06/08/2004
21:36:57
Index du forum Scène Internationale Appels d'offres

[CLÔTURÉ] Organisation des événements culturels de 2004

1020
Trois événements culturels seront organisés durant cette année 2004 :

🎬 Festival international de cinéma 2004 - été 2004

🎶 Concours international de la chanson 2004 – été/septembre 2004

👑 Miss Mondial 2005 – hiver 2004

Pour chacun de ces trois événements, nous recherchons des villes organisatrices. C’est une occasion idéale pour décrire une de vos villes et vous faire connaître au reste du monde. Tout le monde peut envoyer sa candidature, la modération choisira l’une d’elle en fonction du soin et du développement apporté au formulaire.

Dans l’idéal, chacun de ces événements se déroulera dans une ville distincte. Une ville pourrait néanmoins recevoir deux événements, en l’absence de candidatures probantes.

Pour y participer, veuillez remplir le formulaire et répondre à la suite du message :


Logo (facultatif) :
Nom de la ville choisie :
Evènement(s) choisi(s) : Veuillez sélectionner 1 à 3 événements et les classer dans votre ordre de préférence.
Description de la ville :
Pourquoi choisir votre candidature ? :

La présentation de votre ville est libre, elle peut s’accompagner éventuellement de photos.


Clôture des candidatures le 9 mai 2021
4088
Arnes 2004


La ville d'Arnes se propose d'accueillir les éditions du Concours International de la Chanson 2004 et de Miss Mondial 2005 qui se tiendront à la fin de l'année 2004.


Présentation de la ville :

Communément surnommée « la ville aux palmiers », Arnes est une ville côtière de 854 748 habitants située dans l'État de Gennetoise, dont elle est à la fois la capitale administrative et la plus grande ville en terme de population et d'activité économique. Elle est nationalement réputée pour abriter les tranches de la population les plus aisées du pays, et est notamment caractérisée par le revenu par habitant le plus élevé à l'échelle fédérale, devançant même la capitale Paradis. Elle dispose en effet d'un tissu économique particulièrement dynamique, bien que reposant essentiellement sur des activités immatérielles telles que la finance, les loisirs et le tourisme. La situation géographique de la ville est particulièrement favorable à ce dernier, du fait du climat exceptionnellement doux dont bénéficie la région, où les températures tombent très rarement en-dessous des 17°C en période hivernale, sans non plus dépasser de trop les 30°C en période estivale. À cette particularité climatique unique s'ajoute une façade littorale dotée de longues plages de sable fin donnant sur une mer aux teintes turquoises, quadrillée par un vaste réseau d'îles et d’îlots interconnectés par de multiples ponts, donnant à voir aux visiteurs des paysages inoubliables. À cette esthétique naturelle aux allures paradisiaques vient s'ajouter un style architectural chamarré, caractérisé par l'influence du mouvement Art déco, dont l'éclat et la diversité tranchent avec le style néoclassique parfois austère hissé au rang de standard architectural dans la majorité des villes albelaises.

Réputée pour l'intensité de sa vie nocturne, Arnes constitue aussi une métropole culturelle au sein de la Fédération d'Albel, aucun artiste musical de notoriété nationale ou internationale ne pouvant raisonnablement songer à effectuer une tournée fédérale sans y faire escale. La ville attire chaque année de nombreux visiteurs venus d'autres États de la Fédération ou de l'étranger, dans l'intention d'expérimenter l'ambiance d'un dynamisme unique qui règne au sein de la ville, ainsi que d'admirer les atours naturels dont bénéficie sa zone d'implantation. La population d'Arnes peut connaitre de grandes variations au cours de l'année, alors qu'on estime qu'en moyenne 40% des habitants de la ville n'y possèdent pas leur résidence principale. En plus d'être la ville des palmiers, Arnes est aussi celle des millionnaires, aucun d'entre eux ne pouvant estimer avoir réellement réussi sa vie s'il ne possède pas au moins un yacht et une villa dans la capitale de l'État de Gennetoise. Arnes n'est certes pas une destination accessible à tous, mais la vie est un concours, autant que ceux que la ville se propose d'accueillir au cours de l'année 2004.

