26/03/2005
06:40:30
Index du forum Continents Paltoterra Alguarena État fédéré de la Heenylth

[ENCYCLOPEDIE] Encyclopédie de l'état fédéré de Heenylth

I-PRESENTATION DE LA HEENYLTH

A-INFORMATIONS GENERALES

Nom officiel : Etat fédéré de Heenylth
Nom courant : La Heenylth

La Heenylth est le plus petit état des trois nations fondatrices de la Fédération d’Arkencheen, fondée sur la base d’une signature de la Charte du 9 octobre 1833. Habitée de 4 millions de heenylthains, la Heenylth est par conséquent la nation la moins peuplée des états de la Fédération d’Arkencheen. Il faut dire que les îles heenylthaines ne comptent pas parmi les foyers de peuplement naturels de la région. La population heenylthaine que nous connaissons aujourd’hui ne comptait aucun aieux sur place il y a 500 ans.

Effectivement, la société heenylthaine a vécu dans la colonisation et pour celle-ci. Territoire étendu d’un empire anglophone continental, la Heenylth s’est construite autour de la volonté des rois à disposer d’une route commerciale sur la partie occidentale du globe.

Régulièrement opposés à l’empire hispanique qui avait lui posé ses jalons sur l’espace insulaire du sud, les heenylthains ont partagé plus de 100 ans de guerre avec ceux qui aujourd’hui, constituent la Fédération. Un revirement rendu possible par les volontés heenylthaines, arkohanes et encolanaltèques qui se sont opposés aux monarchies hispaniques et anglophones afin de rompre un siècle de guerre de proximité.
Etat fédéré de Heenylth
Cartographie état Geokratos

Langue(s) officielle(s) : Anglais
Autre(s) langue(s) reconnue(s) : Espagnol

Drapeau de l’état fédéré de Heenylth

Drapeau :

Le drapeau de la Heenylth est un témoignage historique de son appartenance à la couronne des empires anglophones continentaux mais aussi de sa chute face aux républicains.
La couleur noire qui entoure la couronne marque la défaite, et certains historiens diront le deuil, d’une monarchie ayant saigné la région par des guerres d’expansion face à des empires rivaux.
Le lion incarne la République heenylthaine qui a triomphé de la monarchie et offert l’indépendance au territoire. Le choix d’un lion va d’ailleurs véhiculer cette sémantique par la force brute mais aussi la prestance incarnée. L’auteur du drapeau a voulu rappeler que la chute de la monarchie ne s’est pas faite pour laisser succéder le chaos mais une République forte et prestigieuse.
La couleur rouge incarne le sacrifice républicains dans la guerre civile contre l’empire colonial.
Et enfin les damiers blancs eux, représentent la concorde retrouvée entre les deux anciens belligérants, monarchistes et républicains.

Devise de la nation : ”A terres nouvelles, nouvel espoir”.
Hymne national : "Heenylth - Oh Land of Beauty", “Heenylth - Oh territoire de beauté” écrit par Eleanor Gillcrest.


L'hymne heenylthain est une chanson ayant accompagné l’indépendance du territoire devant les colonisateurs anglophones. Cet hymne n’est pas, à contrario de beaucoup d’autres, un chant militaire à proprement parler où les hommes sont appelés à combattre, mais bien un hymne glorifiant la Heenylth en tant qu’entité géographique, politique et culturelle.

Monnaie : Livre heenylthaine [LH]

Capitale : Chesterboro

Population totale au sein de la fédération : 4 millions d'habitants (données de 2002)
Gentilé : heenylthain/heenylthaine

I-PRESENTATION DE LA HEENYLTH



B-TOPOGRAPHIE DE LA HEENYLTH



Photographies du territoire heenylthain
Clichés du territoire provincial heenylthain.

Les Wasteland Islands forment l’archipel de la Heenylth en extrême occident et sont situées à moins de 100 km au large du continent. Elles ont successivement assisté à la formation d’un empire colonial anglophone, d’une République indépendante et finalement d’une province fédérale en 1833. Un destin versatile qui s’est lié aux nombreux affrontements militaires des empires coloniaux anglophones et hispaniques ayant largement dominé la fin du XVIIIe siècle. C’est l’usure de la guerre qui entraîna l’opinion publique dans le rejet des dynasties en place et le rejet de la monarchie jusqu’à la proclamation de l’indépendance du territoire, en 1804.

