoire assez petit, de climat tropical, est disproportionné. Si tu es ok, on peut valider ton pays avec une population ramenée à 70 millions d'habitants (un bon compromis entre le Quechaïmar et le Yuhanaca qui partage un peu ta topographie).

Fais-moi signe pour me confirmer tout ça !
Hello', pour commencer merci ! Je vais ramener la population à 70, je voulais une nation assez populeuse mais c'est vrai que ramené à la taille du pays et au climat c'était vraiment beaucoup trop x]

Concernant l'économie c'est un risque, effectivement. En théorie il existe des corporations, de la finance (si uniquement autorisées à agir comme telle à l'extérieur du territoire) et des instances gérant l'importation et l'exportation, mais je ne m'y connais pas assez en économie pour déterminer si un tel système est réellement viable en dehors des considérations planistes/autarciques/communistes. On verra bien ce que ça donnera en jeu, aucun régime n'est parfait :'D
0
Nickel, "tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes" !

La fiche est validée.
Haut de page