Arnes

Pourquoi choisir cette candidature :

En choisissant de s'établir à Arnes, l'événement bénéficiera d'un cadre naturel d'une beauté unique ainsi que de l'ambiance dynamique et survoltée que propose la ville, de par la quantité et la diversité des activités de loisirs qui inondent ses rues (salles de concert, bars, maisons closes, boîtes de nuit, etc...). Le public étranger se déplaçant en vue d'assister à l'événement pourra par conséquent profiter de toute la richesse qu'Arnes peut offrir en dehors des heures de représentation. De par la mobilité qui caractérise la population de la ville, celle-ci possède déjà tout le tissu hôtelier nécessaire à l'accueil du public et des artistes, sans que la logistique urbaine s'en trouve perturbée. Par ailleurs, le climat de la ville joue indubitablement en faveur de sa candidature, dans la mesure où l'événement se tiendra au cours d'une période de l'année où la plupart des villes du monde souffrent d'une température hivernale très basse, tandis qu'Arnes peut se targuer de conserver une atmosphère agréable.

Le comité urbain se propose d'accueillir l'événement au sein du Stade Milot-Baillard, récemment rénové au cours de travaux achevés à la fin de l'année 2001, et dont la capacité d'accueil s'élève à 20 000 places. Si sa candidature venait à être retenue, la ville s'engage à offrir aux gagnants des concours un séjour à bord d'un navire de croisière en partance du port d'Arnes, avec escales sur les plages des îles albelaises et arkencanes de la Mer des Crabes, ainsi que d'autres récompenses qui restent à définir en fonction de la nature de l'événement.

Stade Milot-Baillard
2165
Quechalli 2004 – Festival international de cinéma


Quechalli


🐜 Présentation



Quechalli est située au cœur de la Communauté d’Izcalie, en contrebas du massif montagneux. En raison de sa position centrale dans le pays, à mi-chemin entre les deux littoraux et les deux principaux ports, elle s’est développée comme une importante ville de commerce et a très tôt qualifiée de « ville des aventuriers », où chacun venait tenter sa chance pour espérer une ascension sociale. Ville récente d’un point de vue de l’Histoire, elle n’a été fondée qu’au début du XIXe siècle à cet effet, et a été construit selon un schéma directeur qui faisait primer la praticité à l’esthétique, avec des rues plutôt géométriques et des immeubles assez uniformes. Ville populaire, avec une population en moyenne plus pauvre que les villes de la même strate, elle a été fuie par les riches il y a deux siècles pour la présence de ses fourmis rouges voraces, qui constituent toujours le symbole de la ville, matérialisée par plusieurs sculptures.

Toutefois, ses loyers bas et la disponibilité de son foncier a attiré des entreprises très capitalistiques, pourvoyeuses de nombreux emplois, permettant à la ville de garder une économie saine. Palliant son absence de bâtiments historiques par l’art vivant, elle s’est au XXe siècle imposée comme capitale izcalienne du cinéma, au moins en nombre de productions réalisées. Elle fut à ce titre utilisée pour les films de propagande sous la dictature d’Ollin Sacxoch, durant les années 1980. Ville étudiante, attirant de nombreux jeunes pour les commodités qu’elle propose et avec un coût de la vie faible, Quechalli a beaucoup plus récemment un tourisme de luxe, notamment les quartiers est qui surplombent la ville.


🐜 Pourquoi choisir cette candidature


Choisir Quechalli, c’est l’assurance d’y trouver un public jeune et réceptif aux arts et à la culture, prêt à épouser une carrière dans le cinéma. La candidature reçoit également le soutien très appuyé du président izcale, Fabrice Trottier, qui a été lui-même un grand acteur et qui est entre autres passé par les studios de Quechalli. Elle est la ville multiculturelle par essence, celle qui a accueilli les populations de tous horizons prêtes à tenter leur chance et à ce titre, elle est la ville qui recevra avec la plus grande préparation les festivaliers du monde entier, indépendamment de leur nationalité, leur culture ou leur langue, qui y trouvent des locations à tous les prix.
4461
Logo Rivoli


La cité de Rivoli se propose par les présentes de servir de ville hôte pour l'édition de l'an 2004 du Concours International de la Chanson


Présentation :

