13/11/2004
19:24:21
Index du forum Continents Paltoterra Yuhanaca

TekmaVision & TekmaPark [Economie]

19414
Tekma Vision & Tekma Park
Tekma Vision & Tekma Park


Les Premiers Succès (1925 - 1938)
Tekma Vision est fondé par Ayato Tekma en 1925 sous le nom de Tekma Visual Effect. L'entreprise est à la base créatrice d'artifice et de technique d'effet spéciaux pour le cinéma de cette époque. Rapidement, le frère d'Ayato, Madino, rejoint le projet. Dessinateur de tallent et créatif dans l'âme, il ouvre un département dessin-animé au sein de la Tekma Visual Effect. L'entreprise produit alors de court-métrage destiné au cinéma de foire principalement. En 1930 la compagnie connaît son premier grand succès avec « Hix Yq Pelto ». Ce court-métrage, traduit par « Le Jaguar et le Chien » propose une aventure où un chien et un jaguar deviennent amis malgré leurs instants naturels les opposants. Le succès est tel que le studio sort en 1933 une version long métrage destinés au cinéma permanent qui se sont réparti un peu partout que le territoire de l'Empire. Le succès est au rendez-vous et l'entreprise décide de réinvestir ses bénéfices dans la production d'un autre long-métrage animé. En 1934, elle change de nom pour devenir Tekma Vision.

En 1938 sort Tekpi Tahan, traduit le « Lion Couronné ». L'histoire d'un jeune lionceau destiné au pouvoir qui malheureusement tombe dans un complot orchestrée par son oncle. Fort de son courage, le jeune prince parviendra tout de même à survivre et à battre son oncle. Ce long métrage devient le long métrage le plus visionné à l'époque et son succès dépasse les frontières de l'empire, faisant de ce film le premier film traduit pour l'exportation de Tekma Vision. Son influence artistique marquera les futurs ouvrages de la compagnie, notamment, en reprenant l'omniprésence de la musique. Tekpi Tahan marque donc un tournant pour l'entreprise. Elle change son logo pour y inscrire un lion, symbole de son plus gros succès. La société grandit et fait désormais partie des grandes sociétés de productions cinématographique du continent.

Logo Historique de l'Entreprise
Logo Historique de l'Entreprise

Une suite de film à succès (1938 - 1955)
Dans les années qui suivent, Tekma Vision sort un long-métrage tout les trois ans en moyenne. Celui-ci qui à la charge de succéder au Lion Couronnée est « La Princesse de la Fôret » en 1941. Une fable racontant une princesse d'un empire indigène aux prises avec un colonisateur sans scrupule. La recette fonctionne toujours, et l'entreprise continue sur sa lancée, se renforçant un peu plus.

Entre 1944 et 1955, la compagnie sort 4 grands longs-métrages animés principalement destinées au enfants qui rencontreront un certains succès :
  • HippiKa : L'histoire d'un Koala loin de sa terre natale qui cherche à rejoindre les siens
  • Orchestra : Un long métrage musicale, basé sur des musiques classiques de la culture Yuhanac. Il sera des quatre, celui qui rencontrera le moins de succès à sa sortie.
  • Les Trois Cavaliers: Racontant l'histoire de trois cavaliers vivant d'incroyable aventures pendant l'age colonial, le long-métrage connaître une suite et sera repris sous forme de série animé dans les années 80.
  • La Princesse Melody : Le plus grand succès depuis le Lion Couronné. Il raconte l'histoire d'une princesse enfermé par une sorcière dans un château. Elle serait finalement sauvés par un prince qui tuera la sorcière. Bien que n'égalant pas la Lion Couronné, la Princesse Melody est l'un des grands classiques de l'univers Tekma.
Fort de ses succès, Ayato Tekma rêve plus grand : Il ne veut plus se contenter de proposer aux spectateur un univers sur grand écran mais veut les amener à se plonger dans l'univers de ses films.
Princesse Melody
Princesse Melody