L’archipel de la Heenylth est composé d’un large ensemble de 16 îles qui procure au total une superficie de 134 457 km².

Les Wasteland Islands signifient les “Îles des terres en friche”, un nom évocateur donné par ses premiers colons, très éloignés des ambitions mercantiles de l’aristocratie anglophones, résolue à conquérir l’archipel de la Heenylth pour construire des comptoirs commerciaux dans l’un des plus célèbres raccourcis de la navigation maritime.

Au baromètre, les Wasteland Islands baignent dans un climat relativement doux avec des pics peu prononcés. Pendant l’hiver, estimé de décembre à mars, il peut advenir une température moyenne de 22°C. La saison chaude elle, fixée entre la mi-mai et fin septembre, génère une température moyenne comprise entre 26 et 30°C.

Les premiers colons-fermiers de l’île pouvaient compter sur des précipitations suffisantes malgré la présence au calendrier de quelques mois secs. Cependant, il ne s’y trouve aucun lac, ni rivière à l’état naturel. Les seuls points d’eau s’y trouvant sont artificiels, issus d’aménagements intervenus à partir de 1930. Peu fournies en relief et bénéficiant de précipitations correctes, l'agriculture heenylthaine parvient à tirer son épingle du jeu malgré des superficies agricoles limitées.

Aujourd’hui rassemblées sous une entité politique unique, les îles heenylthaines ont pour capitale Chesterboro qui réunit 320 000 des 4 millions et quelques d'habitants heenylthains, peuplant l'archipel des Wasteland Islands.


carte de l'archipel arkohane
Topographie des îles Wasteland Islands et localisation de la capitale Heenylthaine - clic gauche pour agrandir

II-POLITIQUES & INSTITUTIONS LOCALES



A-PRESIDENCE HEENYLTHAINE



Logo présidence Etat fédéré de Heenylth
Logo institutionnel de la Présidence Heenylthaine.

La Heenylth est le premier état de la Fédération à s’être d’une part présenté sous la forme républicaine, et d’autre part à avoir adopté une Constitution. Ancienne colonie et monarchie parlementaire du Royaume de Skibedon, la première gouvernance autonome Heenylthaine est apparue en 1804, dans la foulée de la déclaration d’indépendance, imposée par les révolutionnaires républicains.

D’abord pilotée par des états généraux issus de la Révolution heenylthaine de 1804, la République heenylthaine s’est rapidement (re)positionnée derrière un modèle parlementaire et a introduit une Constitution dès 1806.

Depuis son adhésion au sein de la Fédération d’Arkencheen en 1833, la mandature présidentielle s’est alignée sur celle des autres états fédérés : 8 ans avant le renouvellement des fonctions présidentielles et parlementaires.

MANDATURE PRÉSIDENTIELLE HEENYLTHAINE 2000 - 2008



  • Président(e) de la République: Sarah Kimble (NLWP - New Left Wing Party)
  • Ministre des Affaires étrangères: Willard Burris (NLWP - New Left Wing Party)
  • Ministre de l'Éducation et de la santé publique: Ronnie Mullins (CL - Communist League)
  • Ministre de l'Intérieur, de la Justice, et de la Défense: Donovan Clemons (NLWP - New Left Wing Party)
  • Ministre des Finances et de l’Economie: Dennis Mayer(NLWP - New Left Wing Party)
  • Ministre de l'Énergie, des Communications et des Infrastructures: Dolores Hunt (GDU - Green Dream Union)
  • Ministre du Travail et de l’agriculture: Casey Folkner (SRP - Social Regulation Party)

II-POLITIQUES & INSTITUTIONS LOCALES



B-LA FORCE D'AUTODEFENSE HEENYLTHAINE



logo institutionnel des Heenyltan Self-Defence Forces (HSDF)
Logo institutionnel des Heenyltan Self-Defence Forces (HSDF)

La force d’autodéfense heenylthaine (Heenyltan Self-Defense Forces dans la langue locale) est la composante militaire de la Heenylth. Celle-ci a été instituée le 23 octobre 2002, sur décision du parlement. Avant ça, les forces armées heenylthaines étaient représentées par un nombre important de groupuscules armés et agréés par les autorités. Désormais uniformisées et harmonisées, elles comprennent une armée de terre ainsi qu’une modeste garde côtière et un commandement de la défense aérienne.

