29/08/2005
20:36:12
Index du forum Continents Aleucie Saint-Marquise

Presse Saint-Marquoise / Saint-Marquian Press / Soit-Margédhéntochon Pres

logo
"JOURNAL SAINT-MARQUOIS"
SIÈGE SOCIAL
36 RUE DES HALLES-GRIS,
HD-00810 MONT-LAW, HAUT-DISTRICT


Journaux

Le Journal Saint-Marquois est la presse nationale de Saint-Marquise.
Son siège principal est situé à Mont-Law, mais des antennes se sont installé dans les ville principales de chaque région.

Journal
Siège principal du JOURNAL SAINT-MARQUOIS, à Mont-Law, Haut-District




1429
journal

RUBRIQUE
POLITIQUE




ANTON MARKON, PRÊT POUR LA PROCHAINE ÉLECTION


Édition du 10 Septembre 2003

Président Anton Markon
Anton Markon, le 23ème Président de la République de Saint-Marquise


D'après une source proche du gouvernement, l'actuel Président de la République de Saint-Marquise Anton Markon, qui est du Parti Démocratique, a décidé de se représenter à l’élection présidentielle de 2004 qui se tiendra le 20 Septembre prochain. Il a réuni hier soir tout son staff pour préparer un cet événement constitutionnel depuis 1812. Étant le 23ème Président, il espère remporter un troisième mandat comme le prévoit l'Article Trois, Paragraphe 3.2 de la Constitution de Saint-Marquise.

Mais avant, à partir de 20 Mai 2004, commencera une campagne électorale pour déterminer qui sera son opposant pour la prochaine élection. Entre le favori, Horace Dumbor, du Parti de la République-Unie ou la ténébreuse; Lynda Harald, des Indépendants, qui va être le vainqueur, ce sera un lutte acharnée pour le découvrir, on le saura le 4 Juin 2004, ainsi, à partir de Juillet, commencera la Course à la Présidence.

Le Président Anton Markon va travailler sur son programme pour séduire les électeurs dans plusieurs jours, mais tout d'abord, il doit préparer le Sommet tant attendu, le Forum Économique et Commercial d'Aleucie, qui se tiendra à Zénith, en République Fédéral d'Hausmanie, au mois d'Octobre de cette année.

Les derniers mois seront très intéressant pour cet homme qui va peut être entamer son troisième mandat, réponse le 20 Septembre 2004.

Journaliste Politique : Jean Heckorn
1306
journal


RUBRIQUE
INTERNATIONAL





AU SOMMET D'ALEUCIE


Édition du 30 septembre 2003

FECA


Dans les deux semaines qui vont suivre, se tiendra le Forum Économique et Commercial d'Aleucie, à Zénith, en République Fédéral d'Hausmanie d'où le Président de la République de Saint-Marquise, Anton Markon, a accepté l'invitation. Mais il ne partira pas seul, il y sera accompagné du Premier Conseiller, Honorine Glasway pour l'événement.

Les enjeux de ce sommet sont très importants, car il traitera des relations entre les Nations constituantes du Continent Aleucie.
Prévu de se tenir sur plusieurs jours, le chef de la nation de Saint-Marquise, va devoir, durant la semaine qui précède le sommet, faire le Partage Temporaire des Pouvoirs Présidentiels, comme stipule le Dixième Amendement de la Constitution de Saint-Marquise, au Haut Sénateur de la Chambre Haute du gouvernement pour éviter que celui-ci ne soit à la dérive. Cette cérémonie est prévu pour le 9 octobre 2003, dans le Capitole National, à Mont-Law, en comité intime via la Grande Assemblée qualifiée d'exceptionnelle.

Tous les points importants qui seront abordés lors de ce forum, seront traités avec diplomatie et intégrité du pays qui fait parti de la Confédération Haussmanienne des États Indépendants depuis 1820. Étant notre allié, le gouvernement saint-marquois a approuvé cette rencontre avec la République fédérale d'Hausmanie ainsi que toutes les autres nations du sommet, pour tous citoyen et citoyennes de la nation.