Le Premier Parc (1955 - 1965)
En 1956, Ayato achète 65 hectare de terrain à une trentaine de kilomètre au sud de Teltica, à proximité de la cité côtière d'Amatep. L'homme d'affaire entends crée sur ses terres fertiles un véritable royaume enchanté. Il aménage alors l'espace entièrement, recréant les univers des animés produits par la société. Il dessine ainsi un royaume enchanté, une cité pirate au cœur de la jungle, une savane, et une zone montagneuse, destiné au grande aventure. Tandis que sort en 1958 « La Princesse et le Pirate », véritable succès, le parc ouvre, mettant à l'honneur la zone thématisée correspondant au film. Le succès est immédiat et les visiteurs se presse en nombre pour découvrir le parc. La force de ce dernier face à ses concurrents est son univers. L'immersion est totale, et l'ambiance totalement réussie. En 1960, alors que le « Rêve d'Azur » sort dans les cinémas, le parc ouvre la première montagne métallique du monde. Elle est constitue une reproduction du Mont Izcal où des wagonnet ressemblant à des bobsleighs descende une piste métallique longue de 7 mètre. Son nom, Izcal Expedition, et sa thématisation rappelle le décor d'Orchestra, film animé musical se passant dans des montagnes enneigés.

En 1961, la Famille Impériale visite le parc et inaugure le premier Flume au monde. Situé dans la zone Savane, il est thématisé selon le grand succès du Lion Couronnée. Le succès de l'attraction est elle que durant la pleine saison, le temps d'attente grimpe jusqu'à 3 heures les jours d'affluences. Cette année là, le parc signe sa meilleure fréquentation depuis son ouverture. Les années qui suivent sont consacrées à l'amélioration de la thématisation et seuls quelques restaurants ou attractions de faibles envergures ouvrent dans le parc.

De 1961 à 1965, trois longs métrages sortes au cinéma :
  • Frère : Qui raconte l'histoire d'un jeune enfant éduqué par une famille de singe dans la forêt tropicale.
  • Aurore : L'histoire d'une princesse maudite par sa belle mère, forcé de vivre loin des siens et finalement sauvé par un jeune mage.
  • Le Chemin d'Or : Inspiré par la légende des cités d'Or, il raconte l'aventure de trois amis dans une ère précoloniale fantasmé.
Fin 1965 est annoncé la sortie de l'Aigle et le Loup, film voué à dépasser le Lion Couronné.

TekmaPark Teltica, Premier parc de l'entreprise
TekmaPark Teltica, Premier parc de l'entreprise

Le Premier Age d'Or (1966 - 1978)

L'Aigle et le Loup sort au printemps 1966. Dés sa sortie, il signe des records et s'impose comme meilleur démarrage du box office au Yuhanaca mais également dans quelques autres pays. En trois mois, il dépasse le Lion Couronné et devient le plus grand succès de la firme. L'histoire contant le destin d'un aigle et d'un loup aidant une jeune aborigène à travers les monts Nazcal séduit le pays et le monde. L'impact culturelle est tel que le prénom de la jeune héroïne, Alayna, prénom désuet avant la sortie du film, réussit une percée dans les naissances de l'année suivante.

A partir de 1967, le studio sortira quasiment tout les ans un long métrage animé. Les rares exceptions seront 1971 et 1977. Sur la dizaine de long métrage qui succéderont à l'Aigle et le Loup, quatre principaux se distingue par des niveaux élevés au box office :