L’état fédéré de la Heenylth étant placé sous la protection de l’armée fédérale, la force d’autodéfense heenylthaine se veut une armée avant-tout défensive, volontairement appauvrie en unités stratégiques destinées à augmenter le rayon d’intervention hors de l’espace territorial heenylthain.

Cette armée au commandement unique depuis 2002, comprend 12 000 hommes et femmes qui exercent désormais pour le métier des armes (soit 0,30% de la population totale heenylthaine), là où précédemment les groupuscules de défense comprenaient de nombreux volontaires, maintenant une autre activité professionnelle en parallèle. L’industrie militaire heenylthaine suffit à l’approvisionnement et à l’équipement de cette force d’autodéfense. Cependant les récentes législations destinées à professionnaliser l’armée heenylthaine oblige celle-ci à prospecter de plus en plus souvent auprès des industries de la Fédération.

Soldats heenylthains tenues de combat + parade
Soldats heenylthains, en tenue de combat et de parade, après la réforme militaire du 23 octobre 2002

Les forces militaires heenylthaines, d'abord composées de volontaires avant leur professionnalisation en 2002, jouissent d'un assez bon capital sympathie auprès des populations locales qui s'identifient plus facilement à celle-ci. Prônant la mixité et la parité parmi ses effectifs, la force d'autodéfense heenylthaine compte dans ses rangs de nombreux personnels féminins et organise annuellement, différentes cérémonies et hommages militaires qui contribuent activement à maintenir le lien entre les citoyens heenylthains et leur armée.

Chef d'état-major de la force d'autodéfense: Général d'Armée Brett Cummings

II-POLITIQUES & INSTITUTIONS LOCALES



C- SYSTEME DE SANTE ET DE SECOURS A LA PERSONNE HEENYLTHAIN



Système de santé heenylthain
Soumise à un libre exercice de la concurrence, l’innovation médicale est très marquée au sein des établissements de soins et de santé heenylthains.

Les structures médicales par secteur



En Heenylth, les acteurs de la santé sont à la fois positionnés sur les secteurs publics et privés. Bien qu’il existe des établissements de santé publics heenylthains, l’Etat est peu interventionniste en la matière. Un laissez-faire qui entraîne une concurrence réelle entre les établissements de santé.

Comment se positionne la fonction publique en matière de soins et de secours?

Contrairement au cas arkohan, les établissements de santé publics sont minoritaires en Heenylth et ne représentent pas plus de 55% des structures. Bien qu’elles soient considérées comme relevant de la fonction publique, les structures de santé et leurs personnels n’appartiennent pas à la fonction publique d'État mais territoriale. C'est-à-dire qu’elles sont organisées au niveau régional et leur financement est décentralisé à un échelon local. Une singularité qui occasionne des disparités selon les régions et les recettes qu’elles sont susceptibles de cumuler.

Cette organisation décentralisée permet une certaine maîtrise de la dette publique mais oblige certaines régions à taxer différemment leurs administrés, pour financer un système de santé en plus d’autres priorités de développement locales. De plus, toute subvention d'État est rendue impossible par les dissensions politiques qui pourraient émerger entre la famille politique de la présidence heenylthaine, et celle de la présidence régionale.

Pour limiter la concurrence entre les régions, l’Etat heenylthain impose certaines grilles indiciaires de rémunération, une mesure qui empêche les régions les plus riches de développer une politique salariale beaucoup plus attrayante que d’autres régions. Néanmoins, les dépenses et autres investissements des régions, lorsqu’ils sont émis dans les structures de santé publiques, suffisent à promouvoir l’attractivité d’une région sur une autre.

Et le secteur privé dans tout cela?



Et bien le secteur privé, qui représente par conséquent pas moins de 45% des établissements de santé, a des opportunités de développement plus ou moins différentes selon les régions. Là où les régions dites pauvres n’ont pas le luxe d’entretenir un maillage efficace du territoire, des hôpitaux et cliniques privés font leur apparition. Une installation faite avec parcimonie car contrairement aux structures publiques, elles répondent à la loi de l’offre et de la demande.

