15/11/2004
17:06:09
Index du forum Continents Paltoterra Alguarena

[ECONOMIE] Bolsa Alguarena de Valores

1307
BOLSA ALGUARENA DE VALORES

1er octobre 2004 - Ouverture d’une place boursière internationale en Alguarena


Logo Bourse Alguarenos
Bolsa Alguarena de Valores, préparateur d'avenir.

Souvent associée à tous les maux économiques du pays par ses détracteurs, la place boursière internationale d’Alguarena souffre encore d’une image peu scrupuleuse dans son orientation des investissements privés. Son existence repose pourtant sur de nobles motivations permissives d’un financement à tout projet de développement sur le territoire.

La place boursière d’Alguarena est par conséquent le point de rencontre entre une idée et son financement, un lieu où se succèdent des opérations de séduction entre les entreprises et leurs investisseurs ! La Bourse d’Alguarena, c’est le rendez-vous de la seconde chance lorsqu’aucune banque accepte de vous prêter l’argent après une énième tentative pour lui vendre votre projet.

Semblable à la place du marché, cette place boursière organise donc la rencontre de ses sociétés cotées auprès des potentiels investisseurs connus. Ainsi les sociétés cotées à la Bolsa Alguarena de Valores (BAV) voient leurs projets de développement financés, accompagnés, ce qui fait inéluctablement grimper la valeur du bien ainsi que l'indice boursier des entreprises associés. Des croissances de l'activité sur lesquelles les traders pourront espérer des dividendes dans la vente d'actions ou encore dans les frais d'entrée en bourse de nouvelles sociétés captées.
3655
Logo Bourse Alguarenos
16 octobre 2004 - Essor industriel alguarenos, la réussite du secteur de l’armement.

Industrie de l'armement
L’Alguarena, identiquement à bien d’autres nations du monde, a complètement fait évoluer son système économique, pour rompre avec sa dépendance au secteur primaire, représenté sous les activités minières et agricoles.


La développement de son outil industriel a néanmoins subi différentes influences directement liées à l’internationalisation des relations diplomatiques. Envenimement des relations bilatérales, géographie limitrophe des principaux flux commerciaux, insécurisation de routes commerciales maritimes à cause de la piraterie et du recul de l’état sur certains espaces maritimes comme ceux du Varanya ou de l’Empire Latin Francisquien, les signaux en faveur d’un réarmement des nations ont été nombreux sur l’année écoulée.

Ces changements intervenus dans le contexte international impliquent des investissements industriels en faveur de l’armement d’une importance capitale. En effet, les nations ont besoin de négocier leur positionnement sur l’échiquier mondial et il apparaît manifeste que le hardpower intervient encore pour beaucoup dans le conditionnement des échanges diplomatiques. Le développement d’une capacité militaire hors norme est alors une action politique rendue nécessaire par la mondialisation, autant pour se prémunir d’une atteinte sur ses souverainetés, que pour développer un leadership attendu au sein de certaines rencontres diplomatiques et sur certains théâtres régionaux.

Dans une configuration aussi favorable, les industries de l’armement alguarenos ont largement profité de l’appel d’air offert sur les marchés publics. “Démocratie ou pas, la guerre est un business prolifique pour l’Alguarena, si l’on considère que plus de 4,6% de son outil industriel est en capacité de produire de l’armement” expose l’économiste Agustín Venegas. “Notre industrie s’est taillée pour pouvoir assumer ces ventes, fortement aidée par un pôle de recherche et développement parmi les avancés au monde.” Selon l’expert économique, l’Alguarena est à ce jour le principal pays en capacité de produire, tant sur un plan qualitatif que quantitatif, le meilleur armement connu ainsi que déployable en opération…

Pièces d’artillerie, navires de guerre, missiles de croisières, la Fédération d’Alguarena est capable de produire du matériel militaire unique, sans commune mesure avec les équipements des puissances étrangères. Un propos avancé et rapidement démontré par la maquettisation de frégates ou encore le prototypage de nouveaux avions de chasse-intercepteurs, dont la recherche militaire mondiale ne permet pas de productions à caractéristiques équivalentes…

Une orientation de la recherche assumée par les pouvoirs publics qui concèdent volontiers le fait que le premier facteur d’échec d’un conflit armé est une opinion publique défavorable, affectée par les émotions générées suite à la perte de nombreuses vies humaines. Investir sur les équipements militaires offre donc des gages de survie accrus pour les soldats envoyés en mission, permettant l’agglomération de l’opinion publique autour de la politique étrangère poursuivie par le gouvernement. Avec une production quantitative et qualitative, la Fédération d’Alguarena est vouée à dominer pour un certain temps le secteur des ventes d’armement, d’autant plus par le réchauffement des relations internationales avec des états liberticides, voire fascistes, qui vont pour certains à rebours du principe d'isolationnisme, catalysant l’ensemble des affrontements mondiaux, plus ou moins majeurs. Une dégradation de la sécurité mondiale qui n’est pas sans ouvrir de nouveaux marchés, y compris auprès de nations non belligérantes mais simplement soucieuses d’acquérir un armement de dissuasion, destiné à les maintenir hors de portée d’un hypothétique conflit.

L'actionnariat auprès des industries de l'armement alguarenos est réputé fiable par les marchés financiers de la Fédération, qui pronostiquent une hausse des cours de l'action sur cette typologie d'activité.
Haut de page