06/08/2004
20:58:39
Index du forum Continents Eurysie Althenlant

Encyclopédie de l'Althenlant/ Althenlands Owlljemnezbowk

10952
ENCYCLOPEDIE DE L'ALTHENLANT/ ALTHENLANDS OWLLJEMNEZBOWK







INTRODUCTION

L'Althenlant, il faut le dire, est un territoire à la géographie et l'histoire complexes. Le lecteur avisé se dira qu'il s'agit d'un discours que l'on tiendrait pour n'importe quel pays, ce qui est tout à fait juste. Il est ainsi impertinent de parler d'un pays en une seule page, même lorsque l'auteur d'un ouvrage d'histoire-géographie souhaite écrire de la façon la plus concise possible, et l'Althenlant comme tout autre pays n'échappe pas à cette règle. Cependant, il est tout à fait admis par souci de clarté que seuls des éléments essentiels à la compréhension seront délivrés au lecteur qui ne souhaite pas s'ennuyer, ce qui est tout à fait compréhensible lorsque des éléments superficiels en trop grand nombre sont retenus. L'objectif de cette encyclopédie est de permettre au lecteur de connaître l'essentiel à retenir de la géographie, de l'histoire et de la vie politique et culturelle de la nation althenlantaise. Par ailleurs, des photographies seront insérées dans le texte au cours du temps afin d'agrémenter la lecture d'un ouvrage certes très informatif, mais au même moment un peu austère. Le lecteur motivé devra toutefois s'en passer dans un premier temps.



GEOGRAPHIE DE L'ALTHENLANT



1. GEOGRAPHIE CULTURELLE ET ADMINISTRATIVE

L'Althenlant, comme précisé dans le petit paragraphe introductif, est un pays à la géographie complexe. Cependant, lorsque le lecteur y regarde de plus près, l'Althenlant peut être grossièrement divisé en deux grandes aires culturelles. En premier lieu, le sud d'influence germanique dont la population ressent une forte proximité avec le Walserreich au sud de l'Althenlant, aire de tradition protestante, principalement luthérienne mais aussi calviniste dans de moindres proportions. Le sud de l'Althenlant est particulièrement marqué par les influences culturelles qu'il a subi au cours de l'Histoire. Ainsi, des tribus slaves sont restées assez durablement sur le territoire avant leur assimilation pour y laisser des traces, notamment dans la toponymie de certaines régions, particulièrement le sud-est, autour de la Capitale Fédérale Olkan, dont le nom est d'ailleurs à remonter à la période slave. Des tribus romaines furent également présentes quelque temps sur le territoire, quoique de courte durée, mais suffisamment pour y laisser un héritage quant à lui essentiellement architectural, dans quelques villes du sud, dont Nekl, quatrième ville du pays en nombre d'habitants.
Le nord quant à lui, est plus homogène d'un point de vue culturelle, ce qui ne le rend néanmoins pas inintéressant au regard de son caractère assez unique dans la région, y compris si les autres pays du Nord sont pris en compte. Le nord a ainsi pu conserver de nombreux rituels germaniques disparus ou devenus peu fréquents dans le sud. Cela s'explique par la faible implantation du Christianisme qui n'a pas su supplanter les religions traditionnelles germaniques toujours pratiquée jusqu'à nos jours dans la région. D'un point de vue linguistique, les variantes althisques du nord, soit le Selandais et le Colsundais, ont conservé des traits archaïques car ces deux variantes ont échappé aux mutations linguistiques qui caractérisent l'althisque standard ainsi que les variantes du sud que sont le Zodanrejkien et le Hawkarien. Ces différences dialectales sont suffisamment importantes pour qu'elles soient distinguables à l'oreille, y compris pour des personnes ne parlant pas un mot d'althisque.
Il est important de savoir que l'Althenlant est un Etat fédéral. Cependant, contrairement au Welsenreich de superficie et population comparables, l'Althenlant n'est divisé qu'en quatre sujets fédéraux, contre douze pour le Welsenreich. Cependant, le chiffre de quatre états fédérés n'a en aucun cas été choisi au hasard lors de leur établissement en 1948, tenant compte de raisons historiques, les quatre Etats correspondant en effet au quatre "vartinkar", littéralement "quartiers", ou régions historiques et traditionnelles de l'Althenlant. C'est ainsi que seront présentées ci-dessous et en détail ces fameuses régions historiques