Avec quelle prise en charge des soins?



En Heenylth, les soins sont classés par famille et ils bénéficient d’une prise en charge x ou y en fonction de cette classification.

A titre indicatif et dès lors que vous vous présentez auprès d’un établissement public, le système de santé heenylthain permet le remboursement des principaux actes de soins (les urgences vitales, suivis de grossesse) et dépistages (s’ils sont réalisés aux dates de rendez-vous périodiques). Les personnes étrangères et titulaires de certains visas (travailleurs de longue durée) peuvent également être bénéficiaires d’une prise en charge des soins, entreprise par une couverture sociale elle-aussi régionale.

Pour parer aux coûts entraînés par d’autres familles de soin, les administrés peuvent également souscrire à différentes mutuelles, en entreprise ou sur simple initiative auprès des établissements concernés.

Organigramme du système de santé heenylthain



Schéma du système de santé arkohan
Schéma institutionnel du système de santé heenylthain - clic gauche pour agrandir

    1 - Les contribuables financent le service de santé par l’impôt local dont une partie est reversée aux régions pour le financement du système de santé.
    2 et 3 - Les patients avancent les frais des prestations de soin et de santé.
    4 - Certaines de ces prestations font l’objet d’une prise en charge à 100% par les caisses régionales dédiées à la couverture sociale. Ces caisses pouvant entretenir une dépense préjudiciable à la bonne santé financière des régions, le dépassement de certains paliers entraîne une prise en charge de l’Etat. L’intérêt d’engager financièrement les administrations régionales est de les inciter parallèlement à déployer de véritables politiques locales de santé.
    5 - Le reste à charge (partiel ou totale selon les prestations) peut être financé grâce à la souscription de mutuelles (avec des souscriptions moins chères lorsqu’elles sont au bénéfice de travailleurs avec un revenu annuel inférieur aux plafonds définis par l’administration de couverture sociale. Pour chaque souscripteur à tarif réduit, l’agence de mutuelle peut solliciter auprès de l’état, le versement d’une subvention dont le montant est au tarif taux plein.
    6 - Malgré une décentralisation des structures de santé vers les régions, l’Etat par le biais de son ministère à la santé, se réserve le droit de coordonner et de piloter toute action visant à la gestion d’un sinistre interrégional ou national (catastrophes naturelles, épidémies…).

II-POLITIQUES & INSTITUTIONS LOCALES



D- SYSTEME EDUCATIF HEENYLTHAIN



Système éducatif heenylthain
L’éducation heenylthaine est-elle aussi financée à un niveau régional.

Un service d'enseignement gratuit mais à l'accessibilité limitée.

Identiquement au système de santé, le système éducatif heenylthain est lui aussi fortement décentralisé à une échelle régionale. C’est-à-dire que l’éducation relève des compétences de l’administration régionale heenylthaine. Le parcours éducatif des enfants se décline comme dans beaucoup d’autres pays, en trois niveaux d’enseignement: l’enseignement primaire, l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur.

En Heenylth, les enfants ne peuvent être descolarisés avant l’âge de 15 ans, en contrepartie, les enfants et les adolescents peuvent bénéficier d’un enseignement primaire et secondaire gratuit jusqu'à cet âge. Pendant cette période de scolarité obligatoire, l’état impose une liste exhaustive des diplômes qu’il est possible de valider, l’objectif est ainsi de permettre à chaque enfant souhaitant écourter ses études après 15 ans, de justifier d’un diplôme reconnu de tous et de ne pas avoir perdu du temps à poursuivre des programmes d’enseignement privés, n’étant pas validés d’un titre homologué.

La Heenylth est une région relativement peu peuplée mais génératrice d’un bon niveau de production de richesse grâce à des zones industrielles et tertiaires performantes. Les métiers de ces secteurs appellent donc une main d'œuvre qualifiée, ce qui oblige les pouvoirs publics régionaux à développer des mesures incitatives en faveur de la poursuite des études.
Certaines vont effectivement favoriser les cursus ingénieurs en instaurant des bourses d’études, d’autres vont à contrario travailler des programmes qualifiants d’opérateurs de production avec les organismes de formation sur place, pour répondre à des besoins spécifiques liés à leurs régions.