Journaliste Politique : Jean Heckorn
1065
Journal


RUBRIQUE
FLASH INFO





LE PARTAGE DES POUVOIRS

Édition du 9 Octobre 2003

Sénat
Le Président de la République de Saint-Marquise a partagé les Pouvoirs Présidentiels au Haut Sénateur à huit clos au Sénat



C'était aujourd'hui que le Président de la République de Saint-Marquise devait partager ses pouvoirs présidentiels avec le Haut Sénateur afin de participer au sommet du Forum Économique et Commercial d'Aleucie prévu pour demain, accompagné du Premier Conseiller, Honorine Glasway.
La cérémonie de Partage des Pouvoirs Présidentiels était prévu pour cet après-midi à 15 heures 30, au Sénat, à huit clos, à Mont-Law (Haut-District).

Lors de son discours de remerciement, le Haut Sénateur, Georges Aldor, ayant reçu temporairement les Pouvoirs Présidentiels, a annoncé qu'il serait en constance communication avec le Président et le Premier Conseiller pour les affaires d'états. Mais tout ce qui concerne le reste, le Préesident a affirmé qu'il avait une totale confiance.

Le 11 octobre vers 17 heures 30, le Président et le Premier Conseiller Honorine Glasway vont prendre l'avion direstion Zénith, en République Fédérale d'Hausmanie pour le Forum Économique et Commercial d'Aleucie.

Journaliste Politique : Jean Heckorn
2455
logo

RUBRIQUE
FLASH INFO




TEMPÊTE HIVERNALE SUR LE NORD
DE SAINT-MARQUISE

Édition du 18 Octobre 2003


phénomène hivernal
Bluepont déjà sous la neige


En ce jour du 17 octobre, une perturbation hivernale sans précédente, amenant des températures négatives et de fortes chutes de neige s'est abattue depuis peu sur le nord du pays. Vers 16h, le Centre Météorologique de Mont-Law a placé toute la région de Grandlake en alerte ROUGE MAXIMALE pour raison de Grand Froid et de lourde chute de neiges.
Durant les jours qui vont suivre, les températures vont baisser jusqu'à atteindre -40°C par endroit et de la neige pourrait tomber en abondance un peu partout dans toute la Région. À Bluepont, on enregistre déjà -29,9°C dans le centre-ville, la neige tombe et risque de tenir en perturbant voire paralysant le traffic urbain.

Vers 17h40, le maire de Bluepont a vivement recommandé aux habitants de toute la région de Grandlake de restreindre leurs déplacements pendant toute la durée de ce phénomène météorologique dangereux afin de limiter les pertes humaines.
Des conséquences tragiques sont à prévoir et du fait de la baisse exponentielle des températures et des chutes intempestives de neige, certains parcs et autre espaces de loisir de la région tout comme le Parc du Mont Vargas doivent être fermés au public jusqu'à nouvel ordre en raison d'un risque important d'avalanche. Les écoles et lycées seront fermés jusqu'à ce que la tempête se calme, ceci fera le bonheur des enfants mais le malheur des grands.

Ayant pris connaissance de la situation, le Président de la République de Saint-Marquise, toujours à Zénith, République Fédérale d'Hausmanie pour le Forum Économique et Commercial de l'Aleucie, a appelé le Haut Sénateur, qui a temporairement les Pouvoirs Présidentiels, pour qu'il mobilise l'Armée Civile Nationale afin de déblayer les voies principales en direction de Bluepont dès que cela sera possible.

Le pic de températures négatives et les chutes de neige devraient, selon les estimations du Centre Météorologique de Mont-Law, s'intensifier durant une semaine.
Pour éviter que les citoyens ne paient un lourd tribut pour la haute consommation énergétique lié au phénomène hivernal, l'entreprise nationale d’électricité et de gaz a décidé de baisser les prix pour les abonnés de la région. Une initiative solidaire de la part de cette compagnie envers les habitants de Bluepont et des villes environnantes.

Nous vous tiendront informé de l'évolution de cet événement sans précédant qui se produit en ce moment même sur la Région de Grandlake.

tempête à Bluepont
Automobilistes coincées sur les routes de Bluepont dans la nuit du 17 au 18 octobre

Journaliste : Natalia Calfas
1837
logo

RUBRIQUE
FLASH INFO




LE CALME
APRÈS LA TEMPÊTE



Édition du 20 Octobre 2003

déblaiement
Après le passage de la tempête hivernale, les riverains de Bluepont commencent à déblayer la neige avant l'arrivée de l'Armée Civile Nationale



Le 18 Octobre, vers 20h, la tempête hivernale d'intensité record, commençait à se déplacé vers le sud du pays mais cette fois-ci avec une amplitude moins importante que celle relevée dans la Région de Grandlake.
Selon le Centre Météorologique de Mont-Law, les températures devraient à nouveau s'adoucir dans les heures qui suivent et les chute de neige se sont arrêtées.