Puissance cité état du moyen-âge devenue partie intégrante du domaine de la Sérénissime au cours du XVe siècle, Rivoli, du haut de ses 3 504 078 est de loin la ville la plus peuplée de la Terrafirma, siégeant sur les deux berges du fleuve Rialdo qui traverse de part en part la région éponyme dont la métropole fortunéenne est par ailleurs la capitale administrative. Connue à l'échelle continentale, et même mondiale pour sa riche histoire et son rôle majeur dans le mouvement de l'époque moderne dit de la "Renaissance" dont elle fut l'un des foyers, la ville est aussi réputé pour avoir vu naître ou résider en son sein d'illustres artistes, penseurs et autres philosophes, notamment ceux ayant donné le jour au courant de pensée de l'humanisme. La ville est entre autre emplie de monuments et de bâtisses élevés plusieurs siècles auparavant tel que l'ancien palais de la seigneurie, ancien lieu du pouvoir de la cité, la basilique Santa Maria di Fior haut lieu de culte local et symbole de l'architecture de la renaissance, ou même le Ponte Alto servant autant de voix de liaison entre les deux rives du Rialdo que de galerie marchande et d'oeuvre d'art architecturale à part entière. Centre culturel majeur de la Sérénissime forte d'un vaste héritage emplie d'influences architecturale traditionnelle et typique du XVe siècle, Rivoli abrite aussi une multitude de musée, de galeries, et de salles d'expositions, dont beaucoup ne sont jamais loin d'un hôtel de vente. Ces derniers organisent ainsi d'illustres et réputés ventes aux enchères dans les milieux de la bonne société d'Eurysie, dynamisant notamment une partie de l'économie locale par le commerce d'art qui y est ainsi florissant bien que n'étant pas accessible à tous et toutes.

Toutefois, ce ne sont pas seulement les grandes fortunes qui résident là bas, dû à ses monuments et à son histoire, l'industrie touristique bat son plein, notamment en période d'été où les rues de la ville se retrouvent submergée par les saisonniers en quête de travail et les visiteurs venu passer des vacances sur place, afin au delà de visiter les lieux, de profiter d'un climat typique aux terres bordant la mer intérieure du Lidos, semblable entre à celui pouvant se trouver sur les rivages de Leucitalée. Qui plus est, les vastes plaines vallonnés de la région environnante ont un certains charmes, et servent notamment de lieu de villégiature réputé pour de nombreuses personnes, citadins fortunéens comme touristes étrangers qui apprécient là le calme remarquable de la campagne Rialdaise ainsi que son cadre bucolique. Cadre renforcée par la mise à la location de multiples villa typiques de la région adjacente bien souvent à des fermes viticoles où il est possible pour des sommes plus modiques de se procurer de grands crus eurysiens dont les raisons à sa source ont profité pendant des mois des doux rayons du soleil local. En soit, la campagne directe, est plus ou moins une extension du circuit touristique de la ville.

Rivoli & alentours


Pourquoi choisir cette candidature :

En tant que centre culturel et historique majeur de la Sérénissime, et même du continent Eurysien, Rivoli dû à son statut de destination touristique fortement prisée dispose déjà d'une infrastructure dédiée à l'accueil, à la satisfaction des besoins et à au divertissement des touristes et autres visiteurs fortunéen comme étranger. Dont entre autre deux cadres, d'accueil majeur, urbain et "rural" qui arriveront assurément à satisfaire les envies de tous. L'omniprésence de monuments et de lieux historiques notables permet notamment d'offrir à tous et chacun des activités de visites annexes authentiques auxquels l'on associe des panorama pour le moins remarquable. Qui plus est, dû à la présence d'un florissant commerce d'art, les connaisseurs et experts du domaine sont nombreux et réguliers, ce qui ne manquera pas de voir l'évènement trouver un écho particulier au sein de ce milieu de par sa nature même.

En guise d'infrastructure dédié au festival, la municipalité propose d'accueillir ce dernier au sein du Grand Opéra de la Spalla, qui au delà d'être un authentique temple de chants et de musiques ayant été au cours du XVIIIe siècle l'un des berceaux de l'Opéra Fortunéen classique a pu recevoir au cours des deux dernières décennies des agrandissement conséquents à visée de modernisation permis par sa présence légèrement en périphérie du centre urbain. Ce faisant, les lieux disposent d'une capacité d'accueil avoisinant les 5000 âmes ainsi que d'une vaste infrastructure routière visant à assurer au grand public son accès de manière fluide. Au delà de ça, si la candidature de la ville venait à être retenue, la municipalité se propose d'offrir aux vainqueurs du concours la propriété d'une villa dans la campagne avoisinante.

Le Grand Opéra de la Spalla
6081
Chan Chimù 2004 logo

Chan Chimù l'avant-gardiste se propose pour héberger l'édition 2004 du Festival international de cinéma.