Un système autorégulateur.

L’argent public investi par les régions étant limité, celles-ci peuvent compter sur une série de dispositions légales leur permettant d’instaurer un système de “bénéfices au mérite” et d’écarter les personnes qui consomment inutilement l’argent des subventions publiques. Ainsi, les conditions limitant à 15 ans l’âge des personnes pouvant bénéficier de la gratuité des frais de scolarité viennent à moyen terme écarter les personnes en situation d’échecs scolaires répétés. Une disposition faite pour optimiser la disponibilité des fonds publics au bénéfice des élèves méritants ou tout au moins, inscrits dans une dynamique d’apprentissage conclu d’une certaine réussite.

Autres phénomènes autorégulateurs en Heenylth, l’équilibre recherchée sous des aspects quantitatifs et qualitatifs, entre le réseau des établissements de l’enseignement public et celui du privé. En effet, l’imposition dédiée aux établissements d’enseignement du privé ne souffre d’aucun vase communiquant une fois dans la trésorerie des régions.

C’est-à-dire que l‘argent perçu au titre des impôts d’un établissement privé, ne peut être réutilisé qu’au bénéfice d’un établissement public. Dès lors, plus il y a d’établissements d’éducation privés, plus les régions perçoivent de subventions à même d’entretenir des établissements d’enseignement public, sous une dimension tant qualitative que quantitative.

Des dispositions sociales existent néanmoins pour faciliter l'accès à l'éducation des jeunes et des adultes.

Il arrive que la situation de la Heenylth ou simplement les aspirations individuelles des actifs, entraînent un changement de métier tardif, une reconversion professionnelle en somme. L'âge des 15 ans permettant la gratuité de l'éducation étant révolu, nous pouvons nous interroger quant à la capacité d'un adulte en cours de reconversion professionnelle, à financer sa formation. La reconversion des adultes est faite sur la base de cotisations directement perçues sur le bulletin de salaire et tout au long de sa vie, un adulte souhaitant reprendre ses études peut donc identifier des programmes de formation à moindre frais, malgré son âge. Les adultes ne justifiant pas d'une activité au jour de leur entrée en formation, peuvent bénéficier de l'assistance financière publique sous réserve de justifier d'un revenu inférieur à certains plafonds, sur les 12 derniers mois écoulés.

De même et compte tenu de la large proportion des établissements privés en matière d'offres d'enseignement secondaire et supérieur, du coût que cela fait peser sur les ménages de certaines familles heenylthaines, des cours en ligne ont été créés par les institutions pour permettre un accès gratuit indépendamment des conditions d'âge. Une liste exhaustive de diplômes des enseignements secondaires et supérieurs peut ensuite être concourue sur présentation en candidat libre (frais d'inscription à prévoir).

S'agissant de programmes e-learning en autoformation, l'efficacité du dispositif est directement lié à la motivation des inscrits. Ainsi, adolescents, jeunes adultes et personnes d'âge mûr peuvent à tout âge, justifier d’une scolarité gratuite, en ligne, sous réserve de valider différents bilans intermédiaires attestant du bon suivi des programmes mis à disposition.

Le saviez-vous?
Avant d’être une mesure sociale, l’âge légal autour de la scolarité répondait à des enjeux sécuritaires, en occupant les plus jeunes durant les premières années de leur vie. L’insécurité ayant été considérablement réduite depuis les années 1980-1990 et l’innovation s’étant de plus en plus marquée au sein du système éducatif, des propositions de contenus pédagogiques dématérialisés se sont développés pour répondre à des enjeux davantage sociaux et économiques.

Schéma du système éducatif heenylthain
Schéma institutionnel du système éducatif heenylthain - clic gauche pour agrandir

    1 - Le contribuable finance de ses impôts le fonctionnement des établissements publics.
    2 - D’autres financements du secteur public sont également permis, notamment grâce au paiement pour la scolarisation d’étudiants en cycle d’enseignement supérieur ou ayant simplement atteint leurs 15 ans.
    3- Du côté des établissements privés, le financement est exclusivement dépendant des inscriptions d’étudiants, l’administration régionale se refusant à tout conflit d’intérêt par le versement de subventions publiques au bénéfice d’un établissement privé d’éducation.
    4- L’argent perçu des impositions d’établissements relevant du secteur privé (5) est entièrement réinvesti auprès des établissements publics.
    5- Les établissements du secteur privé sont mis à contribution par l’impôt afin d’entretenir un service d’enseignement public de qualité.
    6- L’état heenylthain peut financer les régions si elles justifient de programmes éducatifs solides et orientés dans l’obtention de certains résultats (ex: professionnalisation d’un métier X, palier à l’absence de main d'œuvre dans un secteur Y...).