1. Le Zodanrejk, ou "l'Etat du sud"

Comme son nom l'indique à juste titre, le Zodanrejk est le plus méridional des quatre Etats althenlantais. Sa capitale et plus grande ville est Olkan, qui est également la Capitale Fédérale. Olkan concentre ainsi une grande partie des institutions fédérales mais aussi toutes les institutions du Zodanrejk. La présence de la capitale fédérale dans l'Etat n'est pas le fruit d'un hasard, le Zodanrejk étant l'Etat ayant joué un rôle dominant dans l'histoire althenlantaise, et a notamment joué un rôle prédominant dans la signature de l'Union de 1909, à savoir, l'acte de naissance de l'Etat althenlantais contemporain. Culturellement il s'agit donc du "Quartier" le plus influent au sein de la nation althenlantaise, comme en témoigne le choix de l'althisque standart très proche de la variante Zodanrejkienne. Le Zodanrejk n'est certes pas le "Quartier" le plus densément peuplé, mais il présente la démographie la plus importante du fait de sa superficie. Le Zodanrejk concentre de ce fait de nombreuses agglomérations, parmi lesquelles Olkan, Blikelgard, Märnvaz et Delkan qui comptent toutes plus de 500 000 habitants à elles seules. Le Zodanrejk est une région très urbanisée (80% de la population) mais également très industrialisée, avec une spécialisation en chimie et en nouvelles technologies à Delkan et Olkan, l'aéronautique autour de Blikelgard, et la construction navale, principalement à Märnvaz. La région est un important espace de recherche qui attire beaucoup d'étudiants et de travailleurs qulifiés. Des universités très réputées sont établies dans l'Etat, dont celle de Svärtvuwd "la forêt noire" ou encore l'université technique de Blikelgard. Attractive grâce à sa position stratégiques, la région s'est dotée d'importantes infrastructures pour assurer son dynamisme, avec entre autres l'Aéroport International d'Olkan, deuxième du pays en termes de passagers transportés, mais aussi un important maillage autoroutier et ferroviaire comprenant les lignes à grande vitesse reliant Olkan à Nekl, et Olkan à Blikelgard. Mais en dépit de ce dynamisme, la région n'en reste pas moins attachée à la nature, les paysages de lacs et de forêts ainsi que les littoraux préservés attirant beaucoup de touristes.
 Colmids
La charmante ville de Colmids au nord de Blikelgard au bord de la Nävv, deuxième plus long fleuve althenlantais


 Olkan
La Place de la Cité d'Olkan, capitale et plus grande ville de l'Athenlant


 Blikelgard Owllttawn
La vieille ville de Blikelgard, un des joyaux du Zodanrejk

 Zodanrejk Köst
Une des plages de la côte Zodanrejkienne


[img=lien][/img]


2. Le Hawkar, Etat des industries et de l'acier?

Nous nous dirigeons désormais plus à l'est et nous quittons les plaines du Zodanrejk pour arriver dans les collines et vallées du Hawkar. Région plutôt vallonée, l'absence de grandes plaines comme chez son voisin Zodanrejkien a longtemps relégué le Hawkar au rang des provinces les plus pauvres de l'Althenlant, du moins jusqu'au début du XIXe siècle et la découverte de richesses souterraines naturelles, dont le charbon. Le XIXe siècle marque donc un tournant pour le Hawkar qui s'urbanise plus vite que n'importe quelle autre région. Les petits vallons bucoliques deviennent des rivières urbaines où les usines se succèdent dans le paysage, et ce, jusqu'à perte de vue. De modestes villages deviennent de grandes agglomérations rivalisant parfois avec celles du Zodanrejk. Toutefois, contrairement à son voisin occidental, l'économie du Quartier ne se diversifie pas assez pour attirer suffisemment de travailleurs qualifiés. Depuis la fin des années 1970, la région observe un déclin relatif de sa puissance, et des inégalités au sein de l'Etat font leur apparition. Ainsi, la région de Nekl, capitale de l'Etat, connait une expérience similaire à celle du Zodanrejk après une reconversion réussie dans le domaine des services, la région disposant même du plus grand aéroport de l'Althenlant, Nekl-Dekl. A l'inverse, les régions plus orientales autour du bassin houiller ont vu la fermeture des mines de charbon, et des usines à industrie lourde, principalement dans le domaine de la sidérurgie, entraînant un taux de chômage important, de même que le taux de pauvreté. Cepandant il n'est pas à exclure que la région assiste à un destin comparable aux régions plus occidentales. Enfin, le nord de l'Etat, peu dense et assez rural, tire ses ressources dans le domaine du tourisme, grâce à la présence de villes et villages au caractère bucolique typiquement Althenlantais.




