26/03/2005
06:29:48
Index du forum Continents Eurysie Etat Jaguellite

Activités étrangères dans l'Etat Jaguellite.

408
Activités étrangères dans l'Etat Jaguellite.

Ce topic est ouvert à tous les joueurs possédant un pays validé. Vous pouvez publier ici les RP concernant les activités menées par vos ressortissants en Jaguellite. Ceux-ci vous permettront d’accroître l'influence potentielle de votre pays sur les territoires locaux. Veillez toutefois à ce que vos écrits restent conformes au background développé par le joueur du Jaguellite, sinon quoi ils pourraient être invalidés.
1008
Le Patriote


Insécurité à Parnec : Les Missionnaires Jaguellites rejetés par les Parnecois


La menace rouge plane sur la ville de Parnec. Dès l'arrivée des cinq prêtres à la ville de Parnec funestement réputée comme étant la ville comptant le moins de fidèles, les cinq saints se sont retrouvés face à une foule croulante d'impies tous prêts à chasser les cinq apôtres de dieu. Les missionnaires n'ont pas eut d'autres choix que de quitter la ville. Ce mouvement anticlérical est dû au fait de la concentration décourageante de communiste qui violentent le culte. Les autorités ont heureusement dissout la foule d'enragés qui scandait de terribles mensonges à l'égard du saint culte.

Cependant, les prêtres Jaguellites ont pu se réfugier dans la grande église de Saint-Chodor avec l'aide de quelques riverains compatissants n'ayant pas perdu le salut de l'âme catholique.

Eglise de Saint-Chodor
Photographie de l'Eglise de Saint-Chodor

Le gouvernement Vorsavien s'avère très navré de la situation et tient à pardonner le comportement intolérable de ses citoyens Parnecois et renforcera l'autorité religieuse dès demain dans les villes ouvrières telles que Parnec.
2605
Ils volent nos femmes !

https://www.zupimages.net/up/21/30/4tyy.jpg

C’est une chose indéniable, avoir le Pharois Syndikaali comme voisin n’est pas toujours de tout repos : la proximité entre les côtes Jaguellites et la grande cité de Kanvaportti a quelques conséquences inattendues. Cela a commencé comme une blague, connaissant la réputation rigoriste et parfois très dogmatique de l’Etat monastique, de jeunes gens pharois ont pris l’habitude de venir fureter en bateau près des plages à la faveur de la nuit. Que ce soit vrai ou non les filles jaguellites ont au Pharois Syndikaali la réputation d’être particulièrement faciles et leur vertu fait l’objet de nombreuses blagues dans la cultures populaires au point d’avoir donné naissance à une expression : « léger comme la robe d’une jaguellite ».

En tout cas, cet imaginaire a des effets très concrets et que ce soit pour plaisanter, pour mesurer leur virilité ou dans un véritable élan romantique, la plupart des adolescents et jeunes adultes pharois de la côte sud du pays se sont adonné un jour ou l'autre à cette pratique consistant à aller draguer la donzelle au clair de lune, sur leurs petites embarcations. Ces jeunes filles ne s’y trompent pas et si la plupart condamnent vertement ces comportements de petits coqs, il n’empêche qu’elles sont tout de même nombreuses et se faufiler en cachette jusqu’à la plage certains soirs d’été dans l’espoir d’y rencontrer un beau pirate étranger qui les emmènerait vivre la grande aventure sur les sept mers.

Si ce genre de comportement n’est pas sans conséquences et que plusieurs accusations d’enlèvement de jeunes filles ont été à déplorer, crispant parfois quelque peu les relations entre les autorités jaguellites régionales et la mairie de Kanavaportti, ils ont pris dernièrement un tour encore plus polémique. En effet, d’un naturel plutôt libertin, le Syndikaali a toujours encouragé une certaine ouverture d’esprit quant aux mœurs et à la sexualité de ses citoyens, le mot d’ordre étant généralement « il faut bien que jeunesse se passe » et tant pis si cela implique de gérer un papa jaguellite en colère d’avoir vu sa gamine embarquer sur un zodiac pharois après avoir lu un peu trop de romans d’amour.

Le principal soucis ces derniers temps est que les filles s’y sont mises aussi. Qu’elles soient lesbiennes ou simplement entreprenantes, ces demoiselles pharoises ont commencé à imiter leurs homologues masculins et n’hésitent pas à réaliser de véritables parades amoureuses pour essayer d’attirer dans leurs filets les jeunes mâles jaguellites désireux de se dévergonder ou d’autres filles aux penchants inversés. « Succubes » diront certains « véritables sirènes » diront d’autres : le fait est là, le Pharois Syndikaali corrompt la jeunesse et diffuse ses mœurs chez ses voisins, qu’ils le veuillent ou non.

Pire que tout, les jeunes Pharois qui s’adonnent à ce genre de pratique semblent prendre un malin plaisir à recommencer, constatant que cela énerve les locaux…
1453
Echange de coups de feu au large des côtes Jaguellites

https://www.zupimages.net/up/21/30/su1v.jpg


Ça n'a pas manqué, la situation a dérapé pendant la nuit du 5 mars 2005.

Alors que certains locaux jaguellites ont décidé de prendre les choses en main pour repousser les gamins pharois venus s'amuser au large de leurs côtes, leurs méthodes d'intimidation semblaient dans un premier temps porter leur fruit. Personne n'aime se faire prendre pour cible, même à coups de semonces, et les moins gaillards des petits pêcheurs se sont tiré vite-fait sans demander leur reste. Draguer oui, mais pas aux prix de recevoir du plomb dans le cul.

Malheureusement, si les ados ont décampé aux premiers échanges de coups de feux, d'autres jeunes gens un peu plus âgés ou un peu plus imbéciles semblent ne pas avoir compris la leçon. Les plus téméraires ou belliqueux ont visiblement pris très personnellement le fait de se faire tirer dessus comme des pigeons et sont revenus la nuit suivante armés en conséquences.

Mobilisant des stratégies de pirates ancrées dans la culture populaire du Syndikaali, ils ont envoyé un petit leurre lumineux sur l'eau et guetté silencieusement les premiers coups de feux, pour ensuite y répondre au pistolet mitrailleur. A cette distance, difficile d'imaginer qu'ils aient pu réellement blesser quelqu'un mais on ne sait jamais et des balles perdues sur la plage ce n'est pas de nature à rassurer.

Après quelques échanges d'insultes et de nouveaux coups de feux, les Pharois ont filé à leur tour. Pour le moment difficile de dire s'il y a des victimes à déplorer mais une chose est certaine : la situation semble de plus en plus tendue entre les habitants de la côte jaguellite et les jeunesse de Kanavaportti.
Haut de page