Le lendemain de 18 octobre, Les estimations, que les scientifique du Centre Météorologique de la Capitale Nationale avaient faites, s'avéraient être faux puisque la tempête n'a duré que deux jours.
La tempête hivernale a perdu son intensité en allant vers le sud et s'est transformée en une petite perturbation d'une importance assez mince. Néanmoins, par mesure de sécurité, l'aéroport international de Mont-Law a dû fermer ses portes le temps que cette perturbation passe.
L'alerte rouge maximale a été levé aux alentours de 18h dans la Région de Grandlake, le Président, ayant écourté sa visite en Hausmanie, a déclaré que toute la région du nord serait en état de « zone de catastrophe naturelle ».

Aujourd'hui, le passage de la tempête hivernale a laissé une trace blanche dans la régions de Grandlake. La neige s'est arrêtée et va permettre à l'Armée Civile Nationale, qui a été mobilisée dès le début de l'épisode neigeux, à commencer l'opération de déblaiement des routes et permettre aussi à l'entreprise nationale des énergies de remettre en état le réseau électrique là où la neige, du fait de son poids, a coupé des lignes électriques dans certains quartiers de Bluepont et par endroit dans la région.

C'est la première fois que la Région de Grandlake était en proie à ce genre de phénomène climatique, mais heureusement aucune victime n'est à déclaré durant cet épisode hivernal. Mais les écoles, lycées et parcs vont rester fermés durant tout le processus de déblayage.

Journaliste : Natalia Calfas
1033
logo

RUBRIQUE
FAITS DIVERS





OPÉRATION NETTOYAGE
D'UNE TEMPÊTE EXCEPTIONNELLE



Édition du 20 octobre 2003

Armée déblayant
L'Armée Civile Nationale à l’œuvre pour le nettoyage, à Bluepont



Comme prévu, l'Armée Civile Nationale est arrivée, en convoi exceptionnel, à Bluepont pour l'opération de déblayage du manteau neigeux déposé sur les routes. Pendant plusieurs heures à compté de 15h, les soldats ont sortis les chasses-neiges afin de nettoyer dans les plus brefs délais.

Tandis que la tempête s'est dissipée au dessus de Barthelemew, le pays a retrouvé le calme. Un tel événement ne s'était pas reproduit depuis les années 40, d'où, à cet époque, la tempête exceptionnelle de l'hiver qui s'était produit le 3 Novembre 1940, avait fait plus de cent victimes à Bluepont et aux alentours. Cet épisode n'avait duré 8 jours, du 3 au 11 novembre 1940, un peu plus longtemps que celle du 18 octobre 2003.

Désormais, on peut inscrire cette tempête hivernale dans le registre des phénomènes météorologiques exceptionnelles mais qui pourrait faire sa réapparition dans les prochaines années.


Journaliste : Natalia Calfas
1088
logo

RUBRIQUE
POLITIQUE




2004 :
UNE NOUVELLE ANNÉE IMPORTANTE


Édition du 4 Janvier 2004

élection
Aux urnes de Mont-Law pour les Élections Présidentielles de 2000


Le calendrier du Président de la République de Saint-Marquise est chargé, en effet, deux dates sont à retenir : le 4 juin 2004, qui est le premier tour des Élections Présidentielles, un tour où montrera, simplement, la nomination du prochain opposant face à Anton Markon, puis à partir de là, une grande campagne électorale va traverser tout le pays pour enfin terminer par le 20 Septembre 2004, date des Élections Présidentielles où l'on va savoir si Anton Markon sera réélu ou si un nouveau président prendra la relève à la "Demeure Jaune".

Et ce n'est pas terminé, il y aura également l'Élection Citoyenne qui aura lieu le 10 Octobre 2004, elle déterminera si le nouveau président ou celui qui sera réélu aura la majorité de son parti ou non.
Une année déterminante pour Anton Markon, car il va tout faire, d'après un proche, pour séduire les électeurs saint-marquois.


Bonne année

Au nom de toute la rédaction du Journal Saint-Marquois, nous vous souhaitons un très bonne année 2004.