3. Le Seland, "le pays de la mer", le plus riche des deux Quartiers du nord?

La mer a toujours joué un rôle central dans ce Quartier. Les plus grandes agglomérations se sont développées le long des côtes, et la capitale de l'Etat, Kjellhefen, est le plus grand port de l'Althenlant. Logiquement, les recettes de la pêche ont contribué au développement du Quartier, mais seulement le long des côtes. Le Hinterland étant principalement constitué de landes, de pâturages et de forêts, est très peu peuplé et l'absence de terres fertiles ont toujours rendu l'agriculture difficile. Le Seland est donc pendant longtemps resté pauvre du fait de sa faible population (c'est le moins peuplé des quatre Quartiers) et de l'absence de richesses naturelles, hormis les ressources halieutiques. Ce n'est qu'à partir des années 1970 que la région connait un certain éveil, avec l'essor du tourisme et l'implantation d'entreprises axées dans le domaine des services. C'est à Haghjäma qu'ADLOR, grand fabriquant de meuble, et une des plus grandes entreprises Althenlantaises a ses quartiers généraux. Les investissements de l'Etat dans les années 1960 ont donc porté leurs fruits. Néanmoins, d'importantes disparités persistent dans le Quartier, le Hinterland restant toujours plus pauvre que les littoraux. Par ailleurs, la population reste toujours très inégalement répartie, car 50% de la population de l'Etat vit autour de la capitale Kjellhefen.



4. Le Colsund, le Quartier le plus sinistré, mais pourtant intéressant

Le Colsund, le plus septentrional des quatre Quartiers, est hélas celui qui souffre d'une mauvaise réputation, y compris dans le Seland, pourtant culturellement le plus proche. Il est important de noter en effet que les émeutes de 1991 et 1999 à Halbark, capitale de l'Etat, ont profondément choqué. La capitale de l'Etat, à l'image de tout le Colsund, est en effet à l'agonie. Le taux de pauvreté est le plus élevé de tout l'Althenlant, et le taux de chômage est systématiquement supérieur à 10% voire 15% depuis la fin des années 1970. Les industries textiles ont pendant longtemps assuré la prospérité du Quartier, jusqu'à leurs fermetures dans un monde de plus en plus global. La région, essentiellement composé de plaines au pied de hautes montagnes, n'a pas subi les réformes agraires des années 1950, les exploitations sont ainsi restées de petite taille et peu compétitives, sans compter le climat parfois hostile de la région. La région présente certes un taux d'urbanisation relativement important (70%), hormis Halbark, deuxième ville d'Althenlant, la région dispose de peu d'agglomérations d'envergure. Souvent, le taux de criminalité dans les villes est important, et le délabrement des infrastructures désolant. C'est une des raisons pour lesquelles le vote d'extrême droite est le plus élevé de l'Althenlant, ainsi que le vote conservateur. C'est du Colsund qu'était originaire Metman Halvik, qui a pris le pouvoir en 1935 et instauré un régime totalitaire d'extrême droite. Il n'en reste pas moins que le Colsund envoie des signaux plus positifs qui pourraient un jour améliorer la situation actuelle. En effet, le Gouvernement Fédéral a affiché le choix d'Inna, deuxième ville du quartier, pour devenir un nouveau haut lieu de la finance dans le nord d'Althenlant, pour redynamiser la région. Il est vrai que le Colsund est le Quartier le plus hostile à l'Union de 1909 et à la Constitution de 1948. Les Colsundais n'hésitent pas à regarder les Zodanrejkiens avec mépris et le Gouvernement Fédéral d'Olkan a tout intérêt à investir dans la région dans les années à venir pour inverser cette tendance inquiétante.




DONNEES DEMOGRAPHIQUES


Au 1er janvier 2001, la population de l'Althenlant se répartit comme suit:
ZODANREJK: 14 000 000
HAWKAR: 11 000 000
COLSUND: 8 000 000
SELAND: 6 000 000
Haut de page