Collage 1


Présentation


Ancienne capitale du royaume indigène éponyme, Chan Chimù fut sujette à une importante activité commerciale avec les colonies latines bordant les régions avoisinantes, jusqu'à finalement leur être annexée par traité en 1620. Chan Chimù connu d'abord une certaine stagnation voir décroissance avant de soudainement être propulsée sur le devant de la scène lors de la première révolution, dont elle fut un foyer important. Les différentes tentatives centralisatrices et impérialistes des contre-révolutionnaires eurent pour projet dans faire la capitale commerciale voir politique du Kah, longeant ses côtes et ainsi plus facilement ouverte au commerce que la lointaine Lac-Rouge. La ville trouva cependant sa nouvelle identité bien plus tard, lorsque les communes décidèrent de déporter les activités commerciales qu'on y avait installé à des cités plus peuplées et dotées d'infrastructures maritimes plus étendues, et compensèrent les communes urbaines locales en leur allouant d'importants fonds qui furent intelligemment utilisés pour créer d'une part une activité financière importante avec les pays voisins et de l'autre des universités parmi les plus importantes du pays. Ce développement fit de Chan Chimù une cité universitaire importante dont la pensée théorique et philosophique vint rapidement égaler celle d'autres pôles intellectuels au sein du Kah. Cette période voyant aussi le renouveau du théâtre "total", de la musique expérimentale et le développement massif du cinématographe au sein du Kah, les étudiants, lettrés et doctorants de Chan Chimù se saisirent de tout ces arts et les communes décidèrent de mettre l'accent dessus.

Cette importante activité culturelle, théorique et créatrice amena à une émulation sans pareille dans le pays qui poussa en 1932 les communes à donner à Chan Chimù l'organisation de l'Exposition Universelle des Arts Plastiques et Techniques de 1936, pour laquelle fut conçu un impressionnant quartier mélangeant le néoclassicisme et le futurisme dans un exemple typique d'architecture révolutionnaire de l'époque. Les fonds alloués furent aussi utilisés par les communes d'alors pour engager un ambitieux projet, la création de la Cité Idéale du Cinéma, un important complexe de studio qui fut, pendant une certaine période, le plus important du continent, et assura au cinéma à grand spectacle du Kah une capacité de production très impressionnante pour l'époque.

Cette Cité Idéale et l'activité culturelle et estudiantine de Chan Chimù continuèrent de caractériser l'existence de cette ville, toujours plus prospère, qui connu quelques importants heurts lors de la dernière période contre-révolutionnaire où elle fut l'un des foyers de contestation et de résistance les plus violent et, en conséquence, martyrisé. Sans même parler des combats de rue entre les adeptes de la théorie des auteurs et de ses détracturs, ou les grandes émeutes provoquées en 1967 lors du premier film du désormais très célèbre réalisateur symboliste Werner Allejowsky, qui arriva à choquer le public pourtant relativement averti de la ville la plus avant-gardiste du Kah.

Éloignée de ce passé glorieux sans pour autant s'en être détachée, Chan Chimù est une ville cosmopolite, étendue, moderne mais élégante. Dotée de nombreux quartiers aux ambiances et architectures propres, d'une importante activité culturelle, et d'une réputation festive et studieuse attirant étudiants, philosophes et artistes du monde entier. Finalement, à défaut d'effectivement devenir la capitale économique ou politique de l'Union, Chan Chimù arriva au moins à devenir son cœur culturel et le cœur d'une impressionnante machine à produire des films parfois inventifs, profonds, parfois grands spectacles, parfois drôle, absurdes, qui en tout cas alimenta les cinémas et discussions du monde entier depuis maintenant plus de soixante ans.


Pourquoi Chan Chimù


Sans à nouveau s'attarder sur le passé de la ville et son important rapport avec le monde du spectacle, Chan Chimù compose à tout point de vue - symbolique comme pratique - la ville idéale pour héberger un évènement culturel international porté sur le cinéma. Elle est dotée de nombreuses salles pouvant accueillir des publics larges ou réduits dans des conditions parfaites, avec certains des meilleurs techniciens projectionnistes au monde, des enceintes réglées à merveille et des écrans impeccables. Ces nombreuses salles sont pour la plupart concentrées autour de la Cité Idéale du Cinéma, qui a elle-même été conçue à quelques pas seulement de l'Exposition Universelle de Chan Chimù, quartier élégamment planifié dans lequel pourront être logés les invités étrangers et au sein duquel se trouvent de nombreux musés, hall d'exposition en centres culturels parmi lesquels un grand hall d'exposition multi-fonction tout à fait capable d’accueillir la cérémonie dans son ensemble. Du reste, le Kah est une terre d'égalité et d'opportunités égales et les nombreux hôtels de la ville pourront ainsi s'ouvrir à des populations habituellement exclus de ce genre d'évènements, accueillir des touristes de toutes origines pour faire de cet évènement culturel un véritable festival populaire et globale, rappelant les vertus sociales et populaires du cinéma, sans renier sa valeur artistique et intellectuelle via les invités de haut standing et les programmes secondaires que proposeront les différentes salles.

