06/08/2004
20:09:36
Index du forum Scène Internationale Diplomatie internationale

- Congrès Pan-Afaréen de Kumdor -

1647
- Congrès Pan-Afaréen de Kumdor -


Palais de l'Iwik’eti
à Kumdor, en Terres-Libres afaréennes (Netsamereti), dans le Complexe de l'Iwik’eti



Le 1er Congrès Pan-afaréen de Kumdor est organisé à partir du 5 octobre 2003. Il a été créé sur l'initiative des pays afaréens dans le but de s'unir dans un monde toujours plus dangereux; ainsi que dans l'optique d'une meilleure coopération rapprochée continentale. Il peut être à l'origine de diverses traités, comme à l'origine de la toute première organisation régionale au monde.

Il siège à Kumdor, dans la capitale fédérale dans le Complexe de l'Iwik’eti.

La Presse internationale est conviée aux séances publiques des débats, même si évidemment sur demande d'un des participants certaines négociations pourront se tenir à huis clos.

PARTICIPANTS:

- Principauté de Cémétie
- Terres-Libres Afaréennes
- République Directe de Banairah
- Royaume d'Aubrane

ORDRE DU JOUR:

1. Coopération industrielle culturelle (création d'un championnat Afaréen ?) et technologique
2. Une politique commune dans l'implication au Varanya
3. La menace impérialiste sur l'Afarée et les territoires revendiqués / La politique international du continent
4. Relier l'Afarée: créer de nouvelles routes et axes (maritimes ou terrestres)
5. Le commerce afaréen et international,
6. La création d'entreprises communes au continent
7. Création d'un Parlement afaréen consultatif
8. Projet d'une institutionnalisation des intérêts communs, des politiques à l'échelle mondiale et régionale, d'une défense commune, des droits de douane, .... (nom : Union/Système/Confédération Afaréenne ?)


D'autres thèmes sont ajoutés à la demande d'un pays tiers. Les traités hypothétiques seront signés à la fin du Congrès.



Système Afaréen
1956
congres

La Grande salle du Congrès ouvre enfin ses portes à la horde des diplomates et des dirigeants prestigieux des 4 coins de l'Afarée. La salle est très vaste, ensoleillée tout en restant à une température normale. Le bâtiment surplombe la baie semi-tropicale de Kumdor, la plage et la mer se dévoilant aux fenêtres. La vue est particulièrement panoramique, ce bâtiment est pour le Parti un symbole de la réussite des Netsameretis, même si beaucoup de tendances internes comme les Anarchistes ou les Maximalistes ont critiqués la construction de ce bâtiment qui ne serait pas "prioritaire".

Silvio Ngukono rentre à son tour dans l'auguste bâtiment. Il va à la rencontre de ses collègues afaréens, il les saluts chaleureusement et s'installe à l'estrade pour inaugurer.

Silvio a écrit :
Mesdames, Messieurs les dirigeants, les ministres et représentants diplomatiques afaréens.

Je vous remercie d'être tous venus à Kumdor dans l'optique la très noble optique du développement de l'Afarée.

Dans ces temps difficiles, où l'Afarée est le seul continent où fait rage le triste conflit au Varanaya, je voudrais tout d'abord remercier les pays frères d'Afarée qui ont tous acceptés de rejoindre ce Congrès, en faisant fit de nos différences culturelles et politiques pour s'unir avec optimisme à une table commune. Cela prouve que l'Afarée peut aussi être le continent pionnier dans la construction régionale, comparée à nos continents voisins qui sont minés actuellement par des divisions.

Normalement, vous avez tous reçu le programme du Congrès, composés d'une dizaine de points. Vous pouvez évidemment demander à en rajouter sur simple demande. Pour une bon déroulement du Congrès, à chaque passage d'un thème, un pays pourra prendre la parole pour proposer une première base et les autres pays réagiront pour soi la compléter soit la renégocier. Chaque fin de thème se finit par un accord entre tous les pays. Un traité rassemblera tous les thèmes pour la signature finale.
Je précise, les thèmes peuvent être pris dans le désordre, il suffit juste qu'un pays manifeste son envie de commencer par l'autre.

