06/08/2004
19:47:03
Index du forum Continents Aleucie Izcalie

Institut Politique Izcale

202
☀️ Institut Politique Izcale ☀️


Ce sujet centralise tous les messages liés à l'activité politique izcale : ses partis politiques, les élections, les séances parlementaires, et d'autres articles liés peu ou prou à la politique.
4211
☀️ Partis politiques en Izcalie ☀️

Le scrutin plurinominal majoritaire, en vigueur en Izcalie pour les élections parlementaires, favorise un certain bipartisme, parfois bousculé par un troisième parti, tandis que les autres partis politiques se partagent la partie congrue, voire repartent bredouille. Dans le paysage politique izcale, il faut ainsi distinguer deux grands partis, et un troisième plus récent né en contestation des deux premiers mais nettement moins influent.

Alliance pour le Paradis

Idéologies principales : Conservatisme constitutionnel, Populisme, Mysticisme, Realpolitik, Autoritarisme, Etat-Providence

Des deux principaux partis, l’Alliance pour le Paradis (APP) est celui qui a le plus longtemps gouverné sur le pays. Gardien de la Constitution telle qu’elle se présente en Izcalie, l’Alliance pour le Paradis estime que la gratuité totale des soins médicaux est un acquis primordial qu’il ne faut surtout pas remettre en question, quoiqu’il en coûte. Mais son programme fait la part belle à la valorisation de traitements alternatifs basés sur la consommation de psychotropes, voire sur la promotion de certaines pratiques mystiques, pour ne pas dire charlatanes, inspirées des croyances amérindiennes.

En matière économique, l’APP promeut un large laissez-faire mais s’il est ouvert sur les secteurs liés aux mœurs (comme la prostitution), il se montre plus fermé quand il s’agit des secteurs innovants, notamment Internet, craignant une émancipation de la parole critique et des discours de « contre-vérités » sur le gouvernement. Le parti ferme les yeux sur les réseaux clandestins qui pullulent dans le pays, en particulier sur les Îles Iztaques.

En matière diplomatique, l’APP est partisan d’une ligne purement Realpolitik, faisant fi de l’orientation idéologique des pays avec lesquels il traite, qu’ils soient capitalistes, communistes ou fascisants. Il se tient également à l’écart des traités de coopération trop poussés, préférant garder son indépendance et sa liberté d’action.


Union du Beau Progrès

Idéologies principales : Libéralisme, Orthodoxie financière, Rationalisme, Occidentalisme, Progressisme, Diplomatie éthique

« Parti du colon eurysien », l’Union du Beau Progrès (UBP) s’adresse à une classe plus aisée, insatisfaite devoir payer pour un Etat-providence dispendieux même si le parti se garde bien de se présenter ainsi. Sans remettre frontalement en cause la gratuité des soins médicaux, l’UBP souhaite de longue date avoir plus de souplesse sur ce principe constitutionnel mais a toujours échoué à le faire accepter par la population.

À l’instar de son concurrent, l’UBP est capitaliste mais prône une moindre intervention de l’Etat et un moindre contrôle sur le système médiatique, ce qui le rend a priori un peu plus respectueux de la démocratie que son concurrent, sans aller à plaider pour une réforme constitutionnelle majeure. Le parti est largement soutenu par les industries de la hi-tech. Il n’est cependant pas aveuglement scientiste, il souhaite même renforcer la législation contre les discriminations religieuses, contrairement à l’APP.

En matière diplomatique, l’UBP se distingue clairement de son concurrent, en prônant une diplomatie éthique, qui sait condamner les exactions commis par les régimes étrangers et qui souhaite une meilleure intégration de l’Izcalie dans les organismes internationaux de défense des droits de l’homme. L’UBP affiche clairement ses réticences à coopérer avec des Etats communistes, au moins d’une manière aussi poussée que l’APP.


Progrès & Paradis Sans Eux

Idéologies principales : Convocation d’une Assemblée Constituante, Démocratie Directe, Populisme, Libertarianisme, Social-démocratie

Réduit à une partie congrue de l’échiquier politique izcale, le mouvement Progrès & Paradis Sans Eux (PPSE) est par défaut le troisième parti politique du pays. Comme son nom l’indique, sa raison d’être est la contestation des deux partis majoritaires et du système qu’ils incarnent et entretiennent. Disposant de moyens réduits, le parti peine à se faire entendre et séduire les foules mais a déjà eu ses coups d’éclat qui lui ont permis d’obtenir des députés.