Enfin, Chan Chimù et le Kah espèrent à l'occasion de ce festival rendre honneur à des genres et des créateurs laissés de côtés par la bonne société critique internationale, non pas sur son programme officiel qui sera décidé comme convenu par le commité organisateur du festival, mais par des commités réduits de réalisateurs rendant hommage aux films de genre de tout pays, aux films populaires ainsi qu'au grand oublié du cinéma : celui d'Animation. Enfin, ce rassemblement unique de techniciens et d'invités sera aussi l'occasion d'organiser en parrallèle à la cérémonie un important marché du scénario, comme cela se fait habituellement.

En résumé il s'agit d'une ville propre, sûre, élégante et tout à fait capable d’accueillir tout à la fois les délégations officiellement invitées et les touristes du monde entier et de changer ce qui pourrait passer pour le pendant coincé et fermé d'un loisir pourtant populaire en une lettre d'amour pour le septième art en tant qu'institution pouvant aussi bien rassembler la haute intelligentzia urbaine que la population démunie des villages les plus isolés.


Quartier exposition Chan Chimù
4444
Logo du Festival de la chanson à Corjucana


Ville candidate à l'accueil du festival


Nom de la ville choisie : Corjucana de la région du Gualao (Arkoha).
Évènement(s) choisi(s) : Concours international de la chanson

Présentation de la ville :
Baptisée les “alas de mariposa” (littéralement les ailes du papillon), en référence à l’île de Mariposas, Corjucana vit chaque année au rythme des musiques et de la chanson locale, traçant un sillage coloré dans les rues de la ville pour chaque occasion. Festive et animée, elle est réputée pour être l’étincelle de l’île occidentale arkohane, bénéficiant d’un tourisme intérieur assez conséquent.

Située dans la région du Gualao (ARKOHA), Corjucana maintient des températures saisonnières favorables tandis que son positionnement en front de mer et non d’océans, lui épargne les risques majeurs liés à des activités sismiques sous-marines. Foyer de peuplement pour les natifs et momentanément colonisée par le Royaume anglophone de Skibedon au XVIIe siècle avant la reprise du territoire par l’Empire hispanique d’Arobelas, Corjucana a cumulé des signatures architecturales diverses et variées, pour aujourd’hui afficher une empreinte culturelle élargie à toutes les cultures représentées au sein de la Fédération. Eglises catholiques et protestantes, sports heenylthains, festivités latinos, le brassage est complet et s’étend à tous les domaines, tous les biens, qu’ils soient matériels ou immatériels.

Son territoire profitant de larges espaces périphériques constructibles, Corjucana a assurément de nombreuses opportunités qui lui font face, entretenant un paysage partagé entre les plages longées de mangroves et le Coaluta, l’unique montagne caractérisant le Gualao par sa forme en aile de papillon.

Pourquoi choisir votre candidature ? :
Il est nécessaire de choisir Corjucana dans l’accueil du festival de la chanson pour plusieurs raisons. La première d’entre elles est sa situation géographique puisqu’elle se situe à proximité de l'Équateur et se fait donc un lieu d’accueil pratique pour la participation des délégations internationales, indépendamment qu’elles partent des hémisphères nord et sud. Outre l’aspect géographique, les infrastructures locales sont également à prendre en considération puisqu’une infrastructure aéroportuaire est présente sur place et celle-ci tend, sous la volonté de la municipalité Corjucanaes, à entretenir des lignes internationales vers les hémisphères nord et sud.

Dire cela en omettant ce qui va suivre serait peut-être passer à côté du coeur de notre sujet, puisqu’après ces points pratico-pratiques, c’est également le caractère culturel de la ville qui doit entrer en considération. Historiquement liée à chaque civilisation majeure Paltoterrane, de par des colonisations successives entretenues par des guerres d’empire, Corjucana reflète l’ensemble des cultures ayant accompagné le développement territorial local, à l’instar des anglophones heenylthains, des hispaniques et minorités natives des îles arkohanes. Une mixité culturelle profonde, qui se nourrit sur un historique vieux de plusieurs millénaires.