  • Les Animaux du Théâtre : Ce film d'animation raconte l'histoire d'un groupe d'animaux vivant dans la ville de Melsunica et rêvant de jouer au théâtre de la Capitale.
  • Tiana et Obol : Ce succès de 1972 conte l'histoire de Tiana, jeune fille du peuple dont l'identité réelle d'héritière du trône sera révélée à la fin d'une aventure en compagnie d'Obol, jeune brigand de grand chemin.
  • L'Héritière d’Émeraude : En 1975 sort ce classique de Tekma Vision. Ce film animé dépeint un royaume imaginaire où une famille régnante est renversé puis assassinés sauvagement par une révolution communiste. L'aventure ce concentre sur l'une des Princesses royales qui réussit à survivre et qui va se battre pour rejoindre un royaume d'accueil et se faire reconnaître sous sa véritable identité. Ce film est l'un des plus célèbres et des plus controversé du studio. En effet, il présente d'importante différence comparé aux habituelles production du studio. Si la mort fait partie des thèmes récurant dans les films animés des frères Tekma, l'Héritière d'Emeraude traite le sujet de manière froide et directe. Autres singularités, le film est également le premier à traiter d'idéologie de manière aussi flagrante et à revendiquer un aspect politique fort. Ces différents aspect ne vienne pas troubler son succès retentissant.
  • Aldebara : Sorti en 1978, il est le dernier film d'animation supervisé par Ayato Tekma. Racontant l'histoire d'une jeune magicienne cherchant sa place dans un monde chaotique, il se caractérise par une absence d'univers manichéen. Là où les frontières du bien et du mal sont habituellement évidentes dans les films d'animation d'Ayato, celui-ci les confonds, transgresse les codes graphiques manichéens habituels et place un récit dans un monde fait de nuance. Ce film est souvent qualifié, avec l'Héritière d'Emeraude, de récit le plus aboutis d'Ayato Tekma.
Les années de la décennie 70 sont aussi phare pour le parc. En 1971 ouvre une nouvelle attraction basé sur l'Aigle et le Loup, où les passagers de petit wagonnet se balade dans des décors rappellant le film. Courant 1975, c'est une montagne russe à inversion, nommé « Le rêve de Tiana », sur le thème de Tiana et Obol qui ouvre au sein du parc d'attraction. Première attraction de ce type dans le pays, elle intrigue au point que des visiteurs appellent le parc avant leur visite afin de savoir si le manège n'a jamais causé de blessure.

Enfin, en 1978 ouvre une attraction conçu personnellement par Ayato et Madino Tekma, le « Trésor du Galion Fantome ». Il s'agit d'un parcours aquatique entièrement thématisé sur le thème de la Princesse et du Pirate. Sa réussite tient à ses incroyable animatronique, extrêmement réaliste pour l'époque. A la limite du réelle, sa thématisation fait naître une légende selon laquelle les animations seraient joué en réalité par de vrais acteurs Une légende urbaine pouvant pourtant être facilement contredite.

A l'été 1978, alors que de nouveau projet se dessinent, Ayato Tekma meurt à l'age de 77 ans. C'est une immense perte pour l'entreprise, vécut comme une tragédie par les créatifs de l'entreprise qui connaissaient bien souvent personnellement le patron de la société. Si Madino assure l'intérim durant 6 mois, il est obligé à son tour de se retirer pour des raisons de santé. Fin 1978, le navire se retrouve sans capitaine, et l'entreprise commence doucement à battre de l'aile.

Aldebara
Aldebara

Une période difficile (1979 – 1985)

Début 1979, Yabanac Toplac est nommé Président de la Tekma Vision. Il décide alors de séparer l'entreprise en deux branches : Tekma Vision pour les films et TekmaPark pour le parc d'attraction d'Amatep. Après son entré en fonction, il décide de concentrer les efforts de la compagnie sur la branche cinématographique. En fin d'année sort ainsi le premier film d'animation de l'air Toplac : « L'air du Vent ». Ce conte poétique narre les aventures de jeunes gens dans les monts nazcal à la recherche de leur origine. Si la direction artistique et l'univers sont salués, le film ne rencontre pas le succès escompté. « L'air du Vent » souffre en effet d'incohérence né de la changement de direction. Si Madina Tekma avait de son vivant voulu ce film comme une ode à la poésie et à l’imaginaire, laissant une grande liberté aux créatifs, l'arrivée de Yabanac Toplac avait changé la donne. Le nouveau dirigeant avait voulu donner une dimension plus adulte à l'animé et avait bridé l’imagination des équipes créatives. « L'Air du Vent » sort donc comme un pari raté et signe le premier échec de Tekma Vision.