II-POLITIQUES & INSTITUTIONS LOCALES



E- ORGANISATION ADMINISTRATIVE RÉGIONALE HEENYLTHAINE



carte des régions administratives heenylthaines
L’état fédéré de la Heenylth se compose, ou tout du moins se décompose, en 5 régions administratives.


1. L’Ujax.



L'Ujax est le nom donné à la principale île heenylthaine, qui abrite en son territoire la capitale, Chesterboro. Territoire hyperboréen de la nation heenylthaine, l’Ujax renferme le coeur de l’identité culturelle et du patrimoine historique heenylthain.

Premier territoire colonisé par les pionniers anglophones du Royaume de Skibedon en l’an 1600, l’Ujax entretient effectivement le berceau culturel de la civilisation saxonne en Paltoterra. Considérant son emplacement géographique, où les littoraux baignent dans des eaux partagées avec ceux de l’Albel, l’île d’Ujax bénéficie d’un climat relativement tempéré oscillant entre 12 et 25°C. Particulièrement plate et déboisée, l’île cumule les atouts pour concentrer la majeure partie de l’industrie agricole du pays et ses principaux centres urbains.

Enregistrant sur son espace insulaire près de 2,2 millions d’habitants, cette région est l’une des plus peuplées et des plus dynamiques de l’Etat fédéré de Heenylth puisque sa proximité du continent lui a valu d’abriter les principaux aéroports et ports. La capitale de Chesterboro à part, d’autres villes de grandes et moyennes importances sont présentes dans la région d’Ujax, à l’image de Daebon (le chef-lieu régional), de Riverstead et de Mancoln.

Ujax
Région d’Ujax (clic gauche pour agrandir).


2. L’Ystreesh.



L’Ystreesh est une région en position d’interface pour la Fédération car elle est à mi-chemin entre l’extrémité de la Heenylth et l’Arkoha. Une position qui l’oblige à entretenir quelques villes côtières, de faibles ou moyennes importances, pour la gestion des importations et des exportations nationales. Ces étendues d’infrastructures portuaires ne sont pas excessivement résidentielles mais davantage tournées vers le fret et la pêche. Des aéroports de fret sont également présents sur l’île pour assurer les liaisons à travers la Heenylth et redistribuer les marchandises entrées aux ports de commerce.

Sur le plan climatologique, l’Ystreesh partage les mêmes conditions météorologiques que l’Ujax, à savoir un climat tempéré / chaud qui ne permet pas aux Ystreechois de connaître la neige ou le gel.

Bien qu’elle constitue un hub commercial indéniable et participe à la redistribution des matières premières industrielles importées, la région d’Ystreesh maintient une densité de population assez faible comparativement au territoire occupé, recensant chaque année environ 0,5 million de personnes. Les petites îles Ystreeshoises à proximité de la région d’Ujax permettent le maintien de quelques forces aéronavales des Heenyltan Self-Defence Forces.

En marge des hubs commerciaux, plusieurs concentrations de population se sont formées et ont donné naissance à quelques villes telles que Pentown (le chef-lieu régional), Dolotilcan et Sunfield. Un réseau de câbles sous-marins permet à l’île de s’approvisionner sur la majeure partie de ses besoins en électricité, grâce à des productions énergétiques Ujaxoises.

Ystreesh
Région d’Ystreesh (clic gauche pour agrandir).


3. L’Ealedun.


L’Ealedun est la plus petite des régions heenylthaines en termes de superficie. Pourtant, cette dernière est stratégique dans le dispositif défensif du territoire, étant donné le délai d’interception relativement court, qu’elle permet aux forces d’autodéfense heenylthaines. Il est important de ne pas positionner ses contingents au plus près des forces ennemies, pour leur permettre d’agir en second temps, en réponse aux manœuvres ennemies.