Dans de nombreux pays d’Aleucie notamment, les communautés natives ont essuyé un grand remplacement quasi complet, de ce fait, l’imprégnation culturelle qui s’y trouve est dénaturée par les vagues d’immigration successives, et entretient une identité biaisée comparativement à celle présente dans les rues corjucanaes. Et enfin, il nous faut conclure notre argumentaire par la mise à disposition de plusieurs kilomètres de plages à moins de 30 minutes à pied du centre-ville. Etant donné le climat favorable présent au Corjucana, la municipalité laisse en effet à disposition ses plages, particulièrement la “Primaplaya”, pour accueillir l'événement au plein air.

Sécurisées par la proximité de mangroves à même d’atténuer les effets d’une tempête tropicale et d’un tsunami, les plages corjucanaes offrent les capacités d’accueil ainsi que les conditions sécuritaires nécessaires, à la tenue d’une telle manifestation.

En bref, ce qu'il faut retenir pour apprécier la candidature de Corjucana:
- un héritage culturel natif vieux de plusieurs millénaires,
- une mixité culturelle notable, alimentée par cinq siècles de colonisation et de mondialisation,
- une infrastructure aéroportuaire internationale adéquate et de proximité,
- un positionnement géographique à mi-chemin entre les deux hémisphères,
- un climat favorable toute l'année et permissif de manifestations en plein air,
- des actions de prévention des catastrophes naturelles type tsunamis, par le biais d'aménagements de parcelles de mangroves côtières.


Scène extérieure installée sur la Primaplaya.
Scène de plein air, dédiée à l'accueil et à la représentation des artistes et chanteurs internationaux sur la Primaplaya.

79
Pour rappel, vous avez jusqu'au dimanche 9 mai 2021, à 12 heures, pour déposer vos candidatures.
604
Communiqué de l'AFPMES
(Association des Femmes Pêcheuses et Marins d'Euryzie Septentrionale)


Nous,
Femmes pêcheuses,

Attendons du commité d'organisation de l'évènement Miss Monde 2005 qu'il organise son pendant Mister Monde 2005, soit à la même occasion, soit à une date différée.

Nous ne sommes plus au XIXème siècle, le temps de la domination patriarcale et des sociétés hétéro-normées est révolu !
L'égalité femme-homme ne sera effective que lorsque les hommes seront autant considérés comme des objets de désir sexuel que les femmes.
Parce qu'il y en a assez de se rincer l’œil avec de l'eau de mer !


Citoyenne Aliisa
Présidente d'honneur de l'AFPMES


https://www.zupimages.net/up/21/18/ox1h.jpg
3899
G2

__________________________________________________________
__________________________________________________________

La ville de Gütthaven dépose sa candidature pour le Miss Mondial 2005

__________________________________________________________
__________________________________________________________

G22


Présentation de la ville

La ville que les pasteurs Walserreichiens présentent comme « la Babylone du Nord » jouit d’un statut à part au sein du Walserreich. A elle seule, Gütthaven et ses environs constituent un Land, c’est-à-dire une grande subdivision territoriale et administrative située juste au-dessous du niveau de l’état fédéral. Forte d’un million d’habitants, Gütthaven est la troisième ville la plus peuplée du Walserreich, derrière la capitale Westerburg et la capitale catholique Kornenburg qui dépose cette année aussi une candidature, mais pour le Festival de Cinéma. La cité de Gütthaven jouit d’une histoire très particulière : fondée au début du Moyen-Âge par des marins, elle fut rapidement une principauté indépendante florissante grâce à un mercantilisme qui lui fit dominer toutes les grandes côtes du Nord. La cité était, et demeure encore aujourd’hui, particulièrement appréciée pour son micro-climat tempéré, rare dans ces lointaines contrées nordiques, mais aussi pour ses eaux qui facilitèrent le commerce : le golfe d’Angström dans lequel elle se trouve est traversé par des courants marins chauds et protégés des agitations du grand large. Les plages ensablées qui bordent le golfe en font une destination touristique remarquable, et qui lui ont conféré un statut social tout à fait particulier dans le Walserreich contemporain.