Courant 1980, sort « Les cinq cavaliers ». Le film d'animation se veut un retour au source, en reprenant un classique sorti en 1951 pour y faire une suite. Le succès est toutefois relatif. L'échec de « L'Air du Vent » rend le public septique à l'idée d'une suite à un vieux film d'animation. Les entrées ne sont pas au niveau de ce que la direction attendait. La situation financière qui se détériore amène la direction à réduire les investissements dans les parcs et à licencier une partie des équipes créatives ayant conçues des chefs d'oeuvres comme « Le Trésor du Galion Fantome » ou « Le Rêve de Tiana ». En 1981, « La Princesse Rouge » est diffusé dans les cinéma de l'empire. S'il fait mieux en fréquentation que « Les Cinq Cavaliers », il reste sous la moyenne des films de la décennie précédente. Fin 1981, la situation est critique. Le département créatif lié au parc est menacé de fermeture et la firme pense de plus en plus à se refermer sur de court-métrage d'animation dont les chaînes de télévision sont si friandes. C'est dans cet optique que la serie « Les Cavaliers du Vent » est crée. Elle est diffusé la première fois en juin 1982. Malgré une audience satisfaisante, les résultats ne suffise pas à assurer l'équilibre financier de la compagnie. L'année 1982 se finit avait un compte d'exploitation négatif, le parc ne suffisant plus à assumer les différents échecs de la compagnie. Pire, pour la première fois, TekmaPark voit sa fréquentation diminuer.

Fin 1982, le conseil d'administration, en grande partie tenue par les héritiers Tekma demande a Yabanac Toplac sa démission. Il est remplacer à la tête de la société par Aita Tekma, la petite fille d'Ayato Tekma. A son arrivée, la situation ne lui permet pas de grande marge de manœuvre. Elle prolonge « Les Cavaliers du Vent » et décide de lancer quelques travaux de rénovation sur la parc d'attraction. En 1983, Ayato Tekma demande aux équipes créatives de crée un nouveau dessin-animé fort. Elle veut que ce nouveau venu soit un repère générationnel comme « Le Lion Couronnée », « Princesse Melody » ou « Aldebara » avait pu l'être dans les générations précédentes. Le rêve de la nouvelle dirigeante de la société se réalise l'année suivante. En juin 1984 sort « Gang de Brousse » et signe dés sa sortie un démarrage record. Le film raconte l'histoire d'un groupe d'animaux devenu amis au fil d'une longue aventure sur les terres Yuhanacs. On y retrouve Jules, le lion, Ernest, le Koala, Nina, la Lapine, et Lucie, la jument. Dans un homme uniquement peuplé d'animaux, le groupe cherche à retrouver l'origine du monde. Un long récit rempli d'aventure et d'humour qui s'impose comme un succès commerciale et un grand classique.

A la fin de l'année 1984, l'entreprise remonte doucement la pente. Le record de fréquentation signé par « Gang de Brousse » permet à la Tekma Vision de renflouer ses comptes et d'aborder la suite avec plus de sérénité.

Vers d'autres Parcs (1986 – 1995)

Les années suivantes, la firme sort un film d'animation par an en moyenne. Elle se lance également pour la première fois dans la réalisation de film en prise réelle. Si le premier essai dans ce domaine, « Clary » , rencontre un succès mitigé, le second film, « Mulac Blade » , sort en 1987 et rencontre un énorme succès à sa sortie. Racontant l'histoire d'un archéologue sur la trace de ruine Yuhanac, le film est un véritable phénomène culturelle.