Journaliste Politique : Jean Heckorn
1267
logo

RUBRIQUE
POLITIQUE




UN RÉFÉRENDUM & UN POSSIBLE PARTENAIRE

Édition du 30 Janvier 2004

référendum
"Voulez-vous que la République de Saint-Marquise sorte du Commonwealth ?" C'est la question qui va être posée lors du référendum qui aura lieu le 2 Février 2004.



La gestion, jugée mal organisée, du Commonwealth, poussa le peuple à demander que le président fasse un référendum pour sortir le pays du Commonwealth. Le Président, étant dans l'hésitation au départ, a décidé tout de même de suivre la voix du peuple. Par conséquent, il met en application le référendum sur la sortie immédiate de la République de Saint-Marquise du Commonwealth et sera prévu le 2 Février 2004.

Quoi qu'il en soit, ce scrutin ne changera en rien sur la politique d'ouverture que Saint-Marquise a entrepris jusque là, sur le plan touristique et douanier.
Il fera de la République de Saint-Marquise un état indépendant sur la scène internationale qui pourra, si le référendum est favorable, mettre en projet un partenariat fructueux avec les Îles Fédérées de l'Arkencheen puisqu'un entraînement militaire conjoint est en cours dans la Région Grandlake sur les pentes de Mont-Vargas (Comté de Volcanside).

Pour l'instant, l'heure est au choix.

  • Un choix qui pourrait changer le pays.
  • Un choix que vous, le peuple, décidez.

Rendez-vous le 2 Février 2004 pour la réponse sur la sortie ou non de la République de Saint-Marquise du Commonwealth.


Journaliste Politique : Jean Heckorn
1551
logo

RUBRIQUE
POLITIQUE




UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE


Édition du 3 Février 2004

aux urnes
Les Saint-Marquois aux urnes.


Lancé par le président le 30 Janvier 2004, le référendum a eu lieu le 2 Février 2004, pour répondre à cette question : "Voulez-vous que la République de Saint-Marquise sorte du Commonwealth ?"

Toute la population saint-marquoise a répondu présente pour donner sa voix à cette interrogation concernant cette possible sortie de la République de Saint-Marquise du Commonwealth qui, rappelons-le, a été signé en 1899 par Harold Sheer, le douzième président et qui fut en vigueur jusqu'à maintenant.

Un nombre record de votants était aux bureaux de vote, ouverts de 9h jusqu'à 20h, cet exploit populaire pour ce référendum historique a été enregistré un peu partout dans les quatre villes principales ainsi que dans la Capitale.
À 20h, tous les bureaux de vote fermèrent leur porte et toutes les urnes remplies de scrutins affirmant leur voix furent acheminées à Mont-Law pour le dépouillement qui dura une heure.

file de votants
Record de votants au bureau de votes à Barthelemew.

Après une heure de tri des voix, voici les résultats du RÉFÉRENDUM N°20040202 du 2 Février 2004 :
RÉSULTATS DU SCRUTIN


jauges
Les jauges représentatives des votes exprimés


Le peuple a parlé !
La volonté de partir du Commonwealth a été plus forte et semble une éventualité pour l'avenir du pays. Se sentant dépassé face à la gestion plus qu'en désordre de l'organisation fondée par l'Hausmanie et voulant éviter une catastrophe nationale économique, les Saint-Marquois ont répondu par un OUI légèrement majoritaire.

Le président, qui voulait répondre aux attentes du peuple annonce qu'à partir d'aujourd'hui, le 3 Février 2004, le résultat du scrutin prend effet immédiat.

Journaliste Politique : Jean Heckorn
1505
logo

RUBRIQUE
POLITIQUE




INDÉPENDANTE MAIS TOURNÉE VERS UNE NOUVELLE ALLIANCE

Édition du 14 Février 2004



divorce
Le divorce entre le Commonwealth haussmanien et la République de Saint-Marquise.



Le 4 Février, suite au Référendum n°20040202 qui a fait sortir la République de Saint-Marquise du Commonwealth Haussmanien, le président a expressément indiqué que le résultat du scrutin devait prendre effet immédiat, de ce fait, le Premier Conseiller, Honorine Glasway, qui était restée à Zénith jusque là, a reçu l'ordre de rentrer au pays ainsi que de retirer le drapeau national saint-marquois de la présentation de drapeaux des autres nations appartenant au Commonwealth.