En effet, Gütthaven est la « soupape de sécurité » qui permet de ne pas faire exploser la marmite puritaine walserreichienne. Les jeux d’argent, interdits dans tout le Walserreich, sont autorisés dans le Land de Gütthaven et plus d’une centaine de casinos se disputent une jeunesse en mal d’aventures et de débordements qui se précipite chaque vacance dans la ville pour venir profiter des bars, des plages et des nombreuses animations débordantes de vie qui sont installées partout dans la ville. L’actuel ministre de l’intérieur du Land de Gütthaven, Otto Merx, a mené une vaste campagne de lutte contre la criminalité qui a permis de bannir une part importante de la « culture portuaire », dont on connaît l’aspect violent et brutal, qui a longtemps donné à la ville une image de coupe-gorge, aujourd’hui largement remplacée.



Pourquoi choisir cette candidature ?

Avec humour, beaucoup de commentateurs journalistiques walserreichiens ont jugé « inutile » la candidature de la ville au Miss Mondial de 2005, pour la simple et bonne raison que les femmes de Gütthaven étant réputées pour leur dévergondage et leur beauté, les Miss venues du monde entier passeraient totalement inaperçues en se promenant dans la ville. Toutefois, aucune autre ville ne saurait accorder à ce concours international une visibilité aussi grande : à la pointe des meilleures technologies de retransmission, la médiatisation du concours ne souffrira d’aucune faille et se tiendra dans un cadre d’une beauté, d’un bien-être et d’un dynamisme rare dans le Nord mais incopiable où que ce soit ailleurs.

Par ailleurs, Gütthaven est la grande ville du Walserreich et même de toutes les nations nordiques où la moyenne d’âge est la plus faible ; à peine 31 ans, ce qui est dû à la fois à ses universités mais aussi à sa fréquentation par toute une jeunesse débridée qui attend de la cité tout ce qu’une société parfois trop rigide ne peut lui donner. De plus, le concours Miss Mondial ayant lieu en hiver, en pleine période de vacances scolaires, il ne fait aucun doute que les illuminations du Noël, les terrasses chauffées et les plages aménagées pour l’occasion créeront un cadre original bien loin des autres villes plus au Sud, où l’hiver ne se comprend que comme une « mauvaise période à passer » et qu’elles rendent tristes et moroses. L’ambiance dynamique des vacances et des activités qui se déroulent à Gütthaven ne seront pas en une période difficile de la ville mais au contraire en pleine période d’activité et de dynamisme. Par ailleurs, le tourisme qui fait vivre la ville a poussé les entrepreneurs locaux ainsi que les autorités publiques à construire d’immenses hôtels pour accueillir de nombreuses personnes à toutes les périodes de l’année, et la vitalité économique du Walserreich se tient d’ores et déjà prête à accueillir en son sein une compétition internationale où de belles femmes viendront illuminer de leurs sourires une ville où d’autres belles et jeunes personnes les accueilleront dans une atmosphère que n’entache point l’hiver.
4868
K2

__________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________

La ville de Kornenburg dépose sa candidature pour le Festival International de Cinéma 2004

__________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________

KK


Présentation de la ville

Deuxième ville du Walserreich avec un peu moins de deux millions d’habitants, Kornenburg est la « capitale catholique » du pays, contre Westerburg, capitale administrative, économique et « protestante » ! Bien que les premières traces d’habitants dans la ville datent de la fin de la préhistoire, c’est durant l’Antiquité que les peuples locaux développèrent un vaste réseau commercial, partagé et dominé par Gütthaven, et firent de Kornenburg une ville marine, tournée vers l’eau et la mer. Ainsi, l’une des grandes particularités de la ville et l’indéniable atout esthétique qui en fait une cité aussi magnifique est son réseau de polders très anciens qui, avec le temps, ont créé un réseau de canaux, urbanisés et organisés, donnant un charme peu commun à cette ville nordique. C’est en gondoles et en barque que l’on peut se rendre au restaurant, à l’école, à l’université ou même au cinéma. Plus magnifiques encore sont les salles souterrains, où d’épaisses vitres permettent de déjeuner ou de regarder un film avec l’eau de la mer à quelques centimètres au-dessus de soi. Kornenburg est la meilleure synthèse que le génie humain pouvait réaliser avec la terre et l’eau. D’importants dispositifs de traitement des eaux et de lutte contre la pollution ont fait des canaux de Kornenburg, malgré leur proximité avec la mer, des endroits d’une propreté impeccable où il est possible de se baigner l’été.

