24/03/2005
21:55:21
Index du forum Continents Eurysie Empire Latin Francisquien

Évènements Intérieurs - Page 3

776
La chasse à l'homme, il fallait y penser!

Une cargaison importante évaluée à quelques milliers de franciliens a accostée vendredi dernier contenant une centaines d'esclaves provenant tout droit du Varanya. Avec le marché aux esclaves qui se créer là-bas, certains ont des idées et notamment le roi Charles-Louis Ier qui est l'acheteur de cette marchandise. On pourrait penser que le roi Charles-Louis a acheté ces esclaves pour son plaisir et bien figuré vous que non car en vérité il organise un évènement samedi dans la cour du Palais royal de Salamis réunissant une centaine de citoyens francisquiens qui devront capturer dans une chasse à l'homme les esclaves qu'ils souhaitent avoir et gratuitement! Cet évènement amuse la bourgeoisie et beaucoup compte bien y participer. Une évènement joyeux et familial organiser par le roi qui lui permettra peut-être de se rendre populaire auprès de son peuple.
2374
Conférence de presse du secrétaire général du Palais Impérial
Rp

Secrétaire Général : S'il vous plait, s'il vous plait. Merci. Je répondrais à toutes les questions sauf si elle concerne des sujets que je jugerais trop sensibles.

Journaliste : Monsieur le secrétaire que pensez-vous de l'avis des francisquiens qui dit que recevoir le doyen dans un lieu aussi prestigieux que le Palais Impérial est une honte?

Secrétaire Général : Cette rencontre est extrêmement symbolique car l'impératrice elle-même et le doyen du Pharois Syndikaali vont se rencontrer et ce sont deux personnes très influentes et malgré l'absence de noblesse du doyen il reste néanmoins un personnage important et lui aussi hautement symbolique et il paraît donc tout a fait convenable que le doyen pêcheur soit invité au Palais Impérial.

Journaliste : Monsieur le Secrétaire! Ici! Monsieur pensez-vous réellement que le doyen saura comment se comporter face à l'impératrice?

Secrétaire Général : Écoutez, nous savons ce que pense les citoyens sur le pharois et son peuple mais un amalgame a été fait entre le pouvoir et le peuple pharois car même si ils semblent tous plus ou moins pareil nous avons bien réfléchis avant d'envoyer cette invitation au doyen et si l'impératrice elle-même juge qu'il est tout a fait apte à la rencontrer alors il l'est.

Journaliste : Monsieur le secrétaire qu'est-ce que le gouvernement attend précisément de cette rencontre?

Secrétaire Général : Ça c'est une question qu'il faudra directement leur adresser cependant je pense que chacun attend évidemment l'amélioration nette des relations entre nos deux nations même si celles entre francisquiens et pharois ne sont pas prêtes de s'améliorer. Le Pharois Syndikaali est une nation puissante et aujourd'hui nous le sommes aussi alors il semble logique qu'en tant que deux grandes puissances de la mer du Nord nous soyons amené à nous rencontrer.

Journaliste : Monsieur le secrétaire! Monsieur le secrétaire! Comment expliquez-vous qu'il y a encore quelques mois même le Palais Impérial détestait le pharois et désormais il est prêt à accueillir son plus haut représentant?

Secrétaire Général : Si vous voulez que je vous crois il va me falloir des sources car le Palais Impérial ne fait pas de politique.

Journaliste : Monsieur le secrétaire est-il vrai que dans le protocole que le ministère des affaires étrangères a envoyé il y est noté que le doyen a interdiction de parler au prince?

Secrétaire Général : Bien-sûr que non. Le doyen a reçu un protocole qui dit explicitement qu'il peut s'adresser au prince mais devra commencer ses phrases par "votre altesse impériale". Je ne sais pas d'où est-ce que vous tenez vos informations mais il va sérieusement falloir revoir vos sources. La conférence est close.
376
Des citoyens et des pots-de-vins?


La rumeur court et apparemment ce n'est pas qu'une rumeur puisqu'il semblerait que certains citoyens de la ville de Triotopolis par exemple versent des pots de vins à des pirates en échange de quoi ils se rangent dans la légalité commerciale et n'interviennent pas dans le commerce francisquien. Si dans un premier temps le seigneur de la province concernée a condamné la pratique le duc quant à lui l'approuve.
1665
Palais Impérial de Latios

Rp

Le Premier Consul, le Chef d'État-Major ainsi que le Premier Ministre étaient convoqués au Palais Impérial après l'annonce du retrait immédiat des troupes francisquiennes de Kotios car évidemment dans tout régime constitutionnel, certains estiment que l'avis de la couronne importe peu et celui d'une femme pour certains conservateurs encore moins mais ce n'est pas du tout au goût de l'impératrice.

Chef d'État-Major : Puis-je savoir ce que vous faites ici?

Premier Consul : Nous avons été convoqués

Chef d'État-Major : Vous aussi?

Premier Ministre : Et bien apparemment vous ne vous êtes arrêté qu'à votre nom lorsque vous avez lu le communiqué du Palais

Chef d'État-Major : J'ai été informé que j'étais convoqué

Premier Consul : Revoyez vos informateurs alors

Un homme s'approcha du premier consul, du chef d'état-major et du premier ministre

Commandant : Suivez-moi et pas un bruit.

Chef d'État-Major : Pourrions-nous savoir pourquoi nous sommes convoqués?

Premier Consul : À votre avis?

Commandant : Gardez le silence!

Les 3 hommes traversèrent le couloir de cristal avant de rejoindre un endroit un peu particulier qu'ils ne connaissaient pas

https://nsa40.casimages.com/img/2021/07/29/210729055309148853.jpg

Clémence Première : Ah, vous voici messieurs.

Les 3 hommes saluèrent l'impératrice

Premier Consul : Votre majesté impériale, c'est un réel plaisir de vous revoir en de tels temps

Clémence Première : Vous allez très vite le regretter croyez-moi. Bienvenue au salon de la guerre messieurs, j'espère que vous ne comptez pas votre temps puisque nous allons devoir discuter des places que vous occupez.

Premier Ministre : Navré votre majesté impériale mais de quoi parlez-vous?

Clémence Première : Voyez par vous-même. Gardes, en joue. Commandant refermez la porte de je vous prie.

Premier Consul : Mais enfin, c'est un coup d'état!

Clémence Première : Je vous conseille de rester calme et de vous asseoir, la nuit va être longue.
964
Un autre transgenre exécuté publiquement

Ce 13 Mars un jeune homme nommé Léon est sorti dans les rues de Rithium et s'est soudainement fait aggresser par un petit groupe de 5 individus puis une vingtaine de passants et enfin tous les francisquiens aux alentours. Pourquoi ce jeune homme âgé à peine de 17 ans aurait-il été attaqué? La raison est simple : Sa tenue. Si une tenue ne justifie pas un viol chez une femme une perruque et une robe chez un homme fait bien comprendre aux gens qu'il ne rentre pas dans les codes et est transgenre, un délit interdit par la loi. Dans les faits, lorsqu'une personne transgenre est arrêtées elle est rarement condamnée à mort comme le dit la loi et pourtant les francisquiens ne demandent que ça et c'est d'ailleurs ce qui s'est reproduit aujourd'hui avec la décapitation sans pitié de Léon. Pour être sûr que cette fois le message est bien passé, la tête du jeune Léon a été exposée fièrement au bout d'une lance qu'un barman du coin (grand collectionneur d'armes anciennes) a fournie. Si le patriotisme des francisquiens est sans faille il semblerait que religieusement les francisquiens le soit aussi.
Haut de page