Aménagée de plusieurs petites bases navales et aériennes, la région d’Ealedun entretient ainsi une force de réaction rapide et contre invasive, prête à intervenir sur l’ensemble du territoire heenylthain, sur mers ou dans les airs. Néanmoins et compte tenu de ses faibles effectifs, l’efficacité du dispositif n’est atteint que grâce au concours des forces armées fédérales. La faible empreinte résidentielle, permet aux forces d'autodéfense heenylthaine, d'entamer des manœuvres en conditions optimales et d'aménager des infrastructures fictives pour y simuler les combats urbains.

Malgré cette présence militaire significative, il existe quelques foyers de peuplement, rendus paradoxalement possibles grâce à ces infrastructures étatiques qui obligent à l’installation des familles de militaires affectés de façon permanente. Autour de ces communautés se sont développés différents acteurs des secteurs de l’artisanat ou du tertiaire. Cette relative fréquentation permet le recensement de 0,2 million d’habitants permanents sur cette région, essentiellement localisé à Pragmond (le chef-lieu de région) et Kawreeb.

Ealedun
Région d'Ealedun (clic gauche pour agrandir).


4. Le Bentford.



Le Bentford est une région située à l’extrémité sud/sud-ouest de l’espace territorial heenylthain. Relativement éloigné des principaux axes commerciaux maritimes, le territoire a longtemps été délaissé par les colons anglophones du Royaume de Skibedon, lors de leur arrivée en Heenylth au XVIe siècle. Un désintérêt qui reste aujourd’hui perceptible par l’urbanisation limitée de cet espace régional, largement dominé par la canopée et les paysages orgastiques agrémentés de cascades et autres points de vue remarquables.

Si l’hostilité persistante de la nature limite les opportunités industrielles de la région, des contraintes particulièrement accentuées par la présence de nombreux récifs au large de l’île, les autorités locales ont malgré tout la possibilité de développer un tourisme diversifié, à destination des voyageurs baroudeurs et aventuriers ou encore des amateurs de luxe. Une rentrée d’argent bien nécessaire pour compenser une empreinte industrielle restreinte.

Malgré l’omniprésence de la jungle, le Bentford profite de quelques plaines pour permettre la concrétisation d’aménagements urbains. Des installations qui permettent un échantillonnage de vie à travers la présence de 0,5 million d’habitants. La persévérance des colons s’est traduite par la sortie de terre de quelques agglomérations d’importance, à l’instar de Wilster (le chef-lieu régional), Nakall et Homerset.

Bentford
Région du Bentford (clic gauche pour agrandir).


4. Le Kaselmer.



Le Kaselmer est la dernière région heenylthaine, située dans la partie la plus occidentale du territoire. Bien qu’elle puisse manquer de superficie, la région du Kaselmer cumule les avantages avec un climat idéal, plus chaud que les territoires continentaux comme l’Albel et plus froid que le climat équatorial qui règne sur les territoires méridionaux tels que le Bentford ou l’Ealedun.

En outre, la région entretient une topographie essentiellement plate avec peu de canopée et autres forêts denses. C’est donc une région qui fait sa réussite grâce à des implantations industrielles, des espaces agricoles étendus et des activités touristiques ainsi que sportives.

La faible disponibilité des terrains constructibles oblige effectivement les collectivités locales à privilégier des installations à but lucratif. En marge de ces implantations industrielles et touristiques, s’associent différents foyers de peuplement aux constructions moyennes et de plain-pied, le budget immobilier des ménages étant largement amputé par le coût élevé du terrain. Ce prix élevé du terrain n’empêche cependant pas de constater une densité de population légèrement supérieure à la moyenne nationale.

Pour la région de Kaselmer, ce sont effectivement pas moins de 0,7 million de contribuables Kastelmerois qui y vivent. Une donnée de taille quand l’on tient compte de la relative petitesse de l’île. Une population concentrée dans différents pôels urbains dont les principaux sont Pittscrelt (le chef-lieu régional), Hanberg, Gornon ou encore Chelmover.

Kaselmer
Région du Kaselmer (clic gauche pour agrandir).
Haut de page