Au-delà de ces considérations sur l’alliance de l’eau et de l’habitat humain, le catholicisme a marqué la ville. Trois quarts des catholiques walserreichiens habitent dans le Saalhausen, le Land dont Kornenburg est la capitale, et la ville fut souvent le point de départ de missions d’évangélisation vers le Nord ou l’Ouest. Quand la Réforme protestante s’imposa au Walserreich, l’archevêché de Kornenburg fut l’un de ses plus fermes opposants et au fur et à mesure que les réformés gagnaient du terrain, les catholiques se replièrent autour de la Cathédrale Notre-Dame-de-Kornenburg, bijou architectural qui domine toute la ville. Autour d’elle se trouvent un nombre incalculable de chapelles, d’églises et de grottes mariales, construites à outrance pour signifier physiquement la puissance du catholicisme dans un pays largement protestant. Il n’est presque pas possible de marcher dans l’une des 700 rues de la ville sans croiser au moins un édifice religieux sur lequel les catholiques ont, au cours de l’histoire, marqué leur grandeur, leur richesse et leur goût de l’esthétisme.



Pourquoi choisir cette candidature ?

Quand l’affrontement militaire céda la place à un affrontement culturel entre catholiques et protestants du Walserreich, un cinéma catholique se développa et fut un temps l’un des premiers cinémas du monde ; c’est à Kornenburg que les concours nationaux se réalisent et c’est ici que se trouvent les meilleurs écoles d’art et de cinéma de la Bundesrepublik. Organiser un festival international cinématographique à Kornenburg, c’est comme cuisiner dans une cuisine, installer une lampe au plafond ou un juif dans une synagogue : c’est à sa place, c’est là que ça doit être. Par ailleurs, le cinéma catholique de Kornenburg s’appuie sur une richesse esthétique et culturelle propre à la ville mais aussi sur une histoire qui a amené à constituer l’imaginaire de réalisateurs et de producteurs engagés ; nombreux sont les films qui traitent habilement et intelligemment de sujets politiques comme le fait d’être mis en minorité au sein de son propre pays ou encore de devoir subir des choses inspirées par d’autres dont le système de valeurs est différent. Ainsi, l’indépendance, l’oppression et la sourde volonté de révolte enrichissent le cinéma kornenburgeois et lui donnent une saveur reconnue dans le monde entier, celui d’un cinéma catholique qui fait déborder l’esprit catholique réduit dans une société dominée par d’autres, un cinéma catholique sans religion catholique.

Toutefois, la seule richesse historique et culturelle de la ville et le cinéma à qui elle a donné naissance ne constitue qu’une seule face des motivations qui doivent amener le Festival à s’y dérouler. Les polders les plus récents furent aménagés avec des technologies modernes qui ont permis l’installation d’immenses cinémas souterrains, où la roche saillante n’empêche pas des systèmes de chauffage et une luminosité particulière, sous des dômes de verre où poissons et nageurs peuvent parfois apparaître derrière les écrans. D’autres cas plus remarquables sont ceux d’immenses églises généreusement données par l’église catholique walserreichienne pour créer de grands cinémas, -à la condition que certains films aux scènes osées ne soient pas diffusés-, où un film peut s’allier un décor qui procure au spectateur une ambiance inégalable. Les cinémas de la ville étant dispersés à ses quatre coins, aller de l’un à l’autre, en barque ou par quelque réseau de transport en commun, permet aussi de visiter la cité et d’en admirer la beauté. Quelle douceur d’imaginer un instant l’émulation provoquée dans le monde du cinéma par la tenue d’un Festival Cinématographique à Kornenburg ! Les meilleurs acteurs et réalisateurs du monde réunis dans un cinéma sous-marin, d’où ils sortiront ensuite pour se rendre en barque donner quelque conférence à l’Ecole des Arts du Cinéma à quelques canaux de là, en passant pour cela à côté de l’une des plus grandes et belles cathédrales du Nord !
316
L’appel d’offres est clôturé. Après délibérations, les candidatures suivantes ont été retenues.


🎬 Festival international de cinéma 2004 : Chan Chimù, Grand Kah

🎶 Concours international de la chanson 2004 : Corjucana, Arkencheen

👑 Miss Mondial 2005 : Gütthaven, Walserreich


Félicitations pour chacune de ces trois villes et à l’année prochaine !

Prost !
Haut de page