Messieurs, nous avons comme premier thème la coopération industrielle culturelle (création d'un championnat Afaréen ?), scolaire et technologique. Qui souhaite propose quelque chose ?
1614
Saroud Al'Tenhé, Kasser du Banairah, demande et prend la parole :
《Bonjour. Je souhaiterais d'abord remercier le gouvernement nets'afaréen d'organiser ce congrès et à tous ses participants d'avoir manifesté la même envie de progression commune pour le bien de notre cher continent. Nous sommes tous avertis des dangers que représentent pour la culture traditionnelle afaréenne la mondialisation et l'influence étrangère en général. Pour l'étranger, nous sommes parfois simplement un moyen d'étendre son influence et de lui fournir biens et ressources à son développement. Seuls, nous ne pouvons réellement nous y opposer et inverser la tendance. (Le chef d'état marque une pause et regarde son auditoire) Mais, ensemble, nous pouvons de par la force commerciale que nous développerons, empêcher un tel afflut. Je pense aux produits culinaires importés qui loin d'être de nos assiettes et nos traditions, pourraient être remplacés par nos propres productions. Je pense à nos artistes, sportifs nationaux qui, faute de visibilité, ne peuvent exercer pleinement leur rôle de gardien de la patrie. Ce que je propose est simple : il s'agit de la création d'une plateforme culturelle afaréenne, présente dans nos ambassades, sur internet et dans les lieux de divertissement et d'art, offrant audition, acheteurs et offres d'emplois aux acteurs culturels. Elle aurait également pour objectif de recenser les traditions, les œuvres d'art, sportifs et artistes particulièrement dignes d'intérêt de nos pays respectifs et de déterminer des stratégies d'exportation de cette culture à l'étranger et de consolidation dans leurs pays d'origine. Ce 《soft power》, de par sa nouveauté, pourrait séduire bien des personnes à travers le monde et nous donner l'occasion d'implanter nos entreprises relatives à celui-ci aux endroits stratégiques.
Merci de m'avoir écouté. (Al'Tenhé se rassied)
2111
Rhadames Khoury ministre diplomatie Cémétie Hani Azer
Rhadames Khoury, ministre de la Diplomatie de la Principauté de Cémétie.

« Mesdames et messieurs, mes chers collègues diplomates et représentants d'États,

Je vous suis reconnaissant à tous, tout comme Son Excellence le Gouverneur de Centrafarée Silvio Ngukono, pour votre présence aujourd'hui à ce sommet interétatique qui saura être mémorable. Par pur esprit panafaréen, je débuterai mon propos en citant un illustre penseur de notre continent, qui affirmait qu'« il est clair que nous devons trouver une solution afaréenne à nos problèmes et qu'elle ne peut être trouvée que dans l'unité afaréenne. Divisés, nous sommes faibles, unie, l'Afarée pourra devenir pour de bon l'une des plus grandes forces de ce monde ». Citation pompeuse et relativement romancée, j'en conviens, mais dont la force ne vous a pas échappé : l'Afarée reste majoritairement à la marge des grandes puissances de ce monde.

Comme vous le savez, la Principauté de Cémétie occupe déjà un rôle de choix dans la mondialisation et dans les relations internationales, première puissance économique du continent mais aussi quatrième économie du monde. Sa domination navale, qui demeure indiscutable, en fait une thalassocratie influente en Leucitalée, espace maritime qui borde notre continent par le nord, et dans les autres mers et océans dont nous sommes tous riverains par l'Afarée. Sans vanter une hypothétique supériorité du modèle cémétéen, il est important de souligner que la Principauté doit et souhaite être le pilier du régionalisme continental, portant l'effort développementaliste tout en assurant les intérêts stratégiques mutuels.

En ce sens, il paraît tout naturel d'étayer nos propositions pour le volet scolaire, technologique et culturel : outre la mise en place de collaborations entre milieux universitaires, académiques et scientifiques, l'instauration de partenariats entre écoles, d'échanges internationaux financés par un fonds commun que la Cémétie est prête à financer à hauteur de quarante millions de drachmes pour l'instant, le jumelage de villes entre nos différents États pourrait être un levier culturel symbolique. Pour ce qui est de la proposition de Son Excellence Saroud Al'Tenhé du Banairah, la Principauté est également prête à financer la mise en place d'un réseau informatisé pour la culture afaréenne comme proposé par le Kasser. »
3525
Messieurs, je suis heureux de vous présenter le Traité complet. Si quelqu'un veut rajouter une clause ou en modifier une, je l'invite à se manifester. Sinon, nous passerons au vote cher collègues.


auteur a écrit :
COMMUNAUTÉ AFAREEN
-
Traité Fondateur de Kumdor

d


Les représentants et les dirigeants rassemblés à Kumdor déclarent :

- Article 1 -

La Commission Afaréenne à la Culture (C.A.C) est un organisme international géré en commun par l’ensemble des ministres de la culture, des sports et de l’éducation des pays membres de la Communauté Afaréenne. Elle a pour but de:


Créer des échanges culturels entre les pays membre
Créer des projets communs de nature sportive ou culturel (des expositions d’art continental, une coupe sportive afaréenn, etc)
Créer un Programme d’échange d’étudiants intercontinental
Aider les producteurs d’art en donnant des subventions.

La CAD aura un budget commun décidé à l’unanimité par le Conseil Afaréen.


- Article 2 -


La Communauté Afaréenne se donne comme but de réaliser la Paix en Afarée, de contrer les influences étrangères et de préserver les cultures afaréennes.
La décolonisation et la libération des territoires afaréens occupés par des pays étrangers est un des objectifs fixés.

Dans ce but, la Commission Afaréenne à la Défense est créée.