Ce scrutin a été célébré dans tout le pays après l'annonce des résultats. Désormais indépendante de toutes contraintes, la République de Saint-Marquise va se tourner vers un avenir incertain mais fructueux, car en effet, dans la journée du 10 Février 2004, le Président de la République de Saint-Marquise, Anton Markon s'est entretenu par conversation téléphonique avec son homologue arkencane, le Présidente Fédérale Mazeri Abrogara pour une potentielle alliance entre les deux États.

Ce projet inter-étatique, suite à la réflexion des deux États, consisterait à intégrer une monnaie internationale qui sera nommée l'Ecobelt (symbole : ) pour tous membre signataires de cette nouvelle alliance pour faciliter le commerce international. À savoir que cette proposition d'alliance avec l'Arkencheen ne date pas d'hier car, le 27 janvier 2004, un exercice militaire conjoint s'effectue dans le Comté de Volcanside (Grandlake) sur les pentes du Mont-Vargas.


alliance
Le futur partenariat entre Saint-Marquise et l'Arkencheen

Journaliste Politique : Jean Heckorn
1080
logo

RUBRIQUE
POLITIQUE




UNE MONNAIE INTERNATIONALE POUR UNE GRANDE DIPLOMATIE


Édition du 4 Mars 2004



banque
Banque Centrale à Barthelemew qui va accueillir l'Ecobelt () en plus de la Livre Saint-Marquoise ()

Suite à la signature de la Charte de Coopération Belt, le 10 Février 2004, à Mont-Law et au vote à la Grande Assemblée qui a été favorable à l'adoption de cette monnaie pour les commerces extérieurs du pays, l'Ecobelt va devenir un moyen plus sûr et plus fiable pour toutes transactions à l'internationale à compter d'aujourd'hui.

Mais il faut savoir aussi que l'Ecobelt est synonyme de grande diplomatie qui ne s'étend pas seulement à l'accord passé entre l'Arkencheen (Paltoterra) et Saint-Marquise (Aleucie) mais pourrait aller au-delà sur plusieurs continents. C'est ainsi que la « Ceinture Économique » va prendre tout son sens.

Pour que cette monnaie prenne effet, toutes les entreprises saint-marquoises faisant de l'inport-export doivent adopter, selon le projet de loi voté le 2 Mars 2004, l'Ecobelt. Mais toutefois, la Livre Saint-Marquoise ($£) sera toujours en circulation mais au niveau national.


transaction
Les Transactions commerciales vont être plus sûre avec la monnaie internationale

Journaliste Politique : Jean Heckorn
1864
logo

RUBRIQUE
CULTURE




LE VIEUX SAINT-MARQUOIS,
EST-IL DE RETOUR ?

Édition du 20 Mars 2004

apprentissage
Le Vieux Saint-Marquois sera-t-il la troisième langue parlée dans la République de Saint-Marquise ?


Plusieurs membres du gouvernement ainsi que de l'ensemble de l'éducation de la République de Saint-Marquise, veulent réintégrer le Vieux Saint-Marquois, une langue ancestrale reconnue mais non parlée, dans l'apprentissage à l'école, au lycée et à l'université de tout le territoire de la République.

Voulant que cette langue qui date de 1812, année du pacte entre les colons de la flotte du Saint-Amant et les indigènes de l'île, soit connue par ceux qui sont nés ou arrivent dans le pays, le Grand Délégué à l'éducation, Thommy Langlois-Eckbord, a eu l'initiative déclencheur de vouloir le rétablissement de l'enseignement de la langue pour qu'elle ne soit plus une langue morte mais une langue vivante. Car selon le chargé de l'éducation, le Vieux Saint-Marquois doit être considéré comme un patrimoine culturel qui a le droit d'avoir une éducation dans toutes les sortes d'établissements éducatifs du pays.

Cette réforme est en cours d'écriture et devra être soumis au vote parlementaire de la Grande Assemblée dans les prochains jours. Mais une question se pose :
Est-ce que le Vieux Saint-Marquois sera de retour dans les établissements éducatifs par biais de cette réforme ?

Cependant, les deux langues officielles, le Français et l'Anglais, resteront pour l'administration nationale et internationale, tandis que le Vieux Saint-Marquois sera, dans un premier temps, une langue d'apprentissage dans le but de connaître notre histoire.