Le parti est hétéroclite, il rassemble tous les opposants de tous bords au système et en cela, il montre ses limites et incohérences. Aux élections, le parti procède à des listes « techniques » de candidats qui ont peu de points communs, sinon l’opposition aux deux premiers partis, ce qui cause des dissensions occasionnelles. On retrouve aussi bien des libertariens que des opposants plus autoritaristes, en passant par des sociaux-démocrates. Tous, selon des modalités différentes toutefois, défendent l’idée de la démocratie directe.
245
☀️ Elections parlementaires de 2001 ☀️


Résultats des listes arrivées en tête par circonscription :

Elections parlementaires izcales de 2001


Parlement Izcale [2001-2005] :

Parlement Izcale 2001-2005
343
☀️ Positionnement des partis politiques izcales ☀️
Mandature 2001-2005

Quadrant politique izcale (2001-2005)

Seuls figurent les partis représentés au Parlement izcale.
La Liste Iztaque n'est pas représentée car elle répond moins à des logiques idéologiques que de personnes, qui sont élues du fait de leur statut de notables sur les Îles Iztaques.
2424
☀️ Pavillon de l’Albastre ☀️
La principale bande de pirates d’Izcalie

Pavillon de l’Albastre

Le Pavillon de l’Albastre est l’une des plus anciennes bandes de pirates encore en activité, et de loin la plus puissante de la Communauté d’Izcalie. Organisée dès le XVIIIe siècle, les Albastriers ont, durant leur histoire et en fonction des époques, été des corsaires autorisés par le gouvernement izcalien à attaquer les navires battant pavillon d’Etats ennemis. La stabilisation des institutions izcales a toutefois relégué les Albastriers au rang de pirates dès le début du XIXe siècle. Les Albastriers, qui tiennent leur nom de l’albâtre, ce minéral blanc proche du marbre, ont mené d’importants raids sur les continents aleucien et paltoterrien, qui ont lui permis de se constituer une richesse incommensurable, en partie dilapidée par la satisfaction de plaisirs hédonistes mais également réinvestie en propriétés sur le territoire izcalien et dans l’acquisition, à partir du XIXe siècle de navires plus modernes. Jusqu’ici cantonnés aux côtes aleuciennes, les raids se sont multipliés vers l’Eurysie et l’Afrée, grâce aux innovations technologiques. Après la désaffection de ses rangs dans la première moitié du XXe siècle, la bande a retrouvé sa puissance sous la dictature d’Ollin Sacxoch durant les années 1980, dont il a contribué à la chute. L’ancien dictateur a en effet été le principal dirigeant izcalien à s’opposer clairement aux Albastriers, qu’il voyait à juste titre comme un Etat dans l’Etat.

Régi par un code d’honneur, le Pavillon de l’Albastre nourrit aussi des ambitions politiques et notamment l’établissement d’un authentique « Etat pirate », une contrée de liberté, de démocratie et de méritocratie. Le Pavillon rassemble à ce titre des personnes de tous horizons et de toutes origines, parfois même des apatrides, qui ont gagné leur place au terme d’un entraînement militaire. Dans les années 1980, l’essentiel du contingent était composé de civils épris de liberté qui voulaient prendre le large et fuir la dictature. Par la suite, on a retrouvé beaucoup d’anciens militaires, anciens prisonniers ou d’Izcaliens en quête d’ascension sociale. Aujourd’hui, le Pavillon a noué une sorte de pacte de non-agression implicite avec le gouvernement qui, à l’évidence, préfère ne pas s’attaquer à ces pirates. En contrepartie, les Albastriers doivent rediriger leurs activités vers l’étranger. Non loin de Fort-Eustache, sur la côte est de l’Izcalie, se trouve le principal centre d’entraînement des pirates, qui bénéficie de la tolérance de l’Etat et de nombreux députés acquis à leur cause.

Effectifs au 1er juillet 2004 :
  • 1 200 pirates (soldats professionnels*)


* HRP : Décomptés des effectifs de l'armée izcale.

Haut de page