06/08/2004
17:48:39
Index du forum Continents Afarée Ouroundie

Histoire de la République Populaire d'Ouroundie

1506
Ouroundie Précoloniale:


L’Ouroundie prend ses racines entre le 17e et le 18e siècle. Les Ouroundais étaient un peuple de fermiers et de pécheurs sédentaires vivant sur les cotes de la futur République Populaire d’Ouroundie. Idamo Fata né en 1602, prend le titre de roi des Ouroundais en 1626 à l’âge de 24 ans après la mort de son père. Il va peu à peu soumettre d’autres ethnies de la région notamment (Ifsilik, Tomhbek, Toumourai…) principalement des tribus nomades et divisées. En usant de politique (mariage, alliance, assassinat) et de stratégie militaire innovante notamment grâce à des améliorations apportées aux arcs de l’armée Ouroundaise. Son royaume s’étend et atteint son apogée en 1666 où après une campagne de 5 ans, il arrive à faire plier le roi Mutaie Fisili Matef et annexe son territoire.
Finalement Idamo Fata meurt deux ans plus tard en 1668 et laisse en héritage à ses fils un royaume riche et développé mais aussi divisé avec énormément de conflits internes et d’ambitions différentes par provinces. Ce royaume va tenir encore un siècle environ, mais les conflits ethniques dans le royaume vont s’intensifier.
En 1795, les Mutaies (l’ethnie la plus puissante après les Ouroundies dans le royaume ainsi que la plus indépendantiste) prennent les armes contre la monarchie Ouroundaise. Ces rebelles accompagnés de beaucoup d’ethnies soumises par le royaume vont défaire l’armée Ouroundaise en quelques mois. La bataille décisive va se disputer aux portes de Liilba où l’armée Ouroundaise va subir un siège de 3 mois. Finalement, le général va se rendre faute de vivres et d’eau pour les troupes. Le royaume va éclater peu après et les Mutaies ainsi qu’énormément de tribus vont prendre leurs indépendances.
1527
La colonisation:


En 1810, plusieurs explorateurs Maguerrois rentrent en contact avec le royaume d’Ouroundie. Sachant que le royaume traversait une phase compliquée avec la perte de 50 % de son territoire et 30% de sa population. Les Maguerrois rentrent aussi en contact avec le royaume Mutaie. Les deux royaumes ayant un passé tumultueux, les Mutaies et les Maguerrois s’allient pour faire tomber le royaume Ouroundais. Les Mutaies recevront, dans le cas d’une victoire, quelques provinces en plus et les Maguerrois eux coloniseront les terres restantes. Finalement, la guerre est déclarée le 13 juin 1812. La coalition aura plus de mal que prévu à faire tomber le gouvernement Ouroundais.
Le royaume Mutaie va être trahi par le gouvernement Margermelk qui secrètement va passer un accord avec le royaume Ouroundais plus puissant que prévu. Une partie des territoires Mutaies vont être annexée par l’Ouroundie et le reste sera colonisé par les Maguerrois. En 1815, le gouvernement Margermelk va encore une fois déclarer la guerre avec l’Ouroundie mais cette fois-ci avec plus de succès puisqu’en 4 mois le pays va être soumis et entièrement colonisé. Puis les tribus nomades du nord vont-elle aussi être mises à genoux. Les Maguerrois contrôlent à partir de ce moment la région et vont la garder pendant plus d’un siècle.
Les Mutaies vont être utilisés comme traducteurs et aussi dans les administrations coloniales de Margermelk puisque c’est l’ethnie la plus instruite de la région mais aussi celle qui s’est la plus intéressée à la culture Maguerroise et à leurs langues. Donc pendant toute la période coloniale les Mutaies sont devenus les alliés de cette colonisation. Une image qui va leur coller à la peau bien que ce soit une minorité qui a soutenu le colonisateur Maguerrois.
1213
La décolonisation:



En 1965, un mouvement pacifiste composé de démocrate libéral va prendre de l'importance et va commencer à effectuer des manifestations pacifiques dans toutes les villes du pays. Si au début la réaction du gouvernement colonisateur est très violente le mouvement prend une telle ampleur que le 10 mai 1967 l'indépendance du pays est signée à Mabie. Mais pourtant cette indépendance n'existait qu'en théorie car une immense majorité des entreprises présentes dans le pays étaient Maguerroise. De plus, le gouvernement Ouroundais de l'époque était composé d'une élite Mutaie ayant créé leurs richesses sous la colonisation et avait tout intérêt à garder une présence coloniale forte dans le pays cette situation va créer une révolution paysanne en 1982 soutenue par Njoya Ezana le dirigeant actuel de la RPO. Il va poser les bases de ses idées qui vont lui servir pour se hisser au pouvoir et y rester comme l'idée de grande Ouroundie avec la volonté d'étendre les frontières et donc d'étendre l'influence de l'Ouroundie . Mais aussi les Mutaies qui vont servir de bouc émissaire pour tous les malheurs du pays et enfin l'idée d'une décolonisation totale donc avoir la mainmise sur les ressources du pays, le Français interdit dans le pays et la baisse de l'influence de la religion Catholique. En 1985, il arrive au pouvoir avec le soutient du peuple et créait La République Populaire d'Ouroudie.
1996
Le gouvernement de Njoya Ezana:


Après la prise de pouvoir de Njoya Ezana en 1985, il va mettre en place la constitution de la République Populaire d'Ouroundie encore utilisée actuellement. Et il va tout faire pour asseoir son pouvoir, le pilier principal de ses idéaux est la haine des Mutaies qui va être cultivée pendant près de vingt ans. Les médias contrôlés par le gouvernement vont diffuser de la propagande pro-Ezana et des propos racistes envers les Mutaies. Une immense majorité de la population croît en son gouvernement et est profondément anti-Mutaie. Pendant les années 1990, différentes lois vont être votées par le parlement pour effectuer une ségrégation.



