06/08/2004
21:23:30
Index du forum Continents Aleucie Izcalie

Activités étrangères en Izcalie

391
Activités étrangères en Izcalie

Ce topic est ouvert à tous les joueurs possédant un pays validé. Vous pouvez publier ici les RP concernant les activités menées par vos ressortissants en Izcalie. Ceux-ci vous permettront d’accroître l'influence potentielle de votre pays sur les territoires locaux. Veillez toutefois à ce que vos écrits restent conformes au background développé par le joueur d'Izcalie, sinon quoi ils pourraient être invalidés.
5558
La petite troupe militaire progressait le long du littorale pour en jauger les côtes. L'air de l'océan était vivifiant et de fraiches bourrasques de vent venait gonfler la voile du navire utilisée en alternance avec le moteur du navire afin d'en économiser le carburant. Au loin, installé à la proue se trouvait le capitaine de cette expédition, un dragon qu'on ne présentait plus au sein des dragons du clan Tual : "L'homme Brûlé." N'allez pas croire que ce surnom sinistre est un titre dont notre homme à hérité volontairement. L'homme brûlé est un individu de taille correct dont le corps charnu est recouvert de dizaines et de dizaines de bandages.

Un fin interstice de bandelette laissait entrevoir ses yeux d'une couleur bleu à l'éclat semblable à l'océan ainsi qu'une partie de son visage marqués par le feu, les braises. Aujourd'hui, cette chaleur qui rongeait son corps ne partira jamais. Elle faisait partie de lui. L'homme était assis sur un tabouret en train de fixé l'horizon, en train de changer les bandages de ses mains tandis que l'équipage évitait de croiser son regard ou de le gêner. C'était un moment difficile, où chaque contact avec sa peau marqué par le feu était douloureux. Il fallait changer ses bandages tout les jours, mais le dragon insistait pour les changer lui même. Il était évident que l'homme brûlé inspirait une forme de crainte mélangée à du respect au sein de sa petite troupe. Les mythes sont nombreux sur l'origine de l'homme brûlé, et la façon dont ce dernier a conquis sa place en temps que Dragon et Homme-lige de la suite d'Alystair Tual.

L'homme brûlé est un chef de clan qui aurait été trahis par ses pairs. Attachés à un rondin enduis d'essence et jeté du haut d'une falaise par ses propres hommes-liges désireux de s'accaparer sa place en tant que chef de clans. Il demeure encore une légende urbaine utilisée pour faire peur aux enfants et aux guerriers qui songeraient à trahir leur serment pour le pouvoir ou la richesse. Tel un esprit vengeur, il serait revenu, doté d'une liste de sa suite l'ayant trahi, traquant un par un ses anciens compagnons d'armes pour les exécuter froidement. Aujourd'hui, L'homme brûlé à juré fidélité à Alyster de Tual en tant que bras droit et vassal.

Mais que sont venus faire un si fameux dragon et une petite expédition militaire d'une vingtaine d'homme sur les côtes d'Izcalie ?

Un peu plus tôt, au palais du Roi tribal Alystair de Tual à Sharn :


- "Nous avons besoin de connaître nos voisins, et de déterminer qui peut se révéler être un ennemi d'un potentiel allié."
Déclara Alystair de Tual, nous sommes une semaine avant le départ de l'Homme Brûlé. Voilà maintenant une semaine et demi que la course contre la montre pour le trône de Nhorr venait de débuter.

Le Roi tribal faisait les cents pas, consultant alternativement une carte marine des environs de Paltoterra et D'Aleusye. L'avantage du positionnement du clan Tual sur cette presque-île entre les deux continents. Cela apportait au clan Tual une marge d'action permettant beaucoup d'options. Toutefois, le Roi tribal ne pouvait compter uniquement sur le ravitaillement et la route commerciale qui unissait le clan Tual et Kendall, d'autant plus que la concurrence pour la couronne risquait de fragiliser les liens entre les deux clans cette période, il n'était donc pas pertinent de compter sur les anciennes alliances avec ce clans. Le Clan Tual devait trouver des soutiens autre part, quelque part dans les gouvernements se trouvant en Aleusye et en Paltoterra.

L'Homme Brûlé considéra son Roi tribal et suzerain et accepta la demande sans un mot. A peine retourné du sommet des nations de Paltoterra, ce dernier allait être mandaté pour établir le contact diplomatique en Izcalie. Il avait préparé ses affaires avec le soin d'emporter le minimum syndical afin de ne pas encombrer la vitesse de son expédition, paya le tribut aux démons des eaux avant de prendre la mer.

Retour sur l'expédition longeant les côtes de l'Izcalie. L'homme brûlé avait finalement terminé de remplacer ses bandages. L'un de ses hommes approcha, le pas légers et silencieux, de peur de diriger le dragon.

- "Nous approchons de notre destination."


Déclara t-il simplement. Attendant une réponse de son dragon.

- "Nous accostons. Préparez le matériel."

L'équipage manifesta son enthousiasme par un "Hourra" général, s'attelant à préparer le matériel pour installer un campement au large de la ville la plus proche. Il y faisait bon, un vrai petit coin de paradis où les soldats aurait pu installer un campement et y vivre tout le mois en se nourrissant de la chasse, de la pêche et de fourrage. Le groupe se chargera de monter le campement le temps qu'un petit groupe de soldat partira en tant qu'émissaire vers la ville la plus proche pour entamer le contact.

Les émissaires progressèrent pendant près d'une demi heure dans le littoral, longeant une route côtière dégagée. Au loin, alors que le crépuscule commençait à se manifester. Ils purent contempler au loin la ville qu'ils avaient pu remarquer depuis leur navire.

La ville était vaste, si vaste qu'après quelques minutes de marche il n'en discernait plus les murs d'enceinte, dans l'obscurité grandissante, les Nhorréens se sentirent comme des explorateurs dans une immense jungle de béton. Les bâtiments étaient bien entretenus, et cependant, et organisée d'une manière étonnement symétrique autour du grand chemin central qui semblait mener à la mairie ou à la Maison Longue du seigneur/chef local selon les Nhorréens. La ville brillait comme si le rassemblement de constellations illuminaient l'entièreté de la ville.

D'un assuré, ils arpentèrent les rues pour finalement se trouver face à un grand bâtiment, la demeure du chef local : La Mairie. Ils gravirent les quelques marches de pierres qui les séparaient de l'édifice. Les trois soldats et émissaires se firent face. Puis l'un d'eux poussa le doigt sur la sonnette qui sonna dans un bruit étouffé artificiel. Attendant une potentielle réponse. Il était tard après tout, nous étions en début de soirée. L'un des émissaires songea à conseiller à ses hommes de prendre une chambre en ville et revenir le lendemain. Le manque de réponse confirma l'instinct de ce dernier.

Ils profitèrent donc d'un séjour dans une chambre d'auberge où les trois hommes se tinrent à carreau. Ils n'étaient pas chez eux, et ils durent se résoudre à adopter les mœurs locales. En Izcalie, fait comme les Izcaliens. Le lendemain matin, ils retournèrent matinalement sonner à cette mairie afin de rencontrer le chef local.
1204
La peine de mort pour les prisonniers?

Après l'annonce dans la presse izcalienne de l'arrestation de prisonniers izcaliens participants à un grand réseau de contrebande, des vois se sont fait entendre dans tous le pays car l'Empire Latin Francisquien n'a pas caché qu'ils risquaient la peine de mort pour avoir commit un crime. Le Président izcalien n'a pas voulu agir connaissant les risques de faire rapatrier des criminels qui pourrait agir sur le territoire izcalien mais ce n'est pas l'avis d'une partie de la population puisqu'ils condamnent fermement sa décision qui exposent les criminels à la peine capitale. La peine capitale qui est abolie depuis 1995 en Izcalie est un représentateur fort de la dictature izcalienne des années 80 qui a permis au régime d'exécuter de nombreuses personnes. Prisonniers, adversaires politiques, manifestants, ils ont tous eu le droit à la peine de mort. La population izcalienne ne s'intéressant pas de très près aux évènement en Eurysie, ils s'y intéressent beaucoup plus depuis que l'Empire Latin Francisquien ne cesse de faire des vagues. Coup d'état, régicide et même guerres, l'Empire Latin Francisquien sait attirer la curiosité des izcaliens et désormais leur colère. Comment le Président va-t-il réagir? Fera-t-il marche arrière? Pour l'heure il semblerait que des manifestations éclatent dans tous le pays demandant la révision de la décision du Président.
Haut de page