Selon une étude menée par le Grand Délégué chargé de l'éducation :
il y a, pour le moment,
  • 50% des étudiants qui apprennent de façon scolaire le Français.
  • 49% des étudiants qui apprennent de façon scolaire l'Anglais ou les deux.
et
  • 1% seulement des étudiants qui apprennent par endroit le Vieux Saint-Marquois en plus des deux langues officielles.

Ce résultat devra changé si seulement si la Grande Assemblée autorise d'officialiser la mise en apprentissage de la langue ancestrale.


Journaliste : Sonia Clancton
1914
logo

RUBRIQUE
FAITS DIVERS




LE FILS UNIQUE DU PRÉSIDENT HOSPITALISÉ

Édition du 14 Avril 2004

voiture de Julian Markon
Julian Markon et Maryse Laurence dans la voiture peu de temps avant l'accident.


Nous avons appris avec une grande tristesse que le fils du Président a été admis à l'hôpital, dans le coma dû à un accident de la route.

Âgé d'une trentaine d'année, Julian Markon est le fils unique du Président de la République, qui a été mis à l'écart de la vie politique par la volonté d'Anton Markon, est à l'hôpital, mortellement blessé lors de l'accident survenu le 13 Avril à 15h.
Accompagné de sa fiancée, Maryse Laurence, ils voulait faire une sortie dans la campagne du Haut-District, lorsqu'à un carrefour, une voiture roulant à toute allure les heurta sur l'aile droit, avec la violence du choc, la voiture de Julian finit sa course contre le feu tricolore d'en face.
Alertés par un riverain qui passait par là, l'Armée Civile Nationale arriva sur les lieux à l'aide de la Police Nationale. Ils sortirent de ce qu'il restait de la voiture du fils du président, Julian et Maryse ainsi le conducteur de l'autre véhicule provocateur de l'accident.

Maryse et le conducteur moururent sur le coup, mais seul Julian fut transporté d'urgence à l'hôpital de Mont-Law. À peine arrivé au centre hospitalier, le fils du président sombra dans un coma.

Avertis par le service de sécurité, le Président de la République de Saint-Marquise, Anton Markon, quitta meurtri la Demeure Jaune pour se rendre au chevet de son fils avec sa femme Amélia, mais avant, il ordonna dans la foulée une enquête pour déterminer les causes exactes de l'accident.

À l'heure de l'écriture de cet article nous ne savons pas si Julian Markon va sortir du coma. Les pensées de tous les rédacteurs des antennes du Journal Saint-Marquois sont avec la famille présidentielle.
Mais nous vous tiendront informer de l'état du fils du président, Julian Markon, ainsi que de l'enquête ordonnée par le Chef d'État.

Hôpital de Mont-Law
Hôpital John Mont-Law, lieu où est admis Julian Markon, le fils du Président.

Journaliste : Clara Gildar
1406
logo

ÉDITION
SPÉCIALE




TRAGÉDIE NATIONALE

Édition du 24 Avril 2004

Hôpital de Mont-Law
Hôpital John Mont-Law, lieu où était admis Julian Markon, le fils du Président.

Nous venons d'apprendre que le fils du président, Julian Markon, n'a pas survécu à ses blessures. Dans le coma pendant plusieurs jours depuis le 13 Avril dernier d'un accident de voiture qui a causé la mort de sa fiancée, Maryse Laurence, les médecin se voulaient rassurant auprès de sa famille, mais son état avait empiré dès le dixième jour.
Durant des heures que son état ne cessait d'empirer, médecins, infirmière et porfesseur de renommée se battaient pour le maintenir en vie, mais rien n'y faisait, Julian ne se réveilla plus. Il meurt le 24 Avril 2004 à 17h45, il avait à peine 35 ans.

La nouvelle rapportée au Président, le dévasta ainsi que sa femme qui était avec lui lors de l'annonce de la tragédie.

L'enquête ordonnée par le Chef d'État fit état d'une première conclusion, le chauffard qui avait heurté la voiture de Julian et Maryse était ivre, l'investigation est toujours en cours.

Sur la volonté de la famille Markon, ses obsèques s'effectueront à comité privé dans les prochains jours.

Tout l'ensemble du Gouvernement, les membre de la rédaction du journal ainsi que le peuple saint-marquois leur envoient toutes nos condoléances et une minute de silence a été décrété sur l'ensemble du territoire pour le lendemain à 12h.
.

Julian Markon
Julian Markon avait trente-cinq ans.

Journaliste : Clara Gildar
Haut de page