1990: loi de l'Héritage culturel (cette loi oblige à tous les citoyens ayant un enfant d'indiquer sur la déclaration de naissance l'ethnies des parents mais l'inscription de l'ethnie se fait aussi sur la carte d'identité et le recensement). Les détracteurs de cette loi soulignent la difficulté de trouver un travail quand sa carte d'identité indique une autre ethnie qu'Ouroundaise mais encore plus quand il est écrit Mutaie. Le PME(le Parti des Minorités Ethniques) qui avait encore des Mutaies dans ses rangs c'était fermement opposé à cette loi.

1992: loi de déplacement de population limité (cette loi oblige à tous les citoyens voulant déménager de leur province d'avoir un permis de déménagement donné par l'administration Ouroundaise). Dans les faits, il est plutôt facile d'avoir un permis de déménagement si vous voulez déménager dans une autre province à majorité de votre ethnie mais si un Mutaie veut habiter dans la capitale qui est à grande majorité Ouroundaise cela va être compliquée et des gens ont déjà attendu quatre ans pour recevoir un avis négatif sur leur demande. Des mesures spéciales sont prises pour les nomades du nord.

1993: le gouvernement avait de plus en plus peur d'un soulèvement indépendantiste dans les régions à majorité Mutaie soutenue par les parlementaires Mutaies du PME(le Parti des Minorités Ethniques). Et donc la loi sécurité provinciale passe. Cette loi permet au gouvernement du jour au lendemain d'activer l'état d'urgence dans une ou plusieurs provinces. Cela veut dire possibilité pour le président de mettre un couvre-feu ainsi que de déployer l'armée sans devoir passer par un conseil militaire.
3325
La réponse Mutaie aux décisions de Njoya Ezana:


Si la propagande anti-Mutaie par Njoya Ezana a commencé avant même sa prise du pouvoir, c'est belle et bien pendant les années quatre vingt dix que cette propagande va être décuplée et va passer à un autre niveau. De 1985(prise du pouvoir par Njoya Ezana) à 1990 biens que les médias soient en accord avec les positions racistes du gouvernement, les actions directes de Njoya Ezana contre les Mutaies sont plutôt rares, pendant ces cinq années il va consolider son pouvoir. Les Mutaies ont donc un espoir et beaucoup vont penser que les propos du président et des médias sont pour les Ouroundais les plus nationalistes mais sans conséquence pour eux. Des Mutaies vont mêmes pouvoir devenir parlementaires en très grandes majorités dans le PME(le Parti des Minorités Ethniques). Seulement dans les années quatre vingt dix, des lois (vues plus haut) vont être votées et les Mutaies vont être confrontés à un gouvernement et des décisions de plus en plus extrêmes. Beaucoup de parlementaires pas que Mutaie du PME vont essayer de faire respecter les droits des Mutaies mais aussi des autres ethnies elles aussi touchés même si c'est à une moindre mesure. On appelle cette résistance la résistance diplomatique. Mais elle ne va pas trop fonctionner et pendant les années quatre vingt dix les libertés et les droits Mutaies s'amenuisent.
Au même moment un autre courant de penser apparait, qui lui va être appelé la résistance brutale. Ce courant de penser appelle tous les Mutaies à s'unir et à se battre contre l'oppresseur. Il apparait début des années quatre vingt dix et rencontre peu de succès car les gens pensaient encore pouvoir répondre de manière diplomatique aux décisions du gouvernement. Mais voyant la situation s'empirer de plus en plus le mouvement prend doucement de l'importance alors que la résistance diplomatique, elle perd petit à petit ses partisans. Finalement, le coup de grâce infligé par le gouvernement le 10 juin 1997 à la résistance diplomatique sera la décision du Sénat d'interdire au PME de présenter pour l'élection parlementaire de 2000 des candidats Mutaies. Cela va définitivement tuer la résistance diplomatique et va changer la résistance brutale en un mouvement indépendantiste. En effet, l'idée d'indépendance faisait rêver la résistance Mutaie mais avant ces événements on en parlait finalement peu et les solutions proposées par les résistants étaient plus à base de réforme du gouvernement etc. Mais un homme ne croyait pas que l'on pouvait changer les choses en passant par des réformes et cet homme est Djime Mata. Sa penser était bien plus radicale que la moyenne de l'époque dans la résistance. Mais alors que la résistance diplomatique meurt sous les coups du gouvernement les gens commençaient à questionner un changement doux vers une Ouroundie pacifiée et unie. Son mouvement arrive à prendre assez d'importance et il arrive à unifier la plupart des mouvements radicaux nationalistes Mutaies. Il est considéré comme le visage de l'indépendance Mutaie. Le gouvernement Ouroundais le considère comme un terroriste et propose de grosses récompenses contre des informations sur sa position lui et ses généraux. Les actions principales du mouvement indépendantiste Mutaie(MIM) en dehors des provinces à majorité Mutaie sont des attaques à la bombe et des enlèvements de proches des membres du gouvernement ou des personnes riches contre une rançon (exemple: la fille du PDG de la plus grande société minière du pays, libérée contre 1,2 million de Molas). Dans les provinces à majorité Mutaie leurs actions sont bien différentes avec de la sécurisation de quartier (ils remplacent les institutions publiques donc police médecin et éducation). Ils effectuent aussi des représailles sur les forces de l'ordre Ouroundaise quand des altercations avec la population locale tournent mal.
Haut de page