En 1990 sortira une suite, « Mulac Blade et la Cité Perdue » . Le succès est toujours au rendez-vous et une attraction sur le thème de la franchie Mulac Blade entre en construction dans la parc Tekma Park. La nouveauté, un parcours thématisé en jeep, est un succès dés l'ouverture ! En 1993 sortira le dernier volet de la trilogie Mulac Blade , clôturant un aventure cinématographique culte.

Coté animés, les années 1986 à 1995 sont prolifique, avec une dizaine de long métrage sortie, trois série télévisuel, et une trilogie de court-métrage. Parmis ses réalisation, trois marquerons véritablement leur époque :

  • Amaya, Princesse du Soleil  : Sorti en 1987, l'histoire, centré sur le personnage légendaire d'Amaya, raconte comment la jeune femme aurait libéré son peuple d'un envahisseur en se découvrant des pouvoirs magiques émanant du dieux soleil. Elle sera longtemps resté culte pour sa scène finale où la jeune princesse se sacrifie pour les siens avant d'être ramené à la vie par le dieu solaire.
  • Itoko  : Ce long métrage diffusé en 1990 conte l'histoire d'un magicien dans un monde imaginaire ou technologie et magie se mêle dans une guerre sans merci. Aidé par une jeune fille métamorphosé en secret par son ennemi, le magicien devra faire face à ses propres peurs pour rompre le sort qui ensorcelle sa jeune amie et ainsi, mettre fin à la guerre.
  • Gang de Brousse 2  : Le second volet racontant l'histoire des animaux sort en 1992. Dans cet opus, le groupe d'ami doit se rendre au Nord et se retrouve plongé dans un univers de Western. Véritable succès à sa sortie, il est le premier dessin-animé à être décliné en suite.

Du coté du parc, outre l'ouverture en 1990 d'une attraction sur le thème de Mulac Blade, des nouveautés sont ajoutés en 1988, 1992, et 1995 :

En 1988 ouvre une attraction scénarisé sur le thème de Gang de Brousse. Simple parcours scénique, le manège replace les visiteurs dans les décors et l'univers du dessin animés. En 1992 est inauguré « Itoko, le magicien blanc » . Il s'agit d'une montagne russe de type boomerang scénarisé sur le thème de l'animé Itoko. Première de ce type sur le continent, elle est la deuxième montagne russe du parc. Enfin, en 1995, le parc de Meltica se voit doté de son premier spectacle permanent. Un théâtre, construit pour l'occasion, permet de joué une comédie musicale sur le thème de Gang de Brousse.

Mais la grande nouveauté de cette époque est la construction de deux autres parcs d'attaction. Le premier, Tekma Aqua Park, sera ouvert en 1990 à coté de l'actuel Tekma Park, à Amatep. Ce parc est un parc aquatique de très grande envergure. Thématisé sur le thème des différentes licences de la Tekma Vision, il représente un bon complément au parc pré-existant. Dés son ouverture, le parc est un véritable succès.

Le second parc projetait par le groupe est la construction d'un deuxième parc TekmaPark, à une centaine de kilomètre de la ville d'Apozcana, sur la Côte du Soleil, l'une des zones les plus touristiques du pays. Ce second parc d'attraction, baptisé Tekma Park Magic Kingdom est construit comme une réplique modernisé, amélioré et agrandie du parce d'Amatep. Desservi par l'autoroute et par une gare, le nouveau parc ce veut comme un lieu touristique majeur. A son ouverture, en 1994, le parc possède le premier launch coaster du parc, le « Rêve d'Amaya » , montagne russe la plus rapide et la plus haute du continent à son ouverture. Des versions modernisés d' « Izcal Expedition » et du « Rêve de Tiana » sont également présente. Malgré des chiffres légèrement inférieur à ceux de Tekma Parc Teltica, ce nouveau parc est un succès et connaît une fréquentation estival importante.

Mulac Blade et la Cité Perdue
Mulac Blade et la Cité Perdue

Nouveau Parc, Nouvelles licences (1995 – de nos jours)

En 1996 sort « Le Lion Couronnée 2 : Héritage ». Suite au grand classique des années 30, ce dessin-animé rencontre un énorme succès et ressuscite l'engouement pour la mascotte de la société. Il sera suivit en 1999 par un troisième opus qui permettra de clôturer l'arc narratif déclenchait par le second volet. Dans le début des années 2000, la franchise du roi couronnée sera adapté en série de court-métrage destiné à la télévision.

La trilogie « Gang de Brousse » s'achève en 1998 par un opus centré sur le grand nord et ses paysage glacé. De nouveau long métrage comme « Monstre Academy » ou « Stalone Shark » vois le jour et rencontre de grand succès qui seront elles aussi transformé en franchise. La première se basera sur l'histoire de monstre s’entraînant à faire peur à des enfants, et la seconde, sur un gang de requin devenu les mafieux des mers. « Alyssa », long métrage sortie en 2003 se basera sur l'histoire mythologique de la princesse des eaux, et mettra en scène une longue aventure au accent de parcours initiatique en terre Yuhanac.

Tekma Vision produit en 1999 un nouveau film en prise de vue réelle à succès : « Le Sorcier du Temps ». Ce succès ouvre une nouvelle ère pour la compagnie. Le film, basé sur une bande dessiné, reprend les codes des supers héros. La société rachète alors plusieurs éditeurs spécialisé dans ce type d'ouvrage. En 2001 sort « L'enfant de Fer » suivie en 2002 de « Axya », centré respectivement sur un homme indestructible et sur une femme métamorphe. La filiale TekmaComics voit le jour en 2003 et se lance dans d'innombrable projet dont « Les Gardiens », film regroupant divers super-héros, prévu pour 2005.

Du coté des parcs, TekmaPark Teltica accueille une nouvelle attraction en 1999, un darkride thématisé selon la franchise Monstre Academy. En 2000, une nouvelle attraction à sensation « La Tour du Sorcier » inaugure un nouveau land dédié au production de TekmaComics. Une nouvelle attraction, plus calme, basé sur Axya, est ouverte en 2003. Le TekmaPark d'Apozcana se voit doté d'une nouvelle attraction en 2002. Une montagne russe lancé en intérieur sur le thème de l'Enfant de Fer. Ce parcours nommé «Impact !» inaugure à son tour un nouveau land du parc. Une attraction aquatique est ajouté à cette zone en 2004. Deux nouveautés devraient ouvrir sous peu dans les deux parcs :
« Pirate Revenge » dans le parc de Teltica : Il s'agira d'une montagne russe inversé dans la zone jungle, zone en rénovation totale depuis deux ans. Montagne russe la plus impressionnante construite jusqu'alors dans le groupe, son ouverture est prévu pour l'été 2004.
« Gardians  »: Une montagne russe lancés conçus pour être la plus rapide et la plus haute du continents, thématisé selon le film « Les Gardiens » dont la sortie est prévu pour 2005. L'attraction devrait elle aussi ouvrir en 2005.

Enfin, la compagnie ouvre un troisième parc à Massilac. Ce parc, prévu pour être de plus faible importance, ouvre en 2003. Il totalise à son ouverture 19 attractions, contre 35 pour le parc de Teltica et 28 pour le par d'Apozcana. Pourtant, le soin amené à l'esthétique et à la thématisation du parc est encore plus poussé que pour ses grands frères. Il ouvre également avec une nouveauté par rapport au deux autres : « Bounty Hunter », une montagne russe proposant un parcours dans un décors de mines désaffecté. Ce parc, d'ambition moindre, rencontre un grand succès et la fréquentation est même plus importante que celle prévu par la direction. L'entreprise est aujourd'hui à une nouvelle étape de son histoire : Elle souhaite se développer à l'étranger et ouvrir deux nouveaux parcs en territoire étranger, une première pour elle.

L'Enfant de Fer
L'Enfant de Fer
Haut de page