La CAD réunit l’ensemble des ministres de la défense des pays membres qui la gère en commun. Elle agit comme une conférence permanente des pays afaréens sur le plan militaire. Les membres s’engagent à un pacte mutuel de non-agression entre eux.

La CAD aura un budget commun décidé à l’unanimité par le Conseil Afaréen.

- Article 3 -

La Commission Afaréenne à la Recherche (CAR) est un organisme intercontinental géré en commun par l’ensemble des ministres de la Recherche des pays membres de la Communauté Afaréenne. Elle a pour but de:

- Partager les connaissances scientifiques entre les pays afaréens
- Coordonner les recherches entre les pays membres
- Former des projets communs de recherches entre les pays afaréens

La CAD aura un budget commun décidé à l’unanimité par le Conseil Afaréen.

- Article 4 -

La Commission Afaréenne aux Territoires (CAT) est un organisme intercontinental géré en commun par l’ensemble des ministres du développement, du commerce et des territoires des pays membres de la Communauté Afaréenne. Elle a pour but de:

- établir des axes de liaison transafaréens
- Aménager les territoires des états-membres en construisant des bâtiments de liaison (comme des ports, des aéroports, des gares, etc) pour favoriser l’interconnectivité entre les états
- établir des nouvelles routes commerciales et favoriser le développement du commerce
- établir des entreprises publiques communes aux états membres

La CAD aura un budget commun décidé à l’unanimité par le Conseil Afaréen.



- Article 5 -

Le Conseil Afaréen (CA) est l’organe principal de la Communauté. Elle est composée des 1er ministres (ou équivalents) ou de représentants officiels désignés. Elle dirige l’orientation de la communauté Afaréenne, établit les budgets de chaque commissions et l’ensemble des grandes impulsions sont votées par les États membres.

Chaque état membre compte pour une voix. Les décisions doivent être prises à l’unanimité ou du moins sans vote contre.

Un Porte-Parole officiel sera désigné en interne et devra rendre compte des agissements et déclarations du Conseil Afaréen.

Le Conseil Afaréen siègera à Kumdor.

- Article 6 -

La Commission Afaréenne Judicaire (CAJ) veille à l'application du droit de la Communauté Afaréenne et à l'uniformité de son interprétation sur le territoire de la Communauté. À cette fin, elle contrôle la légalité des actes des institutions de la Communauté et statue sur le respect, par les États membres, des obligations qui découlent des traités. Elle interprète également le droit de la Communauté à la demande des juges nationaux.

Elle est constituée de 2 juges (un homme une femme) par états membres. La délibération et les jugements se font à la majorité unanime.
La Commission Afaréenne Judicaire siegera à Héraclée.
1793
Pour cet évènement historique, la Reine d'Aubrane avait fait personnellement le déplacement avec Aksil Boubacar, le Ministre des affaires étrangères du Royaume d'Aubrane. Elle avait réservée un hôtel chic entier pour sa troupe, la reine se déplaçant rarement sans ses 7 chameaux et sa horde de serviteurs. Elle avait exigé que sa tente royale soit plantée à la place du lit dans l’hôtel, selon la plus pure tradition du désert suscitant l'incompréhension du maitre d’hôtel. Quelques billets supplémentaires ont suffi pour que cette lubie devienne réalité, du sable fut même saupoudré au sol pour remplacer la moquette. Pendant quelques jours, cette résidence serait transformée en petit coin du désert.
La Reine avait accepté l'invitation pour le Congrès Pan-Afaréen de Kumdor, dans la capitale fédérale dans le Complexe de l'Iwik’eti. C'etait la premiere fois qu'elle se rendait dans les Terres-Libres afaréennes (Netsamereti). C'etait aussi l'occasion de découvrir ce territoire, ce voisin, ses habitants et ses dirigeants...


Lorsque son tour arriva, la Reine se leva et pris la parole:
"Mes chers amis, je vous salue et je remercie le gouvernement nets'afaréen pour l'organisation et la mise en place d'un tel évènement qui, sans aucun doute, entrera dans l'histoire du continent. Un continent qui a beaucoup souffert du colonialisme et qui cherche aujourd'hui un souffle nouveau. Cependant, rassurez vous, le Royaume que je représente n'a pas l'intention d’être belliqueux ni rempli de rancœur face au passé, nous avons pardonné à nos agresseurs. Ce Congrès est l'occasion d’empêcher que le passé recommence, de former un continent unis et de marcher ensemble main dans la main, quelque soit notre couleur de peau, nos opinions politiques ou religieuses. Soyez assurés de la bienveillance du Royaume et de tous ses habitants.
Les 6 articles nous conviennent, mais il faudra discuter des budgets dédiés à ce projet."


Lorsque la prise de parole fut terminée, la Reine s'installa confortablement dans son fauteuil et attendait la suite avec un regard bienveillant et rempli de